L'Église et la contraception

« Donne à ton serviteur un cœur attentif pour qu'il sache discerner le bien du mal » (1R 3.9)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions morales et éthiques. Certaines discussions de ce forum peuvent heurter la sensibilité des jeunes lecteurs.
Avatar de l’utilisateur
Christophe
Consul
Consul
Messages : 7682
Inscription : mer. 28 avr. 2004, 0:04
Conviction : Catholique
Localisation : Frankistan

Re: Contraception, que dit l'Église ?

Message non lu par Christophe » dim. 14 juin 2009, 13:11

Cher 998, votre message me semble empreint de puritanisme et s'éloigne en plusieurs endroits de l'enseignement officiel de l'Église.
XMVIII a écrit :Plus une méthode est fiable (fut elle naturelle) plus elle doit être proscrite, la seule étant acceptable est la continence qui ne doit être utilisé qu'en cas de nécessite autrement dit si on peut avoir des enfants nous ne devons pas abuser et prendre nos responsabilités.
Les méthodes "naturelles" ne sont justement pas des méthodes contraceptives mais des méthodes "de régulation des naissances" basées sur la reconnaissance des périodes fécondes et la continence pendant les-dites périodes. Vous avez raison, il faut des raisons sérieuses pour "différer" la procréation.
Compendium du CEC a écrit :497. Quand la régulation des naissances est-elle morale ?

2368-2369
2399

La régulation des naissances, qui représente un des aspects de la paternité et de la maternité responsables, est objectivement conforme à la morale quand elle se vit entre les époux sans contrainte extérieure, ni par égoïsme, mais pour des motifs sérieux et par des méthodes conformes aux critères objectifs de moralité, à savoir par la continence périodique et le recours aux périodes infécondes.
XMVIII a écrit :Il faut rappeler également que les dérivatifs que sont la masturbation, la fellation etc... sont interdits et contraire a la morale.
Si la masturbation est explicitement prohibée par le Magistère, ce n'est à ma connaissance pas le cas de la fellation et de certaines autres pratiques para-sexuelles. Je cite par exemple le Compendium du CEC :
Compendium du CEC a écrit :492. Quels sont les principaux péchés contre la chasteté ?

2351-2359
2396

Sont des péchés gravement contraires à la chasteté, chacun selon la nature de son objet : l’adultère, la masturbation, la fornication, la pornographie, la prostitution, le viol, les actes homosexuels. Ces péchés sont l’expression du vice de la luxure. Commis sur des mineurs, de tels actes sont un attentat encore plus grave contre leur intégrité physique et morale.
Il n'est fait aucune mention des actes para-sexuels qui peuvent être pratiqués au sein d'un couple marié. Ce qui laisse le champ libre à un examen de conscience individuel et conjugal. Je ne veux pas faire dévier le sujet, mais la sexualité humaine ne peut pas être réglementée comme un sport ; et la morale catholique ne peut pas être appréhendée comme un catalogue de ce qui est licite et de ce qui est illicite.
XMVIII a écrit :De même et il faut oser le dire, un couple ne devrait pas faire l'amour dans les période ou la fécondité n'est plus possible.
Ainsi un couple qui pour une raison ou une autre ne peut être fécond ne doit pas avoir de relations sexuelles.
Ainsi une femme ménopausée ou ayant subit une hystérectomie, ovariectomie ou un homme qui de par sa nature ou par une pathologie ou encore suite a un traitement médical ou chirurgical, soit donc toute personne qui se révélerait non fécond de manière certaine, ne doit pas avoir de relations conjugales.
L'acte conjugal a une double signification : unitive et procréatrice. Votre raisonnement tend à évincer la dimension unitive de la sexualité conjugale au profit de la seule dimension procréatrice. Or, nul ne peut exclure l'une ou l'autre. De quoi il ressort que d'une part pendant les périodes d'infécondité l'acte conjugal n'est pas empêché ; et d'autre part que les couples stériles peuvent pratiquer l'acte conjugal.
Compendium du CEC a écrit :496. Quelle signification a l’acte conjugal ?

