Liberté de conscience et "mariage pour tous"

« Donne à ton serviteur un cœur attentif pour qu'il sache discerner le bien du mal » (1R 3.9)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions morales et éthiques. Certaines discussions de ce forum peuvent heurter la sensibilité des jeunes lecteurs.
jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8383
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Liberté de conscience et "mariage pour tous"

Message non lu par jean_droit » sam. 27 oct. 2012, 10:48

Beaucoup d'évêques se sont exprimés avec force contre le mariage homosexuel.

Le Salon beige donne chaque fois que possible des extraits de leurs déclarations :

Du cardinal Ricard, archevêque de Bordeaux :

Extrait :
Non, le mariage n'est pas pour tous !

Editorial fort du cardinal Ricard :

"Le gouvernement a commencé à dévoiler le futur projet de loi concernant « le mariage pour tous ». Ce projet se veut d’ambition modeste : il ne s’agirait que d’élargir la possibilité de se marier et d’adopter des enfants à une catégorie de personnes, qui, aujourd’hui, en sont privées, à savoir deux personnes du même sexe. En fait, cette loi, si elle était votée, remettrait en question, en la bouleversant radicalement, l’institution du mariage et de la filiation.

CE QUI EST EN JEU

Le mariage est l’union d’un homme et d’une femme, visant à fonder une famille et à y accueillir des enfants. Il n’est pas cette reconnaissance publique des sentiments, à laquelle pourraient aspirer tous ceux qui s’aiment sincèrement. Cette reconnaissance ne regarde pas les pouvoirs publics. Par contre, ceux-ci sont concernés par la fonction sociale qu’a le mariage : il insère le couple dans la société et inscrit la filiation dans une institution stable. Le couple marié contribue à l’édification de la société en transmettant la vie et en participant à un véritable travail éducatif. Les droits liés au mariage viennent en contrepartie des missions, tâches et devoirs des époux et parents.

Toutes les sociétés ont fondé l’institution du mariage sur la différence des sexes. Il n’y a pas là quelque chose d’archaïque ou de dépassé, mais une juste perception de ce qu’est la vraie nature du couple humain. La révélation biblique vient d’ailleurs nous confirmer que cette donnée, présente au cœur de sociétés et de cultures extrêmement diverses, s’inscrit en fait dans le dessein même de Dieu : « Dieu créa l’homme à son image, à l’image de Dieu il le créa ; homme et femme il les créa » (Gn 1, 27).

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8383
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Re: Paroles d'évêques contre le mariage homosexuel

Message non lu par jean_droit » sam. 27 oct. 2012, 10:52

De monseigneur Jacolin, évêque de Mende :

Extrait :
Dénaturation du mariage : "faire barrage aux fausses générosités et aux vraies lâchetés d’un monde sans boussole"

De monseigneur Jacolin, évêque de Mende :

"L’Evangile est destiné à tout homme et il concerne tout l’homme. C’est pourquoi l’Eglise se doit d’intervenir aujourd’hui dans le débat à propos de l’élargissement du mariage à de personnes du même sexe. Non, il ne s’agit pas là une affaire privée dont le législateur pourrait changer les dispositions au gré des variations d’opinions changeantes ! Non, l’altérité entre l’homme et la femme dans l’égalité de leur dignité humaine n’est pas une différence comme les autres qui pourrait être modifiée selon les cultures et les aléas idéologiques !

La famille et le mariage sont au croisement de l’intime et du publique qui fonde la construction personnelle de chacun et celle de toute la société dans la suite des générations. Y toucher est donc particulièrement grave et ce serait légèreté que de le faire pour des raisons électoralistes. Je crois que la lumière de l’Evangile et les lumières de la raison humaine se rejoignent ici pour faire barrage aux fausses générosités et aux vraies lâchetés d’un monde sans boussole.

N’hésitez donc pas à contacter vos élus nationaux, député et sénateur, pour que la France se donne le temps et les moyens d’une réflexion de fond sur cette question qui concerne tous les hommes et toutes les femmes dans leur dignité et leur responsabilité.

« Le Christ est la Lumière des nations », tels sont les premiers mots de la constitution conciliaire sur l’Eglise. Qu’il soit aujourd’hui notre Lumière, Lumière pour l’humanité entière, pour tout homme et tout l’homme !"

