Suspension d'un prof qui avait diffusé une vidéo anti-IVG

« Donne à ton serviteur un cœur attentif pour qu'il sache discerner le bien du mal » (1R 3.9)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions morales et éthiques. Certaines discussions de ce forum peuvent heurter la sensibilité des jeunes lecteurs.
Avatar de l’utilisateur
Cgs
Prætor
Prætor
Messages : 2699
Inscription : mar. 24 mars 2009, 14:20
Conviction : Catholique

Re: Suspension d'un prof qui avait diffusé une vidéo anti-IV

Message non lu par Cgs » mer. 06 avr. 2011, 18:35

Ren' a écrit :
Anaisunivers a écrit :Ce professeur a montré les deux côtés : les pros & anti
Non, c'est plus complexe que ça. Et c'est pourquoi il y a faute professionnelle.
Juridiquement, où est la faute professionnelle commise par ce monsieur ?
Cgs
Mes propos qui apparaissent en vert comme ceci indiquent que j'agis au nom de la modération du forum.

Avatar de l’utilisateur
Ren'
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 432
Inscription : ven. 03 déc. 2010, 9:27
Localisation : France
Contact :

Re: Suspension d'un prof qui avait diffusé une vidéo anti-IV

Message non lu par Ren' » ven. 08 avr. 2011, 13:12

Cgs a écrit :Juridiquement, où est la faute professionnelle commise par ce monsieur ?
N'étant pas juriste, je n'ai pas les compétences pour vous la définir juridiquement.
Mais, comme je l'ai déjà dit (par exemple dans mon article : http://dialogueabraham.wordpress.com/20 ... -en-avent/ ), l'une des premières fautes graves est le chantage exercé sur des élèves placés sous sa responsabilité : la consigne qu'il a donné aux élèves qui ne voulaient pas voir ce film de sortir de son cours. Se défausser de sa responsabilité d'adulte pour la placer sur les épaules d'élèves majoritairement mineurs est déjà, en soi, une grave faute professionnelle.
...S'il me manque l'amour, je suis un métal qui résonne, une cymbale retentissante (1 Cor XIII, 1)

Avatar de l’utilisateur
Cgs
Prætor
Prætor
Messages : 2699
Inscription : mar. 24 mars 2009, 14:20
Conviction : Catholique

Re: Suspension d'un prof qui avait diffusé une vidéo anti-IV

Message non lu par Cgs » ven. 08 avr. 2011, 15:02

Selon vous, la faute grave du professeur aurait été de donner un choix cornélien aux élèves, en les menaçant d'une double sanction : soit ils voient une vidéo qu'ils ne voulaient pas voir, soit ils sont marqués absents. Vous tenez cela seulement d'un journaliste de rue89, qui n'est pas connu pour être un media expert ou neutre. Donc avez-vous d'autres sources selon laquelle le professeur aurait contraint les élèves de cette façon ? Car lui s'en défend dans son droit de réponse, et il serait étonnant que tous les élèves lui ait signé un manifeste de soutien s'ils s'étaient sentis contraints (ou alors, le professeur est un manipulateur).

Sur la faute juridique, le tribunal administratif se prononcera. Mais d'après quelques éléments diffusés publiquement, cette radiation a été faite avec des entorses aux règles administratives (inspection au mépris des règles administratives, irrégularités lors de la commission disciplinaires, etc). Il y a donc espoir.
Cgs
Mes propos qui apparaissent en vert comme ceci indiquent que j'agis au nom de la modération du forum.

Avatar de l’utilisateur
Ren'
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 432
Inscription : ven. 03 déc. 2010, 9:27
Localisation : France
Contact :

Re: Suspension d'un prof qui avait diffusé une vidéo anti-IV

Message non lu par Ren' » ven. 08 avr. 2011, 15:28

Cgs a écrit :Selon vous, la faute grave du professeur aurait été de donner un choix cornélien aux élèves, en les menaçant d'une double sanction : soit ils voient une vidéo qu'ils ne voulaient pas voir, soit ils sont marqués absents
1. La question du "choix cornélien" n'est pas la bonne ; le problème relève plutôt de sa responsabilité d'adulte en charge de personnes mineures.
2. Ce point -dont j'ai précisé la source afin d'en préciser les limites- n'est pas le seul qui relève de la faute professionnelle ; la diffusion d'une vidéo de propagande en est un autre.
Cgs a écrit :Sur la faute juridique, le tribunal administratif se prononcera
Exactement.

