Point de vue ecclésial sur les chrétiens homosexuels

« Donne à ton serviteur un cœur attentif pour qu'il sache discerner le bien du mal » (1R 3.9)
Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions morales et éthiques. Certaines discussions de ce forum peuvent heurter la sensibilité des jeunes lecteurs.
Avatar de l’utilisateur
Zvjezdana62
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 546
Inscription : mar. 05 août 2008, 23:23

Re: Point de vue ecclésial sur les chrétiens homosexuels

Message non lu par Zvjezdana62 » lun. 15 juin 2009, 17:55

Je ne pense pas qu’on naisse homosexuel/le. On le devient dans la basse enfance par quelque erreur d’éducation ou quelque expérience qui produit cet effet. La même chose avec zoophilie, pédophilie, masturbation, etc.
Demander aux homos de s'abstenir c'est leurs imposé une souffrance
Demander aux prêtres, moines, religieuses de s’abstenir et vivre dans la chasteté absolue c'est aussi leurs imposer une souffrance, ils/elles sont vivant/es aussi et ont un corps. Demander aux laïcs de s’abstenir en dehors d’un mariage c'est encore imposer à quelqu’un une souffrance. Mais c’est cela le chemin de la foi. Dieu est grand et miséricordieux, il comprend et pardonne nos fautes mais nous aussi, nous devons tacher d’abandonner les comportements erronés, de le vouloir de tout notre cœur.
"Invoque-moi, je te répondrai, je te révélerai de grandes choses, des choses inaccessibles que tu ne connais pas."

Jérémie, 33, 3

Paly
Ædilis
Ædilis
Messages : 35
Inscription : mer. 27 mai 2009, 12:22

Re: Point de vue ecclésial sur les chrétiens homosexuels

Message non lu par Paly » lun. 15 juin 2009, 19:30

Il me semble que l'Eglise a tendance à considérer l'homosexualité comme une pathologie ou une défaillance éducative.

Avatar de l’utilisateur
Raistlin
Prætor
Prætor
Messages : 8048
Inscription : jeu. 01 mars 2007, 19:26
Localisation : Paris

Re: Point de vue ecclésial sur les chrétiens homosexuels

Message non lu par Raistlin » mar. 16 juin 2009, 9:30

Paly a écrit :Il me semble que l'Eglise a tendance à considérer l'homosexualité comme une pathologie ou une défaillance éducative.
Ce qu'elle semble objectivement être. D'ailleurs, il n'y a pas que l'Eglise : les psychologues aussi.

Mais le terme de pathologie est un peu dur, je préfère parler de désordre affectif. L'homosexuel est celui qui a une sexualité désordonnée. (Ce qui est évident puisque nul ne peut nier qu'un pénis est physiologiquement fait pour vagin dans un but biologique bien défini : la procréation)
Point besoin de l'aide de l'Eglise pour savoir cela, c'est du simple bon sens.

Cordialement,

P.S.: Avant la levée de boucliers traditionnelle des défenseurs de la condition homosexuelle du genre "vous en savez pas de quoi vous parlez", je préfère prévenir : jusqu'à ma conversion (et même un peu après), je vivais en couple avec un autre homme.
« Dieu fournit le vent. A l'homme de hisser la voile. » (Saint Augustin)

StéphV
Civis
Civis
Messages : 3
Inscription : mar. 15 sept. 2009, 1:41

Re: Point de vue ecclésial sur les chrétiens homosexuels

Message non lu par StéphV » mar. 15 sept. 2009, 2:15

Bonjour,

Je suis arrivé sur votre forum en cherchant sur Internet le point de vue de l'Eglise sur l'homosexualité. Après être tombé sur un certain nombre de sites où prédominaient les propos insultants, tant du côté de "croyants" que du côté des "pro-homo", j'ai enfin trouvé sur votre forum un ton pondéré et des propos intéressants et pédagogiques.

Etant moi-même homosexuel, je souhaitais vous faire part de certaines remarques et questions:

- Je trouve assez ennuyeux que l'homosexualité puisse être considérée comme une pratique sexuelle "désordonnée".
Il y a derrière ce mot la notion d'anormalité qui bien qu'étant tue n'en est pas moins latente. Hors (mais le débat risque d'être long), que peut-on qualifier de "normal"? Et sur quoi cette norme est-elle établie?