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8383
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Re: Paroles d'évêques contre le mariage homosexuel

Message non lu par jean_droit » sam. 03 nov. 2012, 16:14

Du Salon Beige ... évidemment.
03 novembre 2012

Dénaturation du mariage : monseigneur Rivière écrit avec les AFC aux élus de son diocèse

Lu ici :

"Madame, Monsieur,

Nous voulons vous écrire parce que vous êtes élus locaux de nos communes, et parce que certains d’entre vous exercent une responsabilité législative nationale. Vous le savez, le futur projet de loi sur le « mariage pour tous » interroge. Il est demandé de répondre à cette question : « Etes-vous pour l’égalité des droits de tous par rapport au mariage civil ?» De nombreux français répondent, semble-t-il, affirmativement parce qu’ils ne veulent pas de discrimination, et souhaitent qu’un petit groupe de personnes ne soit pas écarté des droits qu’ont toutes les autres personnes.

« Etes-vous favorable à la suppression de toute mention du père et de la mère dans le Code Civil ? Voulez-vous que la loi décrète qu’un mot de la langue française changera de sens ? Pensez-vous que l’union entre un homme et une femme, et l’union entre deux personnes de même sexe soient la même chose ? » Beaucoup vont ici répondre non.

Il nous apparaît donc que l’on ne peut pas résumer ce débat à la seule question juridique. Les droits s’exercent d’ailleurs toujours dans certains cadres donnés et ne sont évidemment pas opposables à tous de la même manière et dans tous les domaines.
Ce qui nous préoccupe, et qui ajoute encore à notre sentiment et notre raison de refus de l’avant projet de loi tel qu’il est annoncé, c’est qu’il y aurait ainsi une remise en question de la non-discrimination pour les enfants à se voir reconnaître un père et une mère. Ce droit naturel est repris dans la Convention des droits de l’enfant du 20 novembre 1989 dans son article 7 ratifié par la France. Le
mariage protège la filiation d’un enfant, et la reconnaissance d’une origine par un père et une mère. Ce n’est pas parce que ce lien d’origine n’est pas toujours bien vécu qu’il faut supprimer la nécessaire place d’un homme et d’une femme dans la filiation. Nous touchons là des fondamentaux de la vie en société.
Que certains pays aient voté des lois ou non sur ce sujet n’empêche pas la responsabilité de notre pays! Nous respectons la liberté de chacun à se comporter dans sa vie psychique comme il l’entend, mais la société doit-elle entrer dans l’encadrement de la vie psychique des citoyens ? Et l’Etat peut-il contrevenir, redisons-le, aux droits fondamentaux de l’enfant en allant jusqu’à la suppression des mots « père » et « mère » dans le code civil ?

C’est pourquoi, les associations familiales catholiques, avec l’Eglise Catholique, expriment leur vive opposition à ce projet de « mariage pour tous ».
Les orientations de cet avant projet de loi engageraient le devenir de notre société ; elles nécessitent un débat public national approfondi pour que chacun puisse être entendu. Aussi, nous souhaitons que vous interveniez auprès du Gouvernement pour organiser un débat public et que vous demandiez que soit pris le temps de la réflexion avant tout travail parlementaire. […]

Comptant sur votre attention et nous tenant à votre disposition, nous vous prions de croire, Madame, Monsieur, à nos sentiments reconnaissants.

Autun, le mardi 23 octobre 2012
+ Benoit Rivière
Evêque d’Autun, Chalon, Mâcon

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13139
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Re: Paroles d'évêques contre le mariage homosexuel

Message non lu par etienne lorant » dim. 04 nov. 2012, 15:35

Le cardinal de Paris, André Vingt-Trois, a précisé ses critiques contre le mariage homosexuel dimanche lors de l'assemblée des évêques de France, à trois jours de l'examen du projet de loi autorisant cette union en conseil des ministres.
Le cardinal André Vingt-Trois, qui a fustigé le mariage homosexuel, a défendu dimanche à Lourdes le droit des enfants "à se construire en référence" à un père et à une mère, lors de la célébration de la messe à la basilique Notre-Dame-du-Rosaire. La veille, il a taxé le mariage homosexuel de "supercherie".

