La crise d'adolescence

Famille - Travail - Chômage - Femme - Enfance - Vieillesse - Handicap - Santé publique
veilleur
Ædilis
Ædilis
Messages : 21
Inscription : jeu. 04 févr. 2021, 22:35
Conviction : Catholique pratiquant

La crise d'adolescence

Message non lu par veilleur » lun. 29 mars 2021, 13:50

La crise d'adolescence.

La notion d'adolescence est assez récente. Autrefois et chez certaines peuplades, les enfants vers l'âge de 13 ou 14 ans passaient une épreuve pour passer dans le monde des adultes.
La crise d'adolescence est avant tout l'expression d'un mal être dû à l'absence des parents ou d'une éducation sans limites.
Les enfants qui grandissent sans limites et sans l'autorité des parents développent des angoisses qui se traduisent par des révoltes à l'adolescence.
Les parents trop souvent veulent compenser leur absence en donnant à leurs enfants tout ce qu'ils leurs demandent.
Bien souvent ces parents qui travaillent tous les deux, pour pouvoir s'offrir des vacances dans les îles ou à la neige, n'ont pas appris à vivre avec leurs enfants et finissent par ne plus supporter leur compagnie.
Non seulement ils ne voient pas leurs enfants la semaine, mais le weekend et les vacances, ils s'arrangent pour leur trouver des activité sans leurs parents.
Ils pensent que leurs enfants pour être heureux doivent "consommer" des loisirs. Ils ne savent plus se contenter d'une promenade à la campagne,
d'une partie de pêche, d'un jeu de société.
Je me souviens de mes vacances avec mes cousins dans la maison de famille, et les meilleurs souvenirs que j'en garde sont les chants en faisant la vaisselle,
les tours de jardin en vélo et les ballades en forêt. Que des moments "gratuits" hors du circuit de consommation.
Aujourd'hui on donne aux enfants ce qu'ils demandent souvent même avant qu'ils demandent, mais on ne leur donne pas ce qu'ils leur faut, c'est à dire du temps.
Un médecin ne donne pas forcément ce que le patient lui demande mais ce qui est bon pour lui.
Je ne supporte plus l'adage "aujourd'hui c'est comme ça".
Il ne faut pas s'étonner que les enfants délaissent leur vieux parents dans les ehpads puisqu'ils n'ont pas reçu l'amour dont ils avaient besoin dans leur jeunesse.
On voit maintenant également de plus en plus de parents maltraités par leurs enfants. Il ne faut pas s'en étonner.
Mes amis m'appellent "Michel", mes ennemis me surnomment "Gauthier"
je suis soit "une poussière" selon Jean-Jacques Goldman soit "le soldat rose" pour certains

pierrot2
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1548
Inscription : dim. 24 août 2014, 14:38

Re: La crise d'adolescence

Message non lu par pierrot2 » lun. 29 mars 2021, 17:32

Bonjour Veilleur,