- L'homosexualité est une pratique largement répandue dans le monde animal (et ça tombe bien, puisque nous en faisons partie), que ce soit chez les dauphins ou les bonobos, par exemple. Chez ces animaux, il ne s'agit pas de méprise comme cela a été noté chez les oies, mais bien de comportements clairement délibérés. Lorsque l'on pense que chez les dauphins, les relations homosexuelles représentent la moitié du temps d'activité sexuelle d'un individu, on est en droit de se demander où se situe cette fameuse norme évoquée plus haut...

- Un couple homosexuel vivant dans l'abstinence est-il pêcheur? Et si oui, l'est-il au même titre qu'un couple hétérosexuel, puisqu'il n'y a pas de projet de fécondation...

- L'homosexualité est un désordre affectif? J'aimerais connaître les raisons de ce qualificatif. Suis-je malheureux actuellement? Non! Je suis heureux avec l'homme que j'aime, il m'apporte beaucoup et la réciproque est vraie. Nos familles respectives s'entendent très bien, nos ami(e)s également... Je ne vois pas où se situe ce fameux désordre. Effectivement, nous n'aurons pas d'enfant, c'est à peu près la seule chose qui nous différencie d'un couple hétérosexuel.

Bien cordialement,

Stéphane

Avatar de l’utilisateur
Raistlin
Prætor
Prætor
Messages : 8048
Inscription : jeu. 01 mars 2007, 19:26
Localisation : Paris

Re: Point de vue ecclésial sur les chrétiens homosexuels

Message non lu par Raistlin » mar. 15 sept. 2009, 10:01

Bonjour Stéphane,
StéphV a écrit :Etant moi-même homosexuel, je souhaitais vous faire part de certaines remarques et questions
Moi aussi (enfin, je préfère dire que j'ai des tendances homosexuelles, ça fait moins "étiquette"). Et en plus, j'aime et je suis fidèle au Christ et à Son Église. :cool:

StéphV a écrit :Je trouve assez ennuyeux que l'homosexualité puisse être considérée comme une pratique sexuelle "désordonnée".
Il y a derrière ce mot la notion d'anormalité qui bien qu'étant tue n'en est pas moins latente. Hors (mais le débat risque d'être long), que peut-on qualifier de "normal"? Et sur quoi cette norme est-elle établie?

C'est malheureuseument le constat le plus objectif qui soit. D'un point de vue purement biologique, un pénis est fait pour un vagin et l'homme est fait pour s'unir à la femme dans le but de produite un petit humain. La biologie - on ne peut faire plus objectif - vous éclaire donc sur la finalité de nos organes sexuels.

Certes, des "anomalies" existent mais diriez-vous par exemple que, parce que certains bébés viennent au monde avec des déformations, cela signifie que ce n'est en rien anormal et qu'il ne faut rien faire ?

StéphV a écrit :L'homosexualité est une pratique largement répandue dans le monde animal (et ça tombe bien, puisque nous en faisons partie), que ce soit chez les dauphins ou les bonobos, par exemple. Chez ces animaux, il ne s'agit pas de méprise comme cela a été noté chez les oies, mais bien de comportements clairement délibérés. Lorsque l'on pense que chez les dauphins, les relations homosexuelles représentent la moitié du temps d'activité sexuelle d'un individu, on est en droit de se demander où se situe cette fameuse norme évoquée plus haut...
Qu'entendez-vous par largement répandue ? 1% des relations sexuelles animales ? 10% ? 50% ?

Malheureusement, cette idée de l'homosexualité animale fortement répandue est un mythe. Oui, ça arrive mais ce sont également des anomalies. En outre, il ne me semble pas avoir vu de dauphin mâle s'établir en couple avec un autre mâle pour la vie. Il y a donc une profonde différence entre un comportement ponctuel et un autre permanent.

Enfin, certains animaux pratiquent l'infanticide, le viol, les relations incestueuses, etc. Vous voulez vraiment les imiter ?

