Le Crédit Social

Écoles et doctrines - Économie politique - Politique monétaire - Comptabilité nationale
Avatar de l’utilisateur
Invité
Barbarus
Barbarus

Re: Le Crédit Social

Message non lu par Invité » lun. 09 mars 2009, 2:59

Un petit bonjour de passage,

Je recomande aussi ce site (blog), français celui-là, sur le Crédit-Social (qu'on peut appeler-Argent Social)

Voir: http://credit-social.over-blog.com/

Il y est fait référence à W. G. Serra (qui était un marquis) et qui cotoya les Pèlerins de Saint Michel il y a maintenant longtemps, lorsque ces derniers étaient encore installés à Montréal avant de s'installer, en 1962, à Rougemont à 60 kms à l'Est de Montréal.
Le marquis de Serra était français et ce présent blog doit avoir été organisé donc en France je pense, par ceux qui se réfèrent à lui, plutôt ceux qui sont venus après, vu le temps passé depuis.

Enfin il est intéressant de voir que la volonté d'élaborer un système monétaire et financier juste et naturel, reflétant les réalités économiques et sociales, et rien d'autre, fait son chemin. D'ailleurs, les associations dont je fais partie sont un peu "prises d'assaut" par ceux que, (enfin!!) la crise fiancière et économique a réveillé. Il devrait y avoir une confrontation avec les tenants actuels du système financier et politique dont on est en droit de se demander quel jeu joue ce - même - personnel financier et politique qui a ruiné les sociétés productrices.

Les banques centrales jouent à nouveau un rôle prépondérant (après 2007-2008 donc), ce qui "paraît" être dans l' "ordre". Simplement, comme il s'agit des mêmes milieux, l'on peut craindre une fois de plus que les banques centrales vont servir en premier les milieux bancaires (c'est déjà largement le cas) tandis que la société paiera. L'on se trouve, tenez-vous bien, dans la situation où les États, eux-mêmes écrasés de dettes envers les banques privées, cautionnent ces mêmes banques et leurs poubelles de titres sans valeur pour les empêcher de faire toutes failite. Les États sont d'abord les instruments des milieux financiers que ces derniers activent pour se sortir des impasses qu'ils ont eux-mêmes créé. Les États obéissent aux groupes fiannciers. C'est dit en très raccourci mais c'est bien le "circuit" financier actuel. Je le dis depuis longtemps, on a affaire à un tandem banques-État (ou État-banques c'est pareil).
Où cela mène-t-il?


LE PROBLÈME DE NOTRE TEMPS

par W.G. SERRA

Où que nous tournons nos regards, que voyons-nous? D'une part une soit disant surproduction, et pourtant des quantité d'industries arrêtées et d'usines fermées, un chômage qui, dans certains pays fortement industrialisés, atteint des proportions fabuleuses et semble sans remède; et d'autre part, une gêne ou une misère universelle, un dénuement tragique dans d'innombrables foyers, une insécurité économique qui, par une sorte d'osmose, pénètre dans l'ordre politique intérieur et extérieur, engendre des haines terribles et dresse les nations les unes contre les autres. En d'autres termes: une offre surabondante et une demande prodigieuse qui ne peut être satisfaite. Pourquoi?

C'est que le problème de notre temps, le centre des difficultés dont souffre le monde contemporain, n'est pas autre chose qu'un problème de distribution.

Un enfant dirait qu'il n'y a vraiment pas matière à difficulté, et que si l'on veut que la production soit consommée il faut de toute évidence que les moyens d'échange à fin de consommation soient adéquats.

Le système économique moderne présente trois aspects: la production, c'est-à-dire toutes les branches de l'industrie; la consommation, c'est-à-dire tous les consommateurs, producteurs inclus; enfin le système financier dont la fonction est de faciliter la production et la distribution des biens produits et des services offerts à fin de consommation.

Il est clair que si la machine économique est enrayée, la faute n'est ni à la production qui est en mesure de satisfaire à tous les besoins existants de la communauté mondiale; ni à la consommation qui est dans l'impossibilité de satisfaire ces besoins; mais bien au système financier qui, imbu de dogmes grotesques et d'un fétichisme absurde, retombé dans l'idolâtrie du veau d'or, opérant selon des formules empiriques désuètes, n'est plus à la hauteur des progrès que l'humanité a réalisés avec une rapidité déconcertante depuis un siècle, ne remplit plus sa fonction et conduit au chaos et au néant des peuples encore inconscients, mais inquiets du destin qui les attend.