"Quand nous défendons le droit des enfants à se construire en référence à celui et à celle qui leur ont donné la vie, nous ne défendons pas une position particulière, a expliqué le président de la Confédération des évêques de France. Nous reconnaissons ce qu'expriment les pratiques et les sagesses de tous les peuples depuis la nuit des temps et ce que confirment bien des spécialistes modernes."

Se défendant contre un "conformisme social", le cardinal-évêque s'est demandé "comment vivre en société sans reconnaître qu'il y a certaines règles de comportement qui dépassent les désirs individuels et qui s'imposent à tous". Mgr Vingt-Trois a prononcé son homélie lors d'une assemblée des évêques de France réunis à Lourdes à quelques jours d'un Conseil des ministres où sera présenté un avant-projet de loi sur le mariage et l'adoption pour les couples homosexuels.
[+] Texte masqué
http://lci.tf1.fr/france/societe/andre- ... 27124.html
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8383
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Re: Paroles d'évêques contre le mariage homosexuel

Message non lu par jean_droit » lun. 05 nov. 2012, 17:52

Du Salon Beige .... bien sûr.
Mgr Herbreteau : "On récuse la différence sexuelle et on dissocie la sexualité de la fécondité"

Mgr Hubert Herbreteau, évêque d'Agen, vient de publier un message dont voici des extraits :

"Le projet de loi concernant le mariage et l’adoption « pour tous » doit être présenté au Conseil des ministres, le 7 novembre. L’examen de ce texte à l’Assemblée nationale aura lieu dans la deuxième quinzaine de janvier 2013.

Il suscite aujourd’hui de nombreuses réactions. Comment dépasser un climat un peu trop passionnel parfois ? Comment réfléchir aux enjeux humains d’un tel projet ? Les chrétiens doivent prendre toute leur place dans un débat qui touche le fondement même de notre société française. [...]

Il importe de constater ensuite que ce projet de loi concernant les personnes de même sexe suscite des réactions qui manquent souvent d’argumentation. Ce n’est pas suffisant d’affirmer : « Du moment que ces personnes s'aiment, acceptons ce type d’union, faisons-le ! » On ne bâtit pas une institution comme le mariage uniquement à partir de sentiments. De même, lorsque l'on dit : « D'autres pays d'Europe l'ont bien fait, pourquoi pas nous ? » L’argument n’est pas vraiment juste. Peu de pays, en fait, ont élaboré le même type de projet. Et là où cela s’est réalisé, une évaluation correcte a-t-elle été entreprise ? Ou encore, c’est trop facile de dire : « L'opinion publique est pour, alors faisons-le !» Est-ce si sûr ?

Ce qu’il faut surtout approfondir et préserver, c’est l’institution du mariage civil, républicain. À travers cette institution, la société reconnaît et protège le libre engagement de l’homme et de la femme dans le respect mutuel, la fidélité et l'ouverture à la vie.

250000 mariages sont célébrés en France chaque année et c'est toujours un événement important pour ceux qui s'y engagent. La position des catholiques concerne avant tout le mariage civil.

Mais, bien sûr, la réflexion des catholiques est forcément marquée par la lecture de la Bible et par l'importance qu’ils accordent au sacrement du mariage chrétien. Ce que promeut l’Église, c'est une conception du mariage et de la famille qui n'est pas une particularité confessionnelle. L’Église se met simplement au service non pas d’abord d’elle-même mais tout simplement de l'humanité.

Alors que peut-on souhaiter ? Une réforme en profondeur du mariage civil et de la filiation concerne tous les citoyens et devrait faire l'objet d'un large débat. Pourquoi se presser ? Certes, il s'agit d'une promesse du président actuel, mais sur une question qui touche à l'avenir de notre société, la réflexion s'impose au plan juridique, psychologique, philosophique.

Ainsi, la question de l'égalité est une vraie question. Mais l'égalité n'est pas la similitude. Le respect des droits supposés de certains n’efface pas les droits réels des autres. Dans le cas de l’adoption d’enfant par des personnes de même sexe, il y aurait à prendre en compte non seulement le droit à l’enfant mais surtout le droit de l’enfant. [...]