N'oubliez jamais que nous ne sommes pas que des animaux. Là où ils ne peuvent échapper à leurs pulsions - même si elles sont désordonnées - nous, nous avons le choix. C'est pourquoi le discours de l'Église, en ce qui concerne l'homosexualité, est un discours d'adulte : il responsabilise celui qui a des tendances homosexuelles, il l'invite à choisir ce qui est moral, en toute liberté. Bref, l'Église invite l'homosexuel à agir en être humain et non en animal.

StéphV a écrit :Un couple homosexuel vivant dans l'abstinence est-il pêcheur?
Non, je ne pense pas qu'un couple homosexuel vivant dans l'abstinence soit pécheur. Mais ils "tentent le diable" comme on dit et je doute de leur capacité à s'abstenir très longtemps.

StéphV a écrit :L'homosexualité est un désordre affectif?
Au dire des spécialistes, oui. Des blessures affectives viendraient bloquer le développement affectif de l'enfant. A noter que des thérapies de guérison ont été faites avec succès aux États-Unis. (mais, chut !, il ne faut pas le dire, c'est politiquement incorrect.)


Cordialement,
« Dieu fournit le vent. A l'homme de hisser la voile. » (Saint Augustin)

StéphV
Civis
Civis
Messages : 3
Inscription : mar. 15 sept. 2009, 1:41

Re: Point de vue ecclésial sur les chrétiens homosexuels

Message non lu par StéphV » mar. 15 sept. 2009, 11:39

Bonjour,

Merci pour ces éclaircissements.

Il y a cependant un point qui me laisse perplexe...

Il semblerait donc que nous puissions faire un choix quant à notre orientation sexuelle? Donc, l'hétérosexuel tout comme l'hétérosexuel l'est par choix et non de façon innée? Là, je suis un peu perdu...

Stéphane

Avatar de l’utilisateur
Cgs
Prætor
Prætor
Messages : 2701
Inscription : mar. 24 mars 2009, 14:20
Conviction : Catholique

Re: Point de vue ecclésial sur les chrétiens homosexuels

Message non lu par Cgs » mar. 15 sept. 2009, 12:08

Raistlin a écrit : A noter que des thérapies de guérison ont été faites avec succès aux États-Unis. (mais, chut !, il ne faut pas le dire, c'est politiquement incorrect.)
Cher Raistlin,

Le politiquement incorrect ne saurait outrepasser la Vérité :)
Avez-vous plus d'informations au sujet de ces thérapies ?

Pour Stéphane : tout d'abord bienvenue ! Juste une chose, déjà dite sur ce fil de discussion, mais qui mérite d'être répétée, tant l'idée contraire est ancrée :

L'Eglise ne réduit pas la personne à ses actes. Un "homosexuel" ne saurait se réduire à ses pratiques sexuelles. Ainsi, l'Eglise condamne l'acte homosexuel, objectivement désordonné comme Raistlin vous l'a expliqué, mais considère la personne qui a des tendances homosexuelles de la même façon qu'une autre personne : infiniment respectable dans toutes ses dimensions, y compris dans son péché (ce qui donne tout son sens au pardon chrétien).

Bien à vous,
Cgs
Mes propos qui apparaissent en vert comme ceci indiquent que j'agis au nom de la modération du forum.

Avatar de l’utilisateur
Raistlin
Prætor
Prætor
Messages : 8048
Inscription : jeu. 01 mars 2007, 19:26
Localisation : Paris

Re: Point de vue ecclésial sur les chrétiens homosexuels

Message non lu par Raistlin » mar. 15 sept. 2009, 13:00

StéphV a écrit :Il y a cependant un point qui me laisse perplexe...

Il semblerait donc que nous puissions faire un choix quant à notre orientation sexuelle? Donc, l'hétérosexuel tout comme l'hétérosexuel l'est par choix et non de façon innée? Là, je suis un peu perdu...
De fait, il semble que le comportement sexuel ne soit pas inné mais acquis. Enfin, c'est peut-être plus compliqué : de façon innée nous sommes ordonné à l'autre sexe, mais cela suppose quand même de ne pas subir de traumatismes psychologiques qui nous fassent "dévier".