L'humanité, depuis cent cinquante ans semble s'être épuisée à inventer; elle n'a pas fait halte une seconde pour analyser les données réelles et mathématiques du problème nouveau que ses inventions ont compliqué d'inconnues redoutables.

Seules, quelques théories sociales sont nées, thérapeutiques empiriques de ce que l'on peut appeler les accidents de grossesse d'une civilisation en gestation d'un monde nouveau; aujourd'hui que cette grossesse tend vers son terme, l'humanité perd la tête; les rebouteux qui la soignaient jusqu'ici s'avouent impuissants à aider autours d'un enfantement difficile.

C'est que l'objet réel du système économique est manifestement perdu de vue: pour quelques uns c'est de produire de l'argent - ou l'or - est devenu la fin en soi, non seulement de toute production, mais encore de toute existence; mais s'évanouit comme un mirage; pour d'autres, c'est, de fournir à chacun du travail; et l'on sait que ce but s'éloigne de plus en plus; pour d'autres encore, c'est de récompenser l'effort industrieux et punir la paresse.

Mais il faut se rendre compte que nul ne désire essentiellement du travail, et le "moindre effort" reste toujours la loi de ce monde; en fait, c'est cette loi-même qui a conduit l'homme à inventer la machine destinée à alléger son labeur, et ce que l'homme veut essentiellement, ce sont les choses nécessaires à l'existence, les biens consommables, les services utiles, et la possibilité d'exercer son activité de son choix. Et par ailleurs, s'il est besoin de punir la paresse et de récompenser le travail, fallait-il mobiliser tout le système économique à cette fin?

Non. L'objet réel du système économique est uniquement de produire tous les biens consommables et de fournir tous les services nécessaires avec le minimum d'efforts possibles, pour quiconque les requiert, c'est à dire pour tous. Tel est l'objet du système économique.

Et il est manifeste que si le monde veut sortir de l'impasse où il se trouve aujourd'hui, s'il veut vivre et progresser au lieu de périr, tout obstacle qui empêche de quelque façon que ce soit, dans quelque direction que ce soit, la réalisation de cet objet, doit disparaître ou être modifié.

W. G. SERRA (1933)

Avatar de l’utilisateur
Wistiti
Quæstor
Quæstor
Messages : 235
Inscription : ven. 29 déc. 2006, 5:17

Re: Le Crédit Social

Message non lu par Wistiti » jeu. 10 sept. 2009, 7:33

Le système économique moderne présente trois aspects: la production, c'est-à-dire toutes les branches de l'industrie; la consommation, c'est-à-dire tous les consommateurs, producteurs inclus; enfin le système financier dont la fonction est de faciliter la production et la distribution des biens produits et des services offerts à fin de consommation.
Et le progrès et ressources naturelles qui demandent un dividende social, sans taxe, nationalisation, "enquête".

Sinon du matérialisme, simple outil de travail.
L'occident montre une haine envers lui-même, qui paraît étrange et peut être considérée uniquement comme un phénomène pathologique. L'occident ne s'aime plus, dans son histoire il voit uniquement ce qui est blâmable et destructif, il n'est plus capable de reconnaître ce qui est grand et pur.
(Benoit XVI)

Avatar de l’utilisateur
Invité
Barbarus
Barbarus

Re: Le Crédit Social

Message non lu par Invité » lun. 19 oct. 2009, 22:50

À signaler un blog important depuis environ 1 an (probablement français)

http://credit-social.over-blog.com/

Avatar de l’utilisateur
Oberto SERRA
Barbarus
Barbarus

Re: Le Crédit Social

Message non lu par Oberto SERRA » dim. 15 nov. 2009, 11:41

Merci de rappeler et même de publier un article de mon père. Je suis en effet son fils.
Après une carrière fort longue de géologue géophysicien je me suis replongé dans les écrits de mon père, de C.H. Douglas, de Louis Even et même de Paul Grignon. Je les ai trouvé tous d'une parfaite justesse. C'est pourquoi j'ai ouvert ce blog sur le crédit social. J'ai également écrit un livre intitulé Le Crédit Humain, Vers un mon meilleur reprenant en les actualisant tous les écrits de mon père. Mais jusqu'à ce jour je n'ai toujours pas trouvé d'éditeur acceptant de le publier. Si vous en connaissez un qui est intéressé par les idées du Crédit Social, soyez aimable de me communiquer son nom. Mon adresse courriel est o.serra@wanadoo.fr
Bien amicalement