Ce qui doit nous interroger, c'est finalement le rôle de l'État dans cette affaire. Doit-il satisfaire des demandes particulières ? Ne doit-il pas plutôt légiférer en vue du bien commun ? N’y aurait pas grand profit à développer une réflexion d’ordre anthropologique ?

C’est un fait : on ne sait plus aujourd’hui parler de la dignité de la masculinité et de la féminité. On récuse la différence sexuelle et on dissocie la sexualité de la fécondité. [...]"

Michel Janva

Sol Invictus
Quæstor
Quæstor
Messages : 240
Inscription : mer. 23 mai 2012, 18:32

Re: Paroles d'évêques contre le mariage homosexuel

Message non lu par Sol Invictus » mar. 06 nov. 2012, 11:51

Pendant ce temps

http://www.20minutes.fr/ledirect/103514 ... ie-agresse

Paris: Un militant anti-homophobie agressé
Mis à jour le 03.11.12 à 21h40

Alexandre Marcel, le vice-président du Comité Idaho, une ONG qui coordonne la journée mondiale contre l'homophobie et la transphobie, a confirmé avoir déposé plainte contre X samedi, suite à une agression subie dans la nuit de vendredi à samedi, alors qu'il se trouvait au «Cud», un club gay du Marais parisien.

«A 2h30 du matin, je suis sorti du bar pour fumer une cigarette avec mon compagnon, quand cinq mecs sont arrivés et se sont mis à taper sur les videurs. Ils disaient: "sur le Coran, on va tous vous tuer, bandes de pédés!"», raconte-t-il. «J'ai voulu rentrer me réfugier dans le club. L'un des videurs, qui saignait beaucoup, m'a dit d'appeler la police», poursuit-il. «L'un des agresseurs m'a vu appeler, et m'a aspergé de bombe lacrymogène sur le visage», a-t-il ajouté.
Un appel aux religieux

Au total, trois videurs ont reçu des coups, et lui-même, son compagnon et certains clients du bar ont été aspergés de gaz lacrymogène, détaille Alexandre Marcel. «J'ai beaucoup moins les yeux et la peau qui brûlent, mais je tousse et crache encore beaucoup», explique-t-il seize heures après les faits. «Le pire, c'est que les videurs m'ont dit qu'ils n'allaient pas porter plainte parce qu'on n'allait pas les retrouver de toute façon», a-t-il déploré.

Le vice-président du Comité Idaho lance un appel aux religieux, musulmans et catholiques en particulier: «il faut qu'ils arrêtent de taper sur les homosexuels dans leurs prêches, de monter la tête à leurs pratiquants. Je l'ai bien vu aujourd'hui: c'était "t'es homo, c'est péché!"». Selon lui, le contexte actuel du débat autour du mariage gay -dont le projet de loi sera présenté mercredi en Conseil des ministres- contribue à faire monter l'homophobie.

Il invite donc le CFCM, le Conseil français du culte musulman, à signer la «charte de lutte contre l'homophobie» du comité et appelle également le clergé à «ne pas faire monter les clivages.» Ce samedi, Monseigneur André Vingt-Trois, président de la conférence des évêques de France, a appelé à Lourdes les chrétiens à «se mobiliser» contre le projet de loi sur le mariage homosexuel.
Avec Sipa

Avatar de l’utilisateur
Raistlin
Prætor
Prætor
Messages : 8048
Inscription : jeu. 01 mars 2007, 19:26
Localisation : Paris

Re: Paroles d'évêques contre le mariage homosexuel

Message non lu par Raistlin » mar. 06 nov. 2012, 12:09

Sol Invictus a écrit :Le vice-président du Comité Idaho lance un appel aux religieux, musulmans et catholiques en particulier: «il faut qu'ils arrêtent de taper sur les homosexuels dans leurs prêches, de monter la tête à leurs pratiquants.
Ridicule. Il n'est pas chrétien d'aller frapper sur le pécheur pour le punir de son péché : oui les actes homosexuels sont des péchés mais non, cela ne nous donne pas le droit d'exercer la justice divine. Par contre, la mise à mort de celui qui se livre a des actes homosexuels est bel et bien islamique.