Mais la justice est une chose, et le bon sens en est une autre. Quand comprendra-t-on que les comportements extrémistes tels que celui de cet enseignant ne mènent à rien d'autre que de renforcer les positions adverses et faire passer la défense de la vie naissante pour les élucubrations de fanatiques ? Combien de vies sacrifiées pour la simple satisfaction de notre orgueil, l'orgueil d'avoir "su braver le politiquement correct" ?
...S'il me manque l'amour, je suis un métal qui résonne, une cymbale retentissante (1 Cor XIII, 1)

deniserp
Quæstor
Quæstor
Messages : 200
Inscription : ven. 04 janv. 2008, 0:35

Re: Suspension d'un prof qui avait diffusé une vidéo anti-IV

Message non lu par deniserp » ven. 08 avr. 2011, 16:34

Désolé mais on montre bien à des élèves de collège des images des camps de la mort pendant la seconde guerre mondiale, et cela avec l'approbation de l'Etat. Je ne vois pas en quoi les images d'une IVG seraient plus choquantes si on suit vos propos. Pourtant, il y a bien un tabou qu'il va falloir briser sur ce point...

Avatar de l’utilisateur
Cgs
Prætor
Prætor
Messages : 2699
Inscription : mar. 24 mars 2009, 14:20
Conviction : Catholique

Re: Suspension d'un prof qui avait diffusé une vidéo anti-IV

Message non lu par Cgs » ven. 08 avr. 2011, 18:15

Ren' a écrit : 1. La question du "choix cornélien" n'est pas la bonne ; le problème relève plutôt de sa responsabilité d'adulte en charge de personnes mineures.
Un professeur peut très bien envoyer une partie des élèves ailleurs que dans la classe (au CDI par exemple), et en garder une partie. Il reste responsable de sa classe, et si une partie des élèves sont avec un autre adulte (documentaliste, CPE, surveillant, etc.), la responsabilité du professeur est dégagée (sous réserve qu'il prévienne l'adulte en question, évidemment).

Donc je ne vois pas en quoi le professeur a failli en terme de responsabilité en demandant à certains élèves s'ils voulaient sortir. Il peut tout à fait envoyer une partie au CDI ou ailleurs, pendant qu'il garde une partie de la classe pour visionner une vidéo. Maintenant, au vu de l'aspect sensible de l'affaire, il est probable, et l'article de rue 89 le montre, que cette possibilité a été exploitée pour targuer le professeur d'irresponsabilité, voire de sadique qui propose un non-choix.
Ren' a écrit : 2. Ce point -dont j'ai précisé la source afin d'en préciser les limites- n'est pas le seul qui relève de la faute professionnelle
Voir ci-dessus, il faudra m'expliquer où est la faute professionnelle, je ne comprends toujours pas.
Ren' a écrit : ; la diffusion d'une vidéo de propagande en est un autre.
En quoi cette vidéo est-elle une propagande ? Vaste débat. On pourrait d'ailleurs revenir sur d'autres sujets qui sont sujets à propagande à l'école, tel le traitement de la Révolution française dans les manuels d'histoire, l'enseignement de la sexualité aux jeunes et de la contraception, la (dé)colonisation, etc. C'est l'objectivité de ce qui est enseigné à l'école dont il est question. Vous parlez d'une vidéo de propagande là où le professeur cherchait manifestement à montrer la réalité. Les programmes scolaires disent quoi enseigner, mais ne donnent pas d'interdits formels (ou alors très ponctuels, et plus pour une question de niveau qu'une question de tabou), du moment que le professeur respecte les lois en vigueur. Interdire d'aborder certains sujets sans aucun fondement menace la liberté d'enseigner, et donc la fonction même de professeur.
Ren' a écrit : Mais la justice est une chose, et le bon sens en est une autre. Quand comprendra-t-on que les comportements extrémistes tels que celui de cet enseignant ne mènent à rien d'autre que de renforcer les positions adverses et faire passer la défense de la vie naissante pour les élucubrations de fanatiques ? Combien de vies sacrifiées pour la simple satisfaction de notre orgueil, l'orgueil d'avoir "su braver le politiquement correct" ?
Avez-voius lu les communiqués du professeur ? Je ne sais pas où vous voyez de l'orgueil dans ses propos. Il défend sa position en parlant de tout ce qu'il a mis à disposition pour ses élèves concernant son débat sur l'avortement (textes de la loi Veil, débat au Parlement des années 70, données scientifiques sur le foetus, etc.). On ne retient que la vidéo incriminée. On fustige ses défenseurs d'être des catholiques intégristes. On le salit dans la presse. Qu'aurait-il dû faire à votre avis ?
Cgs
Mes propos qui apparaissent en vert comme ceci indiquent que j'agis au nom de la modération du forum.