2362-2367

L’acte conjugal a une double signification : unitive (la donation réciproque des époux), et procréatrice (l’ouverture à la transmission de la vie). Nul ne doit briser le lien indissociable que Dieu a voulu entre les deux significations de l’acte conjugal, en excluant l’une ou l’autre d’entre elles.
XMVIII a écrit :On notera également que si le problème était connu avant le mariage celui n'avait pas a être contracté.
C'est seulement dans le cas où le mariage ne pourrait pas être consommé (cas d'impuissance masculine par exemple) que le mariage ne peut être contracté.
Code de Droit Canonique a écrit :Can. 1084 - § 1. L'impuissance antécédente et perpétuelle à copuler de la part de l'homme ou de la part de la femme, qu'elle soit absolue ou relative, dirime le mariage de par sa nature même.
La stérilité n'est pas un empêchement dirimant au mariage :
Code de Droit Canonique a écrit :§ 3. La stérilité n'empêche ni ne dirime le mariage, restant sauves les dispositions du ⇒ can. 1098.
Par contre, comme l'indique le canon 1098, si l'un des époux a été volontairement trompé sur la stérilité de l'autre contractant, le mariage n'est pas valide :
Code de Droit Canonique a écrit :Can. 1098 - La personne qui contracte mariage, trompée par un dol commis en vue d'obtenir le consentement, et portant sur une qualité de l'autre partie, qui de sa nature même peut perturber gravement la communauté de vie conjugale, contracte invalidement.
XMVIII a écrit :Nous ne devons pas nous marié s'il n'y a pas possibilité d'être fécond.
Ce que vous dîtes est faux, comme le démontre le canon 1084-§3 précédemment cité. L'Église n'entend pas la fécondité du mariage dans le seul sens d'avoir des enfants.
Compendium du CEC a écrit :501. Que peuvent faire les époux, lorsqu’ils n’ont pas d’enfants ?

2379

Si le don de l’enfant ne leur a pas été fait, les époux, après avoir épuisé les recours légitimes de la médecine, peuvent marquer leur générosité par l’accueil ou par l’adoption, ou encore par l’accomplissement de services exigeants à l’égard d’autrui. Ils réalisent ainsi une précieuse fécondité spirituelle.
Bien à vous
Christophe
« N'ayez pas peur ! » (365 occurrences dans les Écritures)

Elia
Ædilis
Ædilis
Messages : 44
Inscription : dim. 17 mai 2009, 22:24

Re: Contraception, que dit l'Église ?

Message non lu par Elia » dim. 14 juin 2009, 17:56

XMVIII a écrit :Si de fait les rapports homosexuels ou hétéro hors mariage sont proscrites de fait,
il est parfois plus difficile a certain couple d'avoir des repères sur ce qui moralement acceptable.
Je pense qu'il n'est pas bien d'avoir une attitude flou ou équivoque a ce propos et
qu'il est préférable de dire les choses tels qu'elle devraient être !
Toute contraception est contraire a la morale catholique !
Plus une méthode est fiable (fut elle naturelle) plus elle doit être proscrite, la seule
étant acceptable est la continence qui ne doit être utilisé qu'en cas de nécessite autrement
dit si on peut avoir des enfants nous ne devons pas abuser et prendre nos responsabilités.
Il faut rappeler également que les dérivatifs que sont la masturbation, la fellation ect...
sont interdits et contraire a la morale.
De même et il faut oser le dire, un couple ne devrait pas faire l'amour dans les periode ou la fécondité n'est plus possible.
Ainsi un couple qui pour une raison ou une autre ne peut être fécond ne doit pas avoir de relations sexuelles.
Ainsi une femme ménauposée ou ayant subit une hystérectomie, ovariectomie ou un homme qui de par sa nature ou par
une pathologie ou encore suite a un traitement médical ou chirurgical, soit donc toute personne qui se révélerait non fécond
de manière certaine, ne doit pas avoir de relations conjugales. On notera que si il n'y a pas péché en cas d'ignorance
il y a un prix a payer pour la connaissance. (V."faute originelle" )
On notera également que si le problème était connu avant le mariage celui n'avait pas a être contracté.
Nous ne devons pas nous marié s'il n'y a pas possiblilité d'être fécond.
Si la chasteté est difficile, le recours a la prière saura nous ramener à la vertu.
Voir http://mariage_catholique.site.voila.fr/page4.html
Je vous avoue que j'ai été choquée par votre message... Sur le coup je me suis demandé si ce que vous dites peu tenir debout...
Christophe m'a déjà bien éclairé et en le lisant quelque chose d'autre m'est venu à l'esprit.