Oserai-je rêver d'un jour où les medias arrêteront de tout confondre ?
« Dieu fournit le vent. A l'homme de hisser la voile. » (Saint Augustin)

Sol Invictus
Quæstor
Quæstor
Messages : 240
Inscription : mer. 23 mai 2012, 18:32

Re: Paroles d'évêques contre le mariage homosexuel

Message non lu par Sol Invictus » mar. 06 nov. 2012, 12:41

Ne comptez pas là dessus. Ils pointent du doigt l’Église pour essayer de faire passer le message aux "intouchables" instances islamiques a qui ils n'ont pas le courage de s'adresser directement ou nommément. Ils savent très bien que les chrétiens ne s’arrêtent qu'à la Parole et ce depuis longtemps, et surtout ils ne trouveront jamais trace dans les Évangiles d'une incitation au châtiment corporel à faire subir aux homosexuels.

Qu'on me trouve l'équivalent de ceci : « Est-ce qu'on tue l'actif et le passif, par quels moyens les tuer, est-ce avec un sabre ou le feu ou on les jetant du haut d'un mur, cette sévérité qui semblerait inhumaine n'est qu'un moyen de débarrasser la société islamique de ces êtres nocifs qui conduisent à la perte de l'humanité » Y. Al Qaradawi

Les chrétiens ne sont pas un danger pour les homosexuels, et vice versa.

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8383
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Re: Paroles d'évêques contre le mariage homosexuel

Message non lu par jean_droit » jeu. 08 nov. 2012, 11:02

Du Salon Beige :

Début :
"Le législateur ne veut ni ne peut faire du catholicisme sans le catholicisme et du mariage sans le mariage"

L'évêque d'Arras intervient sur le projet de loi :

"Même lorsque le citoyen lambda n’est pas particulièrement versé dans le droit, ce qui est mon cas, il est toujours instructif de lire un projet de loi et surtout de s’attarder sur l’exposé des motifs qui précède le texte lui-même.

Comme beaucoup, j’ai pu prendre connaissance de l’avant-projet de loi « visant à ouvrir le mariage et l’adoption aux couples du même sexe. » Dans l’exposé des motifs, nous lisons les passages suivants : « Prérogative de l’église [1] durant l’Ancien régime, le mariage civil, révocable et enregistré en mairie a été institué par la loi du 20 septembre 1792 … Ce mariage laïc, qui pour l’essentiel transpose les règles du droit canon, n’a pas été défini par le code civil … »

Le document reconnaît explicitement que le mariage civil constitue en quelque sorte un jumeau du mariage religieux tel qu’il est défini et pratiqué dans l’Église catholique. Il est superflu de rappeler ici les textes de l’Écriture et la théologie sur lesquels repose le droit canon. Il est clair que ceux-ci n’envisagent pas le mariage autrement qu’entre un homme et une femme.

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8383
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Re: Paroles d'évêques contre le mariage homosexuel

Message non lu par jean_droit » jeu. 08 nov. 2012, 11:08

Du Salon beige :

Bravo au Salon Beige pour, inlassablement, défendre la vue chrétienne du mariage.

Nous en sommes à 62 évêques qui ont, individuellement, déclaré leur opposition au mariage homosexuel.

Unamimité et courage !
Dans les questions fondamentales du droit, le principe majoritaire ne suffit pas

Mgr Pacsal Wintzer, archevêque de Poitiers, vient de publier à son tour son analyse du sujet :

"[...] Evêque catholique, j'estime qu'un tel projet est néfaste. Il l'est d'abord pour la société. Mon jugement n'est en rien la défense d'intérêts confessionnels et religieux, il exprime un sens de l'homme et de la femme qui nous concerne tous.

C'est la différence qui fonde la relation humaine, qui permet la relation ; la différence des sexes en est l'expression la plus fondamentale. Même si cette différence s'exprime de bien des manières et en de multiple lieux, c'est dans la famille que se tient son apprentissage.