Avatar de l’utilisateur
archi
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1692
Inscription : jeu. 22 mai 2008, 14:57

Re: Suspension d'un prof qui avait diffusé une vidéo anti-IV

Message non lu par archi » ven. 08 avr. 2011, 19:13

Ren' a écrit :Mais la justice est une chose, et le bon sens en est une autre. Quand comprendra-t-on que les comportements extrémistes tels que celui de cet enseignant
Si montrer la réalité et dénoncer le crime le plus odieux qui soit doit désormais être un "comportement extrémiste"... où allons-nous? :cry:

In Xto,
archi.
Nous qui dans ce mystère, représentons les chérubins,
Et chantons l'hymne trois fois sainte à la vivifiante Trinité.
Déposons maintenant tous les soucis de ce monde.

Pour recevoir le Roi de toutes choses, Invisiblement escorté des choeurs angéliques.
Alléluia, alléluia, alléluia.

Avatar de l’utilisateur
Ficelle
Censor
Censor
Messages : 144
Inscription : ven. 25 févr. 2011, 21:16

Re: Suspension d'un prof qui avait diffusé une vidéo anti-IV

Message non lu par Ficelle » ven. 08 avr. 2011, 19:47

Bonsoir à tous,

A ce moment là, pourquoi ne pas montrer cette vidéo dès l'école primaire ?
Après tout, ce n'est que la réalité...

Bon, je sais, je suis un peu de mauvaise foi dans un débat qui cristallise les positions, mais je suis quand même de l'avis de Ren', il y a une façon d'amener les choses selon le public. Les ados ne sont peut-être pas encore suffisamment armés pour voir cela. Je ne serai pas du tout contente que mes enfants reviennent traumatisés d'avoir vu ce film même si je suis pour cette cause. Il y a d'autres façons d'amener le débat.
Forcer le débat de cette façon me semble être la porte ouverte à toutes les interpétations (médias...) et le message qu'il a voulu passer s'est retourné contre lui... Dommage... :(
"Heureux les hommes dont tu es la force, des chemins s'ouvrent dans leur coeur." Psaume 83

deniserp
Quæstor
Quæstor
Messages : 200
Inscription : ven. 04 janv. 2008, 0:35

Re: Suspension d'un prof qui avait diffusé une vidéo anti-IV

Message non lu par deniserp » sam. 09 avr. 2011, 0:16

Des ados de collège sont-ils armés pour voir des images des camps de la mort ? Il n'est pas question ici de dire qu'il faut diffuser les vidéos aux primaires mais il me semble que si des collégiens sont capables de cela, des lycéens sont aussi capables de voir des images d'avortement (sans pour autant y être obligés).

Avatar de l’utilisateur
Ren'
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 432
Inscription : ven. 03 déc. 2010, 9:27
Localisation : France
Contact :