Quant au choix, c'est également compliqué. Non, nous n'avons pas le choix de nos tendances, nous les subissons. C'est pour cela que l'Église ne condamne pas les personnes homosexuelles mais invite à la compréhension et à la délicatesse les concernant.

Cependant, ce n'est parce que quelque chose ne va pas dans notre affectivité que :
1- Il est impossible d'en guérir. (Je crois profondément qu'à Dieu, rien d'impossible)
2- Nous perdons notre liberté à choisir le bien et agir conformément à ce qui est moral. (Et à notre foi) Savoir cela est profondément libérateur : oui, nous avons le choix, contrairement à ce que la société nous rabâche. Oui, nous sommes libres et non pas esclaves de nos pulsions.

Bref, l'Église invite les personnes ayant des tendances homosexuelles à ne pas avoir de relations homosexuelles et à s'en remettre au Seigneur. Bien sûr, si des thérapies s'avèrent efficaces, il ne faut pas hésiter à en profiter.
Disons le tout de suite : ça peut être crucifiant. Il se peut très bien que nous ne guérissions jamais de nos tendances (du moins, en ce monde). Mais comme le Christ a porté sa croix jusqu'au bout, nous sommes alors invités à faire de même.

Bien à vous,
« Dieu fournit le vent. A l'homme de hisser la voile. » (Saint Augustin)

Avatar de l’utilisateur
coeurderoy
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 5780
Inscription : sam. 31 mai 2008, 19:02
Localisation : Entre Loire et Garonne

Re: Point de vue ecclésial sur les chrétiens homosexuels

Message non lu par coeurderoy » mar. 15 sept. 2009, 17:52

Raistlin a écrit : A noter que des thérapies de guérison ont été faites avec succès aux États-Unis. (mais, chut !, il ne faut pas le dire, c'est politiquement incorrect.)
Il me semble que ces "guérisons" très alléchantes en milieu pentecôtiste américain et relayées en Europe par des communautés charismatiques "catholiques" ou prétendues telles, partent effectivement du postulat : Homosexualité = maladie (ce que j'estime contestable). Le Christ est le Médecin des âmes, c'est entendu, mais il ne guérit pas automatiquement nos infirmités ou blessures, pour notre plus grand bien généralement : humilité, patience, amour de notre propre misère.
Je me méfie personnellement des mouvements fondamentalistes américains (influents aussi dans notre hexagone) qui promettent des guérisons de ce type. Pour en avoir parlé avec des frères qui s'étaient crus définitivement "guéris" ou qu'on a discrètement évincés de telle communauté parce qu'on y confondait sainteté et perfection, j'estime que le racolage des "sessions guérisons" proposées ici ou là ne peut que contribuer à...enfoncer une personne homosexuelle qui se croira indigne ou moins aimée de Dieu si la guérison attendue n'a pas lieu...
Et là aussi c'est politiquement incorrect de le dire tant lesdites communautés tiennent à leur bonne image catho vis-à-vis des évêques de leur diocèse...
"Le coeur qui rayonne vaut mieux que l'esprit qui brille"

Saint Bernard de Clairvaux

Avatar de l’utilisateur
Raistlin
Prætor
Prætor
Messages : 8048
Inscription : jeu. 01 mars 2007, 19:26
Localisation : Paris

Re: Point de vue ecclésial sur les chrétiens homosexuels

Message non lu par Raistlin » mar. 15 sept. 2009, 18:11

coeurderoy a écrit : Il me semble que ces "guérisons" très alléchantes en milieu pentecôtiste américain et relayées en Europe par des communautés charismatiques "catholiques" ou prétendues telles, partent effectivement du postulat : Homosexualité = maladie (ce que j'estime contestable). Le Christ est le Médecin des âmes, c'est entendu, mais il ne guérit pas automatiquement nos infirmités ou blessures, pour notre plus grand bien généralement : humilité, patience, amour de notre propre misère.
En fait, j'avais lu le papier d'un psy catholique qui disait avoir de très bons résultats en couplant thérapie et spiritualité catholique (et notamment le recours au sacrement de la réconciliation). Pourquoi pas, après tout ?