Les animaux, à ce que je sache, ont des relations sans plaisir. Un mâle a envie d'une femelle à cause des odeurs qu'elle a et une fois la période passée, plus rien n'a lieu. Or chez nous humains c'est tout à fait différent. Au moment des rapports il y a du plaisir et Dieu étant notre Créateur, s'Il avait voulu que l'acte sexuel ne serve qu'à nous reproduire, Il n'aurait pas fait que nous puissions avoir du plaisir... Donc le fait de proscrire les rapports conjugaux s'il n'y a pas fécondité ne tient pas debout.

On parle justement de savoir ne pas se comporter que comme des animaux... N'avoir des rapports que pendant la période de fécondité est animal. On ne verra pas un chien et une chienne copuler sans que la femelle soit en ovulation.
Donc avoir des rapports or période de fécondité est quelque chose d'humain.

Ce que vous dites prescrit finalement un comportement purement animal.

Je pense bien que mon raisonnement tient debout, mais je veux bien en discuter.

Avatar de l’utilisateur
XMVIII
Barbarus
Barbarus

Re: Contraception, que dit l'Église ?

Message non lu par XMVIII » lun. 15 juin 2009, 17:02

Chere Elia , chère Christophe
Pourquoi être choquée et pourquoi autant d'ambiguïté
autour de choses qui sont pourtant claires nettes et précises.
(Voir la réponse d'Olivier JC en 1ere page du sujet)
La comparaison avec la sexualité animal n'est pas pour me plaire
mais sachez qu'il est scientifiquement erroné de dire que les animaux n'ont pas de plaisir,
de même qu'il est erroné de déclarer que les animaux utilisent la sexualité a des seules
fins procréatives. (Voir sexualité des bonobos et finalités sociales )
Est-ce parce que la perversion n'existe pas chez l'animal que nous devons nous en différencier
en la pratiquant ?
Qu'il ne faille nullement résumer la sexualité humaine a une seule fin procréatrice est tout a fait moral
a la seule est unique condition que celle ci ne soit pas non plus résumé a la seule fin unitive.
Reprenons ce que dit de manière pertinente Olivier JC
" L'acte sexuel n'est intègre qu'il réunit de façon actuelle (c'est-à-dire à chaque fois) sa fonction unitive et sa fonction procréative ."
Il va de soit que ceci permet de comprendre ce qui est moral et ce qui ne l'est pas.
La sexualité en tant que dont de soi dans l'amour, le respect et la dignité n'est nullement
un obstacle au plaisir qui dans la vertu n'en sera que plus grand.