Re: Suspension d'un prof qui avait diffusé une vidéo anti-IV

Message non lu par Ren' » sam. 09 avr. 2011, 8:37

deniserp a écrit :Des ados de collège sont-ils armés pour voir des images des camps de la mort ? Il n'est pas question ici de dire qu'il faut diffuser les vidéos aux primaires mais il me semble que si des collégiens sont capables de cela, des lycéens sont aussi capables de voir des images d'avortement (sans pour autant y être obligés).
1. La question de l'avortement est plus sensible pour un adolescent que la "virtualité" des camps de la mort ; je redonne l'exemple de la jeune fille qui aurait pu voir cette vidéo de propagande alors qu'elle aurait mal vécu un avortement (pour une élève de 2de, c'est tout à fait possible)
2. Nous ne parlons pas "d'images d'avortement" mais d'un film de propagande monté dans le but de choquer les esprits
3. Ne précisez pas "sans pour autant y être obligé" : dans le cadre d'un cours, les élèves sont, par principe, obligés.
Ficelle a écrit :Forcer le débat de cette façon me semble être la porte ouverte à toutes les interpétations (médias...) et le message qu'il a voulu passer s'est retourné contre lui... Dommage... :(
Pas seulement contre lui... Il a choisi un mode d'action qui se retourne contre tous les défenseurs de la vie naissante. L'Eglise a déjà suffisament à faire pour être entendue face à la propagande adverse ( http://www.lemonde.fr/idees/article/201 ... _3232.html ) sans qu'on ne donne des armes à ceux qui veulent nous faire passer pour des fanatiques irresponsables.
archi a écrit :Si montrer la réalité et dénoncer le crime le plus odieux qui soit doit désormais être un "comportement extrémiste"... où allons-nous? :cry:
La question n'est pas sur le fond, mais sur la méthode. Ici, le choix a été fait d'une méthode qui ne satisfait que l'égo de celui qui l'applique.
Cgs a écrit :je ne vois pas en quoi le professeur a failli en terme de responsabilité en demandant à certains élèves s'ils voulaient sortir
Vous ne voyez pas parce que vous ne voulez pas voir. Il n'est pas question de CDI, mais bien de noter absent ceux qui ne veulent pas regarder : dans ce cas, il y a faute professionnelle (déchargement de la responsabilité adulte sur des mineurs). Et ma source n'est pas uniquement Rue89, mais les déclaration de cet enseignant lui-même : "Les élèves qui ne souhaitaient pas voir le document “No need to argue”étaient libres de quitter la classe" ( http://proviefrance.blogvie.com/provie- ... dal-hebdo/ )
...Cette phrase est un mensonge : non, un élève mineur sous la responsabilité d'un enseignant n'est pas "libre de quitter la classe"
Cgs a écrit :On pourrait d'ailleurs revenir sur d'autres sujets qui sont sujets à propagande à l'école
Sur ce point, parfaitement d'accord. Et c'est d'ailleurs de cette manière qu'il est possible d'agir de façon réellement efficace contre la propagande pro-IVG : en la démontant dans un réel travail de réflexion. C'est moins tape-à-l'oeil, c'est moins glorieux, comme tout travail au long terme, mais c'est réellement efficace.
Cgs a écrit :Interdire d'aborder certains sujets sans aucun fondement menace la liberté d'enseigner, et donc la fonction même de professeur
Encore une fois, il n'est pas question ici d'interdire le sujet, mais la méthode employée
...La liberté d'enseigner, ne rêvons pas, n'existe presque plus ; mais il reste (encore un peu... les cahiers de textes numériques vont la réduire davantage) une marge de manoeuvre non négligeable pour la désobéissance, car l'Education Nationale est trop occupée à gérer la pénurie d'enseignants pour se soucier de ce qui est fait du moment qu'il n'y a pas de vagues.
Cgs a écrit :Avez-voius lu les communiqués du professeur ? Je ne sais pas où vous voyez de l'orgueil dans ses propos
Alors relisez ce communiqué... qui use dans sa formulation même de méthodes de propagande.
Cgs a écrit :On ne retient que la vidéo incriminée
Oui, bien sûr, on ne retient que cette vidéo. C'était inévitable. Et c'est pourquoi il ne fallait pas la diffuser dans un cours. Parce que c'est elle qui pose problème, et non le débat sur l'avortement.
Cgs a écrit :On fustige ses défenseurs d'être des catholiques intégristes
...Et en diffusant cette vidéo, il n'a fait que renforcer l'idée selon laquelle les défenseurs de la vie naissante sont des extrémistes. Merci, Philippe Isnard, de nous avoir tiré dans le dos ! Nous avions vraiment besoin de ça...
Cgs a écrit :On le salit dans la presse
Il se salit lui-même... cf la façon dont son communiqué est formulé.
Cgs a écrit :Qu'aurait-il dû faire à votre avis ?
Agir en chrétien adulte et responsable, et non rechercher une posture de martyr qui ne flatte que son égo.
...S'il me manque l'amour, je suis un métal qui résonne, une cymbale retentissante (1 Cor XIII, 1)

Avatar de l’utilisateur
Anne
Prætor
Prætor
Messages : 7031
Inscription : jeu. 21 févr. 2008, 1:05
Conviction : Catholique romaine
Localisation : Provincia Quebecensis

Re: Suspension d'un prof qui avait diffusé une vidéo anti-IV

Message non lu par Anne » lun. 11 avr. 2011, 0:20

Sur Pro-Vie France:
Lettre ouverte à M. le Ministre de l’Education nationale

Bamako, 4 avril 2011.