Le projet de loi met également à mal la filiation. Au sein d'un couple formé de deux personnes du même sexe, l'enfant qui pourra y être élevé sera certes entouré de l'amour de « parents », mais il découvrira qu'il doit sa vie à une troisième personne, étrangère à ce couple. Pour chacun l'accès à son identité est un enjeu essentiel, la situation créée au sein de ce type de familles risque d'être un facteur supplémentaire de fragilité dans une société qui en offre déjà beaucoup.

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13139
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Re: Paroles d'évêques contre le mariage homosexuel

Message non lu par etienne lorant » jeu. 08 nov. 2012, 11:39

Serge Dassault met les pieds dans le plat !

Dans l'enregistrement diffusé par le journal de France Culture mercredi matin, on entend M. Dassault se demander, à propos du mariage homosexuel: "il n'y a plus de renouvellement de la population, à quoi ça rime?".

"On va avoir un pays d'homos. Et bien alors dans dix ans il n'y a plus personne. C'est stupide", ajoute l'élu de 87 ans, PDG du groupe Dassault et propriétaire du Figaro.

"Regardez dans l'histoire, la Grèce, c'est une des raisons de sa décadence, à l'époque", poursuit Serge Dassault. "Décadence totale, bien sûr. C'est l'arrêt de la famille, c'est l'arrêt du développement des enfants, c'est l'arrêt de l'éducation. C'est un danger énorme pour l'ensemble de la nation, énorme", ajoute-t-il.

"Le prix de l'homophobe du jour revient donc au sénateur Serge Dassault", écrit le PCF dans un communiqué.
"Quand on pense aux bêtises proférées par ce patron de presse détenteur d'un quotidien national, ajoutées au fait que comme élu de la République, il détient un mandat parlementaire lui permettant de voter les lois, il y a de quoi s'inquiéter pour la qualité du débat démocratique en France", est-il ajouté.

(...)

Il n'empêche que ce que dit Serge Dassault est fort proche du simple bon sens !
[+] Texte masqué
http://www.lalibre.be/societe/general/a ... tique.html
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

JustineF
Quæstor
Quæstor
Messages : 328
Inscription : mar. 20 mars 2012, 18:16

Re: Paroles d'évêques contre le mariage homosexuel

Message non lu par JustineF » mar. 20 nov. 2012, 22:14

Il n'empêche que ce que dit Serge Dassault est fort proche du simple bon sens !
Le "bon sens" c'est l'idéolgie qu'on a cessé d'examiner à la lumière de l'esprit critique. en d'autres temps on soutenait que la Terre était plate. Cela passait pour le bon sens le plus élémentaire.
Men rarely (if ever) manage to dream up a God superior to themselves. Most Gods have the manners and morals of a spoiled child. Robert A. Heinlein

You can't convince a believer of anything; for their belief is not based on evidence, it's based on a deep-seated need to believe. Carl Sagan

Avatar de l’utilisateur
Fée Violine
Consul
Consul
Messages : 11285
Inscription : mer. 24 sept. 2008, 14:13
Conviction : Catholique ordinaire. Laïque dominicaine
Localisation : France
Contact :

Re: Paroles d'évêques contre le mariage homosexuel

Message non lu par Fée Violine » mer. 21 nov. 2012, 1:46

Perso je trouve la déclaration de Dassault particulièrement stupide!

JustineF
Quæstor
Quæstor
Messages : 328
Inscription : mar. 20 mars 2012, 18:16

Re: Paroles d'évêques contre le mariage homosexuel

Message non lu par JustineF » mer. 21 nov. 2012, 2:04

Fée Violine a écrit :Perso je trouve la déclaration de Dassault particulièrement stupide!

Cela fait du bien à lire par ici!

D'autant qu'il n'y a pas lieu de s'inquiéter de manquer de descendance, la preuve: les homosexuels veulent faire des enfants :)
Men rarely (if ever) manage to dream up a God superior to themselves. Most Gods have the manners and morals of a spoiled child. Robert A. Heinlein

You can't convince a believer of anything; for their belief is not based on evidence, it's based on a deep-seated need to believe. Carl Sagan

nad
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 1153
Inscription : ven. 24 sept. 2010, 23:09

Re: Paroles d'évêques contre le mariage homosexuel

Message non lu par nad » mer. 21 nov. 2012, 2:59

Le "bon sens" c'est l'idéolgie qu'on a cessé d'examiner à la lumière de l'esprit critique. en d'autres temps on soutenait que la Terre était plate. Cela passait pour le bon sens le plus élémentaire
Absolument pas le bon sens est ce qui permet de combler un vide et d'établir un discernement juste, de se référer à l'histoire pour comprendre, réfléchir et agir.....