Pour Christophe, je ne saurais trop lui recommander de lire et comprendre la réponse d'Olivier JC
et de renoncé a ses inepties. La fellation n'a pas a être licite puisque éloignée au même titre que la
masturbation du dessin divin en ce sens qu'elle ne laisse pas place a la fonction procréative, toute
activité " para-sexuels " comme vous le dites et qui ne contiendrait pas en elle même
sa fonction unitive et sa fonction procréative, serait par essence un acte de contournement pervers illicite.
Le fait de rechercher des moyens de plaisirs charnelles qui n'auraient pas été décrites officiellement comme illicites par l'église
relève quelque peu de la fumisterie, tout comme le fait de juger ce que je rapporte comme "du puritanisme" en
donnant a ce terme une dimension péjorative que je n'aime pas, comme si la recherche de la pureté et de la sainteté était en elle même
un grave défaut.
Ce que vous dites est tout a fait contradictoire et fort brouillon :
je vous site : " L'acte conjugal a une double signification : unitive et procréatrice"
"Nul ne doit briser le lien indissociable que Dieu a voulu entre les deux significations de l’acte conjugal, en excluant l’une ou l’autre d’entre elles."
Ou voyez vous la dimension procréative dans la fellation, dans un mariage a actes stériles ???
"Nul ne doit briser le lien indissociable que Dieu a voulu entre les deux significations de l’acte conjugal, en excluant l’une ou l’autre d’entre elles."
Et pourtant ce lien est brisé dans les actes que vous proposez comme licites.
Lorsque vous me reprochez de ne voir que la seule dimension procréatrive il vaudrait mieux faire une
introspection dans vos propre propos ou vous déclarez licite des actes qui ne contiennent aux mieux
que la dimension unitive.
Qui êtes vous pour me juger ainsi ? Pourquoi ce que je dis vous dérange t'il autant ?
Fau -il que votre âme soit a ce point pervertie et votre cœur si dur pour ne pas vous rendre compte
que nous partons pourtant de la même base morale, que l'acte sexuelle dans la conjugalité doit être a la fois
unitive et procréative. Soyez donc plus tolérant envers vos semblables et moins envers les licences que vous
proposez et que je qualifierais de substitues dangereux a une vie conjugale saine et morale .
Citer des canons en ne tenant pas compte de leur integralité et de leur contexte ne saurait faire illusion.
Ce que j'édicte est nullement faux a partir du moment ou une union est stérile de manière certaine ce qui est très rare
ce n'est que la volonté et le savoir qui font le péché, encore une fois referez vous au 2 dimensions
unitives et procréatives a savoir si elles sont réunis dans les actes car dans ce que vous dites il serait
moral de vous marier avec une femme de 80 ans et de pratiquer la fellation !!! cela risque d'en choquer plus d'un.
Soyez cohérent avec vous même et sachez qu'il n'existe pas de sacrifice inutile lorsque l'on est au service de dieu.
Enfin je veux vous dire a tous 2 que les critiques que je fais me paraissent a moi aussi bien orgeuilleuses
et qu'elles ne vont pas plus loin que vos écris, que je ne saurais vous juger en tant que personne, que je n'en ai
pas le droit même si vous me jugez bien sévèrement. Aussi si mes propos vous choquent ou vous blesse
je vous en demande pardon.
Chère Elia, Cher Christophe, je vous propose de nous recentrer sur ce que nous avons en commun et qui nous est cher
avant de nous déchirer dans l'incompréhension. Comme je n'ai pas eu cette impression
jusqu'a présent, ne serait-il pas préférable de nous respecter avant tout autre chose ?
Il m'arrive bien des fois de me tromper et je ne suis comme vous qu'un pauvre pécheur
aussi soyez rassurés car je ne vaut pas mieux que vous.

Avatar de l’utilisateur
Christophe
Consul
Consul
Messages : 7682
Inscription : mer. 28 avr. 2004, 0:04
Conviction : Catholique
Localisation : Frankistan

Re: Contraception, que dit l'Église ?

Message non lu par Christophe » lun. 15 juin 2009, 19:43

Monsieur

J'ai prouvé, textes du Catéchisme et du Droit canon à l'appui, que vos propos ne sont pas conformes à la sainte doctrine catholique. Vous répondez en citant Olivier JC ; permettez-moi de ne pas partager votre hiérarchie des autorités magistèrielles.

Je constate seulement qu'aucun texte du Magistère ne condamne explicitement certaines pratiques para-sexuelles, alors que d'autres sont systématiquement mentionnées comme des atteintes contre la chasteté. Cela m'interpelle. Comme vous n'êtes pas une autorité magistérielle, je me permets de signaler aux lecteurs que ce que vous condamnez, le Magistère ne le condamne pas. Je n'ai pas écrit que la fellation - ou d'autres pratiques para-sexuelles au sein d'un couple marié - était toujours licite, j'ai écrit que le Magistère ne l'avait pas explicitement déclarée illicite en toutes circonstances. Libre à chacun d'interpréter ce fait sans avoir de compte à vous rendre et sans encourir vos insultes de caniveau.
« N'ayez pas peur ! » (365 occurrences dans les Écritures)

Avatar de l’utilisateur
Pneumatis
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1937
Inscription : jeu. 19 févr. 2009, 17:22
Localisation : Châteaubriant
Contact :

Re: Contraception, que dit l'Église ?

Message non lu par Pneumatis » lun. 15 juin 2009, 20:27

Bonsoir,

Peut-être faut-il juste préciser à M. 998 que les pratiques para-sexuelles dont parle Christophe peuvent être employées par exemple comme préliminaires à l'union charnelle des époux, et ainsi servir à la fois la vocaton unitive et procréative de l'acte sexuel. Car un acte sexuel n'est pas un bloc uniforme et mécanique, mais est composé d'un ensemble de pratiques, comme l'expression complexe et vivante du désir de la rencontre charnelle des époux. Parce que dans le cas contraire, n'importe quelle caresse serait illicite, on doit en convenir.
Site : http://www.pneumatis.net/
Auteur : Notre Père, cet inconnu, éd. Grégoriennes, 2013

Avatar de l’utilisateur
Christophe
Consul
Consul
Messages : 7682
Inscription : mer. 28 avr. 2004, 0:04
Conviction : Catholique
Localisation : Frankistan

Re: Contraception, que dit l'Église ?