“Mais eux se mirent à vociférer tous ensemble : A mort cet homme ! Et relâche-nous Barabbas. Ce dernier avait été mis en prison pour une émeute survenue dans la ville, et pour meurtre.” (Luc, XXIII, 18-19.)

Monsieur le Ministre,

J’ai appris en lisant le journal qu’un de mes collègues, professeur d’histoire dans un lycée de Manosque, viendrait d’être purement et simplement révoqué pour avoir montré à ses élèves des images — sanglantes nécessairement — d’avortements.

A ce propos, il y a une chose ou deux que je ne veux pas garder sur le cœur et que je me sens obligé de vous avouer. Vous trouverez peut-être cela ridicule, mais je voudrais en me confiant publiquement à vous me mettre à l’abri du reproche qui pourrait m’être fait, au jour du jugement, de ne pas avoir dit tout haut ce que je croyais.

J’imagine que ça ne doit pas être beau à voir, un avortement. Mais là n’est pas l’essentiel. Il s’agit plutôt de savoir si c’est un crime. Ceux — dont je suis — qui le croient ont le sentiment pénible que le monde est à l’envers, lorsqu’ils voient qu’on punit, au lieu des meurtriers et de leurs complices, le citoyen courageux qui a donné l’alerte. Il est vrai que c’est faire d’une pierre deux coups, puisqu’on fait taire le témoin et en même temps on trouve un coupable : non pas celui qui tenait le fer homicide, mais le témoin qui a fait un rapport fidèle de ce qu’il a vu. C’est lui qui a péché.

Pourtant, quand on y pense, l’action qu’on reproche à ce professeur méritait plutôt vos encouragements. Quelle est en effet la fonction des enseignants, si ce n’est pas d’instruire, de faire connaître, autant que possible, la vérité ? Le journal L’Humanité du 4 avril peut bien appeler cela de l’obscurantisme : qu’est-ce que ça change ? Après tout, la France n’est pas l’Union Soviétique.

Puisque j’ai commencé de confesser ma croyance, j’ajoute que je suis catholique et que, loin de vouloir le dissimuler, je m’en fais gloire, comme aurait dit Bossuet. Connaissez-vous Bossuet, Monsieur le Ministre ? C’est un de nos plus grands écrivains. Il était catholique lui aussi. On ne le lit plus guère dans vos écoles. C’est dommage, à mon avis. Je ne sais si vous en conviendrez avec moi. Certes j’ai remarqué que vos parents — qui, soit dit en passant, ne vous ont pas avorté, autrement vous n’auriez pas révoqué mon collègue — que vos parents, disais-je, vous ont donné, avec la vie, le prénom d’un apôtre. Mais j’ai bien conscience que cela ne prouve rien. Un prénom chrétien, cela n’empêche pas d’être franc-maçon, démocrate ou Dieu sait quoi d’autre.

Du reste, j’ai plusieurs fois constaté qu’on pouvait être à la fois chrétien et démocrate. Je n’ai jamais trop compris comment, mais il y a des gens qui m’ont assuré que c’est possible. Pour moi, un chrétien démocrate, c’est quelqu’un qui voudrait bien que Pilate relâche le Christ plutôt que Barabbas, si tout le monde était d’accord ; mais qui n’a pas le courage de s’opposer à la populace et qui se cherche des raisons pour couvrir sa honte.

Car l’un des deux seulement peut être gracié : ou Jésus-Christ ou Barabbas. Pilate ne veut en relâcher qu’un, de sorte qu’on est obligé de choisir ou l’un ou l’autre. De même, il est clair qu’on ne peut pas à la fois promouvoir dans les écoles de France le dévergondage et l’infanticide qui en est la suite naturelle, et permettre qu’on cherche à éclairer les consciences. Il faut nécessairement choisir entre dépraver et éduquer.