Je suis d'accord avec vous pour dire que le Christ ne nous guérit pas sur commande. En même temps, je crois les sacrements de l'Église efficaces et je pense sincèrement que nous recevons quelque chose d'utiles à notre avancée spirituelle, et à notre guérison, lorsque nous communions ou que nous nous confessons.

Maintenant, le sujet de l'homosexualité comme pathologie est un débat qu'il est difficile d'avoir dans notre société. Pour ma part, c'est tout vu : c'est une pathologie. Il me semble que c'est un fait purement objectif et je n'ai encore entendu aucun argument objectif et rationnel mettant en cause ce constat. Et peu importe que certains vivent bien avec, cela ne change rien, il y a bien des diabétiques ou des asthmatiques qui vivent bien avec leur trouble. Il serait pourtant étrange de dire qu'ils ne souffrent de rien.

Personnellement, c'est aussi pour ça que j'aime l'attitude de l'Église vis-à-vis de l'homosexualité : c'est la seule qui m'ait jamais dit qu'il y avait un problème. Et ça fait un bien fou. Car une fois qu'on comprend qu'il y a un problème, on a alors le choix. Comme dit le Christ : la vérité vous rendra libre. En négatif ça donne : le mensonge sera une prison pour vous. Et je crois que concernant l'homosexualité, nous vivons une époque de mensonge.

Bien à vous,
« Dieu fournit le vent. A l'homme de hisser la voile. » (Saint Augustin)

StéphV
Civis
Civis
Messages : 3
Inscription : mar. 15 sept. 2009, 1:41

Re: Point de vue ecclésial sur les chrétiens homosexuels

Message non lu par StéphV » jeu. 17 sept. 2009, 21:43

Bonjour,

Le débat est vraiment très intéressant et je vous lis avec attention.

Il est vrai que j'ai quelques menues difficultés à me considérer comme malade. Le mot "maladie" signifie que je souffre d'une pathologie normalement évolutive. Je me demande donc vers quel avenir je me dirige... Il y a de quoi être inquiet! Il me semble qu'une large majorité de psychiatres, psychanalystes et médecins ne considère plus l'homosexualité comme une maladie (ce qui fait, d'ailleurs, que ce n'est plus qualifié de maladie mentale par l'OMS depuis pas mal de temps. Bien entendu, il n'est pas dit que la majorité est raison.

J'ai suivi, étant jeune, un parcours de jeune catholique (baptêmes, communions, profession de foi, le tout dans des écoles privées). J'ai cru en l'église et en son soutien jusqu'à assez récemment, lorsque d'une part mon orientation sexuelle s'est exprimée clairement, et d'autre part (il n'y a pas de lien entre les deux évènements, bien entendu), lorsque ma grand-mère est tombée gravement malade et a végété pendant près de dix ans, impotente et aveugle mais tout à fait lucide dans un lit. Elle-même très croyante, je l'ai vue pleurer un nombre incalculable de fois (eh oui, j'ai tenté de lui apporter un soutien morale au cours de ces années en allant la voir plusieurs fois par semaine) et demander à ce que l'on puisse la délivrer de son calvaire. La réponse du prêtre qui venait régulièrement dans sa chambre m'a mis en boule (pas de chance pour lui, j'étais là): "Priez, et le Seigneur vous écoutera". J'ai bien failli lui sauter à la gorge!

Bon, je m'éloigne du sujet...

Pour en revenir à la question de l'homosexualité, j'ai du mal à voir comment je pourrais me rapprocher d'une Eglise qui me considère comme malade. A moins de rentrer dans les ordres et de me consacrer à 100% à la prière, faisant abstraction de tout afin de m'empêcher de réfléchir, je ne vois pas comment je pourrais nier un état qui me fait aimer un homme et non une femme...

Je ne suis pas certain d'exprimer correctement mon état d'esprit et vous demande de bien vouloir être indulgents...