Définition du bon sens selon l'Encyclopédie de l'Agora :
[+] Texte masqué
Bon sens
Définition
Le bon sens est l'intermédiaire entre l'ignorance et la connaissance bien assurée. Il est la raison sans raisons. Entre la sphère théorique où l'on s'entend rarement sur le sens d'un mot ou d'une idée et la sphère pratique où l'on doit agir, le plus souvent sans être assuré de pouvoir le faire en connaissance de cause, il y a un vide. Le bon sens comble ce vide. Il est la «la saine et droite raison», dit le Littré et plus loin: «le sens commun, l'intelligence et la lumière avec laquelle naissent la plupart des gens.» Le bon sens est de nos jours défini comme la raison en tant qu'elle remplit le vide laissé par la science: «capacité de bien juger, sans passion, en présence de problèmes qui ne peuvent être résolus par des raisonnements scientiques» (Le petit Robert).
Enjeux
Le bon sens est l'une des principales conditions de la liberté de pensée et de ses hautes et inutiles voltiges, comme le filet est la condition des prouesses du saltimbanque. On peut toujours, avec un minimum de risques, laisser les théoriciens se contredire entre eux sur les raisons de faire ceci ou cela, aussi longtemps que l'on a l'assurance que le bon sens prévaudra au moment inéluctable d'agir... et de choisir pour agir. Le génie est souvent perçu comme un état tel qu'il dispense du bon sens. Tout autre est le point de vue de Marmontel: «Le bon sens est la première qualité du génie; et l'à propos, la première loi du bon sens».

Mais quand dans une société le bons sens est fréquemment en déroute et quand on s'habitue à cette déroute, le pire est à craindre. À l'occasion des Fêtes de Noël de l'année 2002, l'humanité entière se sera infligée à elle-même le spectacle de la déroute du bon sens en offrant sans mesure les tribunes les plus importantes dans les médias aux dirigeants de la secte du plus bas étage qui soit, celle des Raëliens.

Peut-être le bon sens était-il, au temps de Descartes, « la chose du monde la mieux partagée.» Aujourd'hui, il faut tempérer Descartes par Boileau, à l'instar de Littré «Tout doit tendre au bon sens, mais pour y parvenir le chemin est glissant et pénible à tenir; pour peu qu'on s'en écarte aussitôt on se noie.»

Raël a présenté sur tous les écrans du monde le modèle, grandeur nature, de la soucoupe volante d'où sont descendus les extra-terrestres qui l'ont initié à la Vérité.
Bergson, dans Le Rire a proposé une méthode pour interpréter les faits de ce genre. Il nous donne en même temps une excellente définition du bon sens.

«Je suppose qu'un jour, vous promenant à la campagne, vous aperceviez au sommet d'une colline quelque chose qui ressemble vaguement à un grand corps immobile avec des bras qui tournent. Vous ne savez pas encore ce que c'est, mais vous cherchez parmi vos idées, c'est-à-dire ici parmi les souvenirs dont votre mémoire dispose, le souvenir qui s'encadrera le mieux dans ce que vous apercevez. Presque aussitôt, l'image d'un moulin à vent vous revient à l'esprit : c'est un moulin à vent que vous avez devant vous. Peu importe que vous ayez lu tout à l'heure, avant de sortir, des contes de fées avec des histoires de géants aux interminables bras. Le bon sens consiste à savoir se souvenir, je le veux bien, mais encore et surtout à savoir oublier. Le bon sens est l'effort d'un esprit qui s'adapte et se réadapte sans cesse, changeant d'idée quand il change d'objet. C'est une mobilité de l'intelligence qui se règle exactement sur la mobilité des choses. C'est la continuité mouvante de notre attention à la vie.