Quel choix, Monsieur le Ministre, voulez-vous que nous fassions ?

Roland CHASTAIN.

P.-S. Je suis professeur de philosophie au Lycée français Liberté, B. P. 910, Bamako (Mali).
http://proviefrance.blogvie.com/2011/04 ... sabilites/
"À tout moment, nous subissons l’épreuve, mais nous ne sommes pas écrasés;
nous sommes désorientés, mais non pas désemparés;
nous sommes pourchassés, mais non pas abandonnés;
terrassés, mais non pas anéantis…
".
2 Co 4, 8-10

Avatar de l’utilisateur
Anne
Prætor
Prætor
Messages : 7031
Inscription : jeu. 21 févr. 2008, 1:05
Conviction : Catholique romaine
Localisation : Provincia Quebecensis

Re: Suspension d'un prof qui avait diffusé une vidéo anti-IV

Message non lu par Anne » lun. 11 avr. 2011, 0:36

Idem.
DE QUOI PHILIPPE ISNARD EST IL COUPABLE ?

Etant féministe, athée, pour la loi Veil, au moins dans sa version initiale, et pour l’information sur la contraception et son usage, et ayant appris la révocation de Philippe Isnard par Luc Chatel, qui m’a révoltée, j’ai relu les accusations dont il a fait l’objet de la part de celles qui l’ont demandée.

Aucune ne me parait justifier de dire comme il a été dit, que ses élèves auraient été « victimes » d’un comportement condamnable de sa part, au point que son renvoi eût été nécessaire.

La première remarque est que tout ce qui lui a été reproché de dire sur l’avortement et la contraception, n’a rien de religieux, un athée soucieux de la protection de la vie, un athé qui raisonnerait par récurrence en demandant : « Si on admet l’avortement à tel stade, pour telle malformation, alors jusqu’où l’admet-on ? » pourrait tenir exactement les propos qui sont reprochés à Philippe Isnard. Il n’y a donc pas là en soi de problème de laïcité. Il est accusé par contre d’avoir « prôné la doctrine catholique comme supérieure à tout » : est ce vrai ou non, mais à moins qu’il ne passe ses cours à cela et ne note les élèves en fonction de leur adhésion, la sanction parait pour le moins disproportionnée …

La deuxième remarque est qu’à part une mère d’élève interviewée par une télévision et critiquant la violence du film montré aux élèves, il n’a été montré par les journalistes aucune preuve que des élèves aient été en fait choqués par cette projection : si des plaintes avaient eu lieu, si les services psychologiques avaient reçu des élèves, les journalistes en auraient sans doute fait état …

[...]

J’ai vu le film en cause, il est effectivement mauvais, présentant des images chocs sans aucune explication sur l’histoire des petits cadavres et les circonstances de leur mort, mais étant donné que justement il n’y a aucun commentaire et juste de la musique, les élèves envoyées au fond de la classe pour ne pas le voir, ne pouvaient rien entendre de choquant non plus … Il n’empêche qu’aussi mauvais qu’il soit, il montre des embryons ou fœtus pouvant très bien avoir été détruits par des avortements légaux selon la législation de différents pays qui permettent l’avortement jusqu’à la viabilité ou sans limite et les méthodes d’aspiration, de curetage, et jusqu’à il y a quelques années aux USA par « naissance partielle ».

[...]

Dénonciation de la loi Veil : j’ai déjà expliqué quel problème pose le fait de faire de cette dénonciation un crime dans mon texte « Je suis pour l’avortement … », en résumé, dans une démocratie, les citoyens ont le droit de débattre des lois, sinon, l’on n’est plus en démocratie, mais un Etat basé sur des dogmes, où la souveraineté n’appartient plus au peuple, mais à l’oligarchie prenant le droit de décider des dogmes reconnus. Mais heureusement, tant que ces dogmes sont détachés de cette horreur de notion de dieu, les défenseurs de la laicité peuvent les défendre au nom de la liberté et de « ni dieu ni maitre » n’est ce pas ? A zut, ils ont oublié « ni maîtres » … Ils sont d’un distrait tout de même !