Cordialement,

Stéphane

Avatar de l’utilisateur
Raistlin
Prætor
Prætor
Messages : 8048
Inscription : jeu. 01 mars 2007, 19:26
Localisation : Paris

Re: Point de vue ecclésial sur les chrétiens homosexuels

Message non lu par Raistlin » ven. 18 sept. 2009, 11:06

StéphV a écrit :Pour en revenir à la question de l'homosexualité, j'ai du mal à voir comment je pourrais me rapprocher d'une Eglise qui me considère comme malade.
Non, l'Église ne vous considère par comme malade. Du moins pas plus que les autres. :D
Là où certains ont une inclinaison à la violence ou au mensonge ou à la lâchete, les homosexuels ont une inclinaison à une sexualité désordonnée. Finalement, les homosexuels sont comme les autres : des pécheurs. Et en bonne Mère, l'Église pointe le doigt sur le péché et leur demande de ne pas y succomber.

L'Église ne rejette donc pas les homosexuels et ne les catalogue pas comme de grands malades. Elle les considère comme des personnes ayant une inclinaison à un type de péché particulièrement grave. Et, à mon sens, elle leur donne les moyens d'y résister.

Et puis, n'oubliez pas que l'Église ne fait que dire la volonté de Dieu. Elle n'est pas responsable de ce que Dieu lui demande d'annoncer.


Mais j'imagine votre trouble. Je suis passé par là et je sais que ce n'est pas simple. Mais la vérité est à ce prix : parfois, elle ne fait pas plaisir car elle va à l'encontre de nos schémas.
Je ne peux que vous conseiller de prier ardemment le Seigneur, pas seulement pour qu'il vous guérisse (ce qui est possible), mais pour qu'il vous donne la force de porter votre croix si telle est sa volonté.
Je sais que contempler la croix m'a beaucoup aidé. N'oubliez pas que le Fils de Dieu - pourtant innocent et pur de tout péché - a accepté d'endurer les pires souffrances par amour pour nous. Je ne peux donc que vous encourager à porter votre croix par amour de Dieu, et à offrir vos épreuves pour le Salut du monde.

Sinon, il n'y a pas que la vie dans les ordres à envisager. Le célibat consacré - c'est-à-dire vivre en laïc mais en étant célibataire pour le Seigneur (ce que vous serez si vous renoncez aux relations homosexuelles) - est une façon d'offrir son "état" au Seigneur. Et je crois que cela plaît à Dieu : on montre ainsi qu'on est capable de le choisir Lui avant tout le reste.

J'espère que le Seigneur vous éclairera et vous donnera la force de surmonter cette épreuve. N'oubliez pas le premier commandement de l'amour : Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton coeur, de toute âme, de toute ta force. C'est Dieu que nous devons aimer en premier, avant nous-même et avant les autres. Car ce n'est qu'en Lui que nous trouverons le vrai bonheur.

Bien à vous,
« Dieu fournit le vent. A l'homme de hisser la voile. » (Saint Augustin)

Avatar de l’utilisateur
coeurderoy
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 5780
Inscription : sam. 31 mai 2008, 19:02
Localisation : Entre Loire et Garonne

Re: Point de vue ecclésial sur les chrétiens homosexuels

Message non lu par coeurderoy » ven. 18 sept. 2009, 14:48

Je voudrais juste ajouter que s'éloigner de l'Eglise...est vraiment le mauvais réflexe : nous ne croyons pas assez, nous pécheurs, que c'est justement notre blessure qui attire la Miséricorde du Père : lorsqu'on a froid on s'approche naturellement d'une source de chaleur, lorsqu'on est humilié, torturé, moche en tous points c'est justement un titre de plus pour s'approcher du Sauveur.