Avatar de l’utilisateur
Christophe
Consul
Consul
Messages : 7680
Inscription : mer. 28 avr. 2004, 0:04
Conviction : Catholique
Localisation : Frankistan

Re: Le Crédit Social

Message non lu par Christophe » dim. 15 nov. 2009, 16:42

Essayez de vous faire éditer par les Pèlerins de Saint Michel... ;)
Faites-moi signe si vous êtes édité, je serai peut-être intéressé pour l'acheter.

Bien à vous
Christophe
« N'ayez pas peur ! » (365 occurrences dans les Écritures)

Renaud
Quæstor
Quæstor
Messages : 231
Inscription : mar. 30 août 2005, 5:02

Re: Le Crédit Social

Message non lu par Renaud » jeu. 28 janv. 2010, 12:20

Bonjour à tous,

Je ne peux pas, comme il y a encore quelques années, venir souvent sur cet intéressant forum de: Cité-Catholique (je sais que j'y perd). Car on ne peut pas faire trop de choses à la fois. Dans l'ordre pratique où il faut s'organiser et je suis obligé d'établir des priorités, donc, strictement pratiques, sinon: Qui trop embrasse, mal étreint, voilà le travers qui guette!

À toute fin utile et vraie voici, ou revoici, quelques liens très profitables, ci-dessous sur le Crédit Social et ce qui lui correspond, ou s'y rapporte. Inutile de préciser que les effets de la crise financière actuelle, doublée d'une crise économique, ont fait prendre d' "assaut" les quelques associations qui existaient déjà sur l'étude de l'argent au service de la Justice, et les techniques appropriées à mettre en œuvre, en particulier le Crédit-Social.

Il faut ça hélas (et encore!). Sinon, c'est l'apathie sociale et économique proplongée... et le triomphe du mensonge économique et financier, donc social, avec les ravages sociaux tel que la détérioration des rapports et des relations entre les être hulmains qu'on connaît trop dans tous les domaines. La critique sur le monde financier est désormais introduite pour l'essentiel dans le public, plus encore dans les pays pauvres. Pour ceux qui, comme moi, sont engagés dans ce processus de faire connaître les immenses possibilités d'applications de principes techniques de Justice dans le traitement de l'argent: création monétaire, émission, critères comptables possibles des différents traitements de l'argent, c'est l'heure d'être sur le pont, certes. Mais je rappelle que ça l'a toujours été, même du temps encore proche, où l'on était écartés d'un revers méprisant de la main par le règne "tout puissant" et "bien organisé" de l'ignorance généralisée sur le fonctionnement de la sphère financière, bancaire et monétaire. Une technique comme celle du Crédit Social (qu'on peut appeler: Argent Social, c'est pareil) qui concerne tous les humains sans exception, correspond par ailleurs exactement à la Doctrine Sociale de l'Église. D'ailleurs, des laïcs d'opinion, des athées, des libres penseurs, des agnostiques, des adérents à diverses philosophies, etc., ne s'y trompent pas, et comprennent parfaitement les écrits de Louis EVEN, car le bon sens n'a pas déserté complètement la Terre, Dieu merci.

Voici ces Liens ci-dessous, (ou Sites), j'ai choisi ceux-ci, mais il y en a d'autres:

http://www.michaeljournal.org/sign16.HTM

http://www.michaeljournal.org/Larkin_fr.pdf

http://assoc.pagespro-orange.fr/aded/ (association laïque ayant les mêmes objectifs que le Crédit Social)

http.www.bankster.tv (cliquer sur le lien: Crédit-Social, tout le site est interessant par ailleurs)

http://credit-social.pver-blog.com (un intéressant blog français sur le Crédit Social ouvert fin 2008)

En souhaitant à tous les participants de ce forum, Cité-Catholique, intéressant et instructif, ayant de fécondes et enrichissantes communications et interventions sur les sujets qui les intéressent et en intéressent d'autres, je tâcherai de revenir de temps à autres selon les circonstances.

Amitiés à tous

Renaud

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 6 invités