[...]
des moyens abortifs qu’il convient de proscrire : même remarque que pour la contestation de la loi Veil : pourquoi un professeur ne pourrait il dire sa conviction à ses éléves là-dessus, puisque le Planning et d’autres professeurs peuvent leur dire qu’ils sont eux, pour la contraception et l’avortement ? Je dois être sourde, pour ne pas avoir entendu une seule justification rationnelle à l’appui de l’affirmation qu’il serait scandaleux que les élèves entendent autre chose que l’apologie de la loi Veil.

[...]
L’argument que je préfère : critique de la capote qui favoriserait l’expansion des MST. Je suis pour l’usage des préservatifs, pour minimiser les risques, mais le Pape a tout à fait raison de dire que la publicité en faveur de l’usage du préservatif au lieu de la fidélité favorise les risques de transmission. Aucun moyen technique n’est fiable à 100 %, donc encourager les gens, comme le font plusieurs publicité en été par exemple, à avoir des relations sexuelles avec des gens qu’ils ne connaissent pas et sans auparavant de période d’abstinence suffisante pour s’assurer que l’on n’est pas porteur du HIV, c’est effectivement leur faire courir un risque, et pas un petit risque, juste un risque mortel.

[...]
Bon, sérieusement, parlons maintenant de ce que les élèves entendent et se voient imposer de vraiment grave pour eux, et qui ne fait l’objet d’aucune sanction. J’ai été témoin de propos antisémites, en cours magistral en pleine classe. Nombre de professeurs ont entrainé leurs élèves dans des manifestations politiques à plusieurs reprises et de plus en plus fréquemment. [...]

Mais le monstre, c’est Philippe Isnard surement … ?

Elisseievna
Tout la lettre mérite le déplacement:

http://proviefrance.blogvie.com/2011/04 ... -coupable/
"À tout moment, nous subissons l’épreuve, mais nous ne sommes pas écrasés;
nous sommes désorientés, mais non pas désemparés;
nous sommes pourchassés, mais non pas abandonnés;
terrassés, mais non pas anéantis…
".
2 Co 4, 8-10

elisseievna
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 553
Inscription : ven. 08 oct. 2004, 3:08

Re: Suspension d'un prof qui avait diffusé une vidéo anti-IV

Message non lu par elisseievna » lun. 11 avr. 2011, 20:33

attention, vous citez une interdite de forum pour cause de non catholicité :)
merci quand meme pour l'appréciation !
Roublev, peintre de genie, chretien ou pas.

JACQUES-FRANCOIS
Ædilis
Ædilis
Messages : 10
Inscription : mer. 03 mars 2010, 20:33
Localisation : Docèse de BAYEUX & LISIEUX

Re: Suspension d'un prof qui avait diffusé une vidéo anti-IV

Message non lu par JACQUES-FRANCOIS » lun. 11 avr. 2011, 21:06

Je croyais que Philippe ISNARD était le dernier des dinosaures à oser dire la vérité.
Que nenni, il s'en trouve un autre avec le professeur Roland CHASTAIN. Aura-t-on, le courage, ou la lâcheté, c’est selon, de le révoquer ?
Un chrétien ne peut avoir que cette attitude de vérité, le reste n’est que poudre aux yeux.
Merci Monsieur Roland CHASTAIN, je vous compte parmi mes frères en Notre Seigneur JÉSUS-CHRIST.
Je prie pour que des hommes de votre trempe se lèvent pour dire NON à la barbarie. Oui à la vérité, quoiqu’il en coûte.
Avec vous rien n’est perdu, le combat ne fait que commencer.
Courage, nous aurons la victoire, car notre combat est clairement dans le plan de DIEU pour les hommes.
La défense de la vie dès la conception vaut bien quelques petits sacrifices. Votre récompense sera grande.
Merci !
JFL

Pissenlit
Ædilis
Ædilis
Messages : 21
Inscription : sam. 26 mars 2011, 2:53

Re: Suspension d'un prof qui avait diffusé une vidéo anti-IV

Message non lu par Pissenlit » lun. 11 avr. 2011, 22:42

En ce moment-même : les anti-avortements et l'affaire du prof sont le sujet du "Spécial Investigation" de ce soir sur Canal+. Je suis curieuse de savoir ce qu'ils vont en dire...

Edit : Bon ben en fait, j'espère que vous avez pas regardé... T_T

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 13 invités