Jamais, cher StephV, un prêtre ne vous fichera dehors à coup de pied au...derrière : lui-même se sait infiniment pécheur (et racheté) : l'Eglise n'est pas faite pour les "purs" ou prétendus tels, voyez-vous, mais pour tous creux qui reconnaissent leur infirmité, péché, et se jettent avec confiance dans le Coeur Miséricordieux du Christ.
Sur la parole malheureuse du prêtre "Priez et le Seigneur vous écoutera", je reconnais qu'elle était dangereuse : on connaît le témoignage d'enfants qui avaient vainement prié pour leur mère atteinte d'un cancer et qui ont cru devant la tombe du cimetière qu'ils avaient mal ou pas assez prié...il y a de quoi alimenter bien des révoltes. Dieu nous écoute toujours en fait mais ses "méthodes" nous sont souvent bien incompréhensibles...
Ne vous focalisez pas sur un aspect de votre tempérament (tendance homosexuelle) : ce n'est pas votre identité profonde (vous êtes avant tout fils de Dieu) beaucoup d'autres éléments de votre personnalité sont évidemment beaux et saints aux yeux de Dieu et appréciés des autres.

Enfin ne vous braquez pas trop sur vous-même (nos fautes sont souvent banales et dérisoires et le vrai péché n'est pas là où on le pointe bien souvent...) : Dieu voit avant tout votre désir de L'aimer, votre bonne volonté, vos doutes et est le premier à connaître les faiblesses de ses créatures !
Cordialement !
"Le coeur qui rayonne vaut mieux que l'esprit qui brille"

Saint Bernard de Clairvaux

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13139
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Re: Point de vue ecclésial sur les chrétiens homosexuels

Message non lu par etienne lorant » ven. 18 sept. 2009, 15:17

StéphV a écrit :Pour en revenir à la question de l'homosexualité, j'ai du mal à voir comment je pourrais me rapprocher d'une Eglise qui me considère comme malade. A moins de rentrer dans les ordres et de me consacrer à 100% à la prière, faisant abstraction de tout afin de m'empêcher de réfléchir, je ne vois pas comment je pourrais nier un état qui me fait aimer un homme et non une femme...

Stéphane
Les plus grands malades qui s'ignorent sont autant du côté de l'hétérosexualité que de l'homosexualité. Dès qu'il y a passion désordonnée, il y a maladie. Je me souviens de mon amie M., que je voulais épouser, ne savait pas s'empêcher d'aller "voir ailleurs"... Séduire, c'était pour elle comme partir visiter un pays lointain, elle y trouvait une sensation d'exister que le quotidien ne pouvait lui offrir. Donc, elle s'engageait envers un homme, puis le trompait, puis s'étonnait ensuite : "Mais, que me reproches-tu, j'ai toujours été avec toi !"
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

patrick_mtl
Censor
Censor
Messages : 115
Inscription : lun. 19 févr. 2007, 5:04

Re: Point de vue ecclésial sur les chrétiens homosexuels

Message non lu par patrick_mtl » sam. 19 sept. 2009, 2:37

Salut!

C'est une question complexe dont les réponses ne sont pas évidentes parce qu'il s'agit d'une problématique relativement nouvelle. Dans le passé, les couples n'étaient pas fondés sur l'amour. La question de l'orientation sexuelle ne se posait pas. En général, les sociétés ont été tolérantes... tant que les relations étaient entre adultes consentants et qu'ils ne nuisaient pas aux mariages respectifs. (cf. John Boswell)

Nous devons savoir que l'orientation sexuelle est complexe, en soi. Dans les études on utilise l'échelle de Kinsey de 0 à 6. 0 = hétérosexualité pure. 6 = homosexualité pure. On estime à moins de 3% les 0 OU les 5. 94% de la population étant entre les 2.

0 1 2 3 4 5 6

3 = bisexualité.

Les études ont également montrées qu'une personne peut changer d'orientation en vieillissant. Un changement de 3 degrés est normal. Ainsi, il est facile pour un 4 de devenir un un 3 ou un 2... et être heureux en tant qu'hétérosexuel. Par contre, le changement est plus difficile pour un 6... mais cela ne concerne que 3%, maximum, de la population.

L'Église favorise, avec raison, l'hétérosexualité. Cependant, elle invite à éviter les gestes de discriminations injustes.

Une personne gaie se doit d'examiner sont attirances envers les hommes et les femmes. Elle peut réaliser que dansune large majoritée, elle peut changer d'orientation sexuelle.

Voir le lien:
http://www.cite-catholique.org/viewtopi ... =37&t=3048
Omnes cum Petro ad Iesum per Mariam.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 22 invités