Message non lu par Christophe » lun. 15 juin 2009, 23:16

[ Je rappellerai aussi à M. 998 que le sujet de ce fil est le discours de l'Église sur la contraception. Il existe une autre discussion intitulée Tout est-il permis dans les relations d'un couple marié ?. | Christophe ]

Avatar de l’utilisateur
XMVIII
Barbarus
Barbarus

Re: Contraception, que dit l'Église ?

Message non lu par XMVIII » mar. 16 juin 2009, 13:00

Tout d'abord je tiens a remercier Christophe qui en dépit de
notre désaccord non fondamental a décider avec beaucoup de courage de publier ma réponse
dans son intégralité servant ainsi la communauté avant sa cause personnelle.
Je ne souhaite pas avoir autorité dans ma manière de penser
car c'est une responsabilité qui me parait bien lourde et comme beaucoup
je suis aussi ici pour répondre a mes propres interrogations.
Je tiens cependant a souligner qu'il serait vraisemblablement impossible
et peut être peu souhaitable à l'église d'énoncer tous ce qui est licite et tout ce qui ne l'est pas
et qu'il nous faut bien, en nous même, trouver un équilibre en notre âme et conscience.
Je ne sais pas non plus s'il nous faut hiérarchiser les réponses apportées a ce forum puisque nous sommes
avant tout autour d'une réflexion et avons tous ici des intérrogations et des difficultés
a ce retrouver autour d'une morale chrétienne que nous voudrions commune, du moins je l'espère .
Olivier JC avait le mérite d'apporter une source de réflexion permanente universelle et saine afin de trouver
une solution valide a nos problèmes de conscience. Je souhaite de tout coeur que sa personne soit respectée
autant que nous tous et qu'il ne soit pas qualifié de fondamentaliste extrémiste, pas plus que je ne le suis moi même.
Pour le trade sur le tout est-il permis, je l'ai vu
mais j'étais a la base intéressé par le sujets des relations non fécondes et la contraception,
le lien que j'ai donné sur le site http://mariage_catholique.site.voila.fr/ peu toutefois intéresser les 2 sujets.
(Je l'ai trouvé extrêmement bien fait et pense que ce dernier peu donner réponse a pas mal
de questions que nous nous posons.)
Enfin je trouve l'intervention de Pneumatis très très pertinente car elle met l'accent
sur une conciliation pragmatique évidente qui peut servir tous les couples.
Peut être que Christophe est moi aurions dû en parler avant tout autre chose,
comme quoi défendre une position nous rend souvent aveugle et sourd.

Avatar de l’utilisateur
Sapin
Sacerdos
Sacerdos
Messages : 2271
Inscription : sam. 14 juil. 2007, 15:54
Localisation : Montréal

Re: Contraception, que dit l'Église ?

Message non lu par Sapin » mar. 16 juin 2009, 16:26

Je tiens simplement à souligner que les arguments et explications qu'exposent ici Christophe sur la morale sexuelle des couples est réellement la manière dont il faut interpréter le magistère aujourd'hui, et c'est exactement de cette façon qui, avec un regard d'intelligence et réaliste, nous accompagnons les couples catholiques.

Il est très regrettable de constater que certains sur ce fil ont une conception de la sexualité du couple très «jansénisante» et dont l'interprétation est plutôt fausse et induit les couples dans l'erreur. Il ne faut certes pas oublier que le couple est un mystère et que la procréation inclue également l'amour du couple et son épanouissement, la sexualité humaine selon le magistère est loin d'etre strictement biologique.

Par expérience, je me méfis toujours de ceux qui tiennent parfois des propos très rigoureux et sévères dans ce domaine et ceci ne veut pas dire d'encourager un laxisme exagéré mais plutôt d'être ouvert à ce que Dieu veut nous faire comprendre dans les profondeurs de l'amour chrétien dans un couple.

In Xto
Père Guy

"J'attends la résurrection des morts et la vie du monde à venir".
credo

Avatar de l’utilisateur
Pneumatis
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1937
Inscription : jeu. 19 févr. 2009, 17:22
Localisation : Châteaubriant
Contact :

Re: Contraception, que dit l'Église ?