Voici maintenant Don Quichotte qui part en guerre. Il a lu dans ses romans que le chevalier rencontre des géants ennemis sur son chemin. Donc, il lui faut un géant. L'idée de géant est un souvenir privilégié qui s'est installé dans son esprit, qui y reste à l'affût, qui guette, immobile, l'occasion de se précipiter dehors et de s'incarner dans une chose. Ce souvenir veut se matérialiser, et dès lors le premier objet venu, n'eût-il avec la forme d'un géant qu'une ressemblance lointaine, recevra de lui la forme d'un géant. Don Quichotte verra donc des géants là où nous voyons des moulins à vent. Cela est comique, et cela est absurde. Mais est-ce une absurdité quelconque ?

C'est une inversion toute spéciale du sens commun. Elle consiste à prétendre modeler les choses sur une idée qu'on a, et non pas ses idées sur les choses. Elle consiste à voir devant soi ce à quoi l'on pense, au lieu de penser à ce qu'on voit. Le bon sens veut qu'on laisse tous ses souvenirs dans le rang ; le souvenir approprié répondra alors chaque fois à l'appel de la situation présente et ne servira qu'à l'interpréter. Chez Don Quichotte, au contraire, il y a un groupe de souvenirs qui commande aux autres et qui domine le personnage lui-même : c'est donc la réalité qui devra fléchir cette fois devant l'imagination et ne plus servir qu'à lui donner un corps. Une fois l'illusion formée, Don Quichotte la développe d'ailleurs raisonnablement dans toutes ses conséquences; il s'y meut avec la sûreté et la précision du somnambule qui joue son rêve. Telle est l'origine de l'erreur, et telle est la logique spéciale qui préside ici à l'absurdité. Maintenant, cette logique est-elle particulière à Don Quichotte ?»


Essentiel
«Le bon sens est la chose du monde la mieux partagée; car chacun pense en être si bien pourvu que ceux même qui sont les plus difficiles à contenter en toute autre chose n'ont point coutume d'en désirer plus qu'ils en ont. En quoi il n'est pas vraisemblable que tous se trompent: mais plutôt cela témoigne que la puissance de bien juger et distinguer le vrai d'avec le faux, qui est proprement ce qu'on nomme le bon sens ou la raison, est naturellement égale en tous les hommes; et ainsi que la diversité de nos opinions ne vient pas de ce que les uns sont plus raisonnables que les autres, mais seulement de ce que nous conduisons nos pensées par diverses voies, et ne considérons pas les mêmes choses. Car ce n'est pas assez d'avoir l'esprit bon, mais le principal est de l'appliquer bien. Les plus grandes âmes sont capables des plus grands vices aussi bien que des plus grandes vertus; et ceux qui ne marchent que fort lentement peuvent avancer beaucoup davantage, s'ils suivent toujours le droit chemin, que ne font ceux qui courent et qui s'en éloignent.»
Descartes, Discours de la méthode.


«Qu'il est difficile d'être content de quelqu'un!» Cette sévère parole de La Bruyère doit déjà nous rendre prudents. Car le bon sens veut que chacun s'adapte aux conditions réelles de la vie en société et il n'est point juste de condamner l'homme moyen; c'est folie de misanthrope. Donc, sans chercher les causes, je me garde de considérer mes semblables comme si j'étais un spectateur qui a payé sa place et qui veut qu'on lui plaise. Mais au contraire, repassant en moi-même l'ordinaire de cette difficile existence, je mets d'avance tout au pire ; je suppose que l'interlocuteur a un mauvais estomac ou la migraine, ou bien des soucis d'argent ou des querelles domestiques. Ciel douteux, me dis-je, ciel de mars, gris et bleu mêlés, éclairs de soleil et bise aigre ; j'ai ma fourrure et mon parapluie.»
Alain, Propos sur le bonheur.
Date de création:2012-04-01 | Date de modification:2012-04-0
"Reste avec nous, car le soir vient et déjà le jour baisse". Et Il resta avec eux. Luc 24, 29
« La parole de Dieu est première dans la mission, non seulement elle est antérieure au sacrement, mais il nous faut croire qu'elle est antérieure à l'annonce proprement dite faite par le disciple qui lui-même est d'ordre sacramentel. » p Christian de Chergé

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 24 invités