Message non lu par Pneumatis » mar. 16 juin 2009, 16:56

Et puis le mieux, à l'attention de M. 998, c'est encore de lire Humanae Vitae. Ca laisse assez peu de place à l'erreur d'interprétation. Et puis ensuite, si jamais c'est encore trop flou, il y a toujours la théologie du corps de Jean-Paul II.

Indépendamment de ça (pour ne pas que M. 998 se sente particulièrement visé : mon propos est général), et pour rejoindre ce que dit Sapin, il est un problème a bien mettre en avant, et dont les prêtres, tant au moment de la confession que dans les préparations au mariage, doivent avoir conscience mieux que personne, c'est des dégâts que peut faire un discours rigide et sévère sur les couples. La chair est faible, et ce n'est pas de culpabilité dont elle a besoin, mais de miséricorde. Cela ne veut pas dire fermer les yeux, mais il faut être au plus prêt du cœur des gens, à l'écoute D'ABORD de la personne, et non à poser des sentences à tort et travers sur des cas généraux pour ensuite coller les gens dans les cases prédéfinies. C'est hyper dangereux et dévastateur.

Aujourd'hui l'idée que les gens ont de la position de l'Eglise quant à la sexualité est grandement infléchie par cette moralité psycho-rigide de la "culture chrétienne" (j'entends par là de ceux qui s'en réclament, et non pas de l'Eglise elle-même) qui produisait ses jugements à une cadence industrielle. On arrive à toute une génération qui pense que le sexe c'est mal, le sexe c'est sale, ... et des enfants qui trouvent que leurs parents ont un sens de l'affectif qui ferait givrer un volcan. Ils se retournent alors contre l'Eglise et sa "morale à deux balles", l'Eglise qui jugerait sans rien comprendre à l'Amour, un comble ! Et voilà comment on arrive à faire croire qu'il y a un divorce entre l'Eglise et l'Amour. Bon sang si seulement les catholiques eux-même écoutaient ce que l'Eglise dit de la sexualité, ce serait un bon début.

Enfin bon, tout arrive ! Le temps que les enseignements du Concile et plus tard de Jean-Paul II portent encore leurs fruits et on devrait un peu sortir de cette obscurité bête et méchant du "il ne faut avoir une relation sexuelle que pour avoir un enfant (sans se toucher aussi, pourquoi pas, parce que le sexe c'est sale)".
Site : http://www.pneumatis.net/
Auteur : Notre Père, cet inconnu, éd. Grégoriennes, 2013

Paly
Ædilis
Ædilis
Messages : 35
Inscription : mer. 27 mai 2009, 12:22

Re: Contraception, que dit l'Église ?

Message non lu par Paly » mar. 16 juin 2009, 16:59

Comme pour l'homosexualité et l'avortement (entre autre), l'Eglise se prononce contre la contraception.
Cela à partir du moment où c'est une entrave à la vie, elle empêche une vie de se manifester.

Bon après le tout c'est de ne pas appliquer le discours de l'Eglise à la lettre, et de tenter de l'adapter à l'époque dans laquelle on vit.

Avatar de l’utilisateur
Pneumatis
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1937
Inscription : jeu. 19 févr. 2009, 17:22
Localisation : Châteaubriant
Contact :

Re: Contraception, que dit l'Église ?

Message non lu par Pneumatis » mar. 16 juin 2009, 17:17

Paly a écrit :Bon après le tout c'est de ne pas appliquer le discours de l'Eglise à la lettre, et de tenter de l'adapter à l'époque dans laquelle on vit.
:zut: Rien de plus facile quand on ne connait déjà pas le discours "à la lettre".
Site : http://www.pneumatis.net/
Auteur : Notre Père, cet inconnu, éd. Grégoriennes, 2013

Avatar de l’utilisateur
Raistlin
Prætor
Prætor
Messages : 8048
Inscription : jeu. 01 mars 2007, 19:26
Localisation : Paris

Re: Contraception, que dit l'Église ?

Message non lu par Raistlin » mar. 16 juin 2009, 17:38

Paly a écrit :Bon après le tout c'est de ne pas appliquer le discours de l'Eglise à la lettre, et de tenter de l'adapter à l'époque dans laquelle on vit.
Encore une fois, Paly, vous parlez sans vraiment réfléchir, victime de votre idéologie. C'est dommage.

Je vais prendre un simple exemple pour vous montrer les insuffisances de votre raisonnement. Vous dites que l'Eglise devrait s'adapter à notre époque. Hé bien, si on vous écoutait, on en arriverait à la conclusion que l'Eglise, à ses débuts au temps de l'empire romain, aurait du se prononcer en faveur de l'esclavage. Hé oui, à cette époque, il y avait deux sortes d'Hommes : les Hommes libres et les esclaves et nul ne songeait à remettre cela en cause. Et pourtant, l'Eglise, par la voix de saint Paul, n'a pas hésité à remettre en question cette vision des choses.
Comme quoi, vous voyez, il arrive qu'obéir aux moeurs de l'époque dans laquelle on vit ne soit pas une bonne chose.

Cordialement,
« Dieu fournit le vent. A l'homme de hisser la voile. » (Saint Augustin)

Paly
Ædilis
Ædilis
Messages : 35
Inscription : mer. 27 mai 2009, 12:22

Re: Contraception, que dit l'Église ?

Message non lu par Paly » mer. 17 juin 2009, 7:36

Je ne parle pas d'approuver des atrocités ( :zut: ), je parle d'accepter les mutations de notre société.
Nous ne vivons pas comme il y a 60 ans, nos modèles familiaux ont changés, nos pratiques également, notre façon d'être en relation avec l'Autre, de s'informer, de voir les choses... .

Avatar de l’utilisateur
Souricette
Senator
Senator
Messages : 816
Inscription : sam. 29 oct. 2005, 22:04
Localisation : Alpes-Maritimes
Contact :

Re: Contraception, que dit l'Église ?

Message non lu par Souricette » mer. 17 juin 2009, 7:51

Du moment que vous êtes ressuscités avec le Christ, recherchez les choses d'en haut, là où se trouve le Christ, assis à la droite de Dieu. Songez aux choses d'en haut, non celles de la terre.
(Colossiens III, 1-2)
En croyant à des fleurs, parfois on les fait naître.
(Edmond Rostand)

Avatar de l’utilisateur
Raistlin
Prætor
Prætor
Messages : 8048
Inscription : jeu. 01 mars 2007, 19:26
Localisation : Paris

Re: Contraception, que dit l'Église ?

Message non lu par Raistlin » mer. 17 juin 2009, 9:22

Paly a écrit :Je ne parle pas d'approuver des atrocités ( ), je parle d'accepter les mutations de notre société.
Nous ne vivons pas comme il y a 60 ans, nos modèles familiaux ont changés, nos pratiques également, notre façon d'être en relation avec l'Autre, de s'informer, de voir les choses...
Sauf que ce que j'essaye de vous faire comprendre, c'est que ce qui est bien et vrai ne saurait dépendre d'une société ou de l'air du temps. L'exemple de l'esclavage exprime merveilleusement ce que je veux dire : si l'Eglise était une simple institution suivant les moeurs de son époque pour recruter du fidèle, elle aurait approuvé l'esclavage en son temps... Vous pouvez faire à peu près le même raisonnement pour la place des femmes dans la société (femmes qui ne doivent leur émancipation qu'à l'Evangile et à l'Eglise qui en a diffusé les idées : allez voir dans les pays qui ne sont pas de culture chrétienne comment ça se passe !).

Le problème de notre société relativiste - qui est aussi votre problème - c'est ce renoncement à chercher la vérité, à chercher le Bien et à en vivre. Malheureusement, l'Evangile nous invite à tout autre chose : il nous invite à ne pas céder aux hypocrisies et aux mensonges de notre époque, il nous invite à agir en vérité pour Dieu et pour le bien de nos frères sans chercher à se complaire avec ce monde qui passe. Voilà la Vérité dont les catholiques - et les chrétiens d'une manière générale - vivent ! On est bien loin des idéologies gaucho-écolo-humanistes qui, sous prétexte d'oeuvrer au bonheur de l'Homme, approuvent les crimes les plus abjects (comme l'avortement, objectivement le meurtre d'une vie innocente, pour la simple raison qu'on ne veut pas se compliquer la vie).

Cordialement,
« Dieu fournit le vent. A l'homme de hisser la voile. » (Saint Augustin)

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 18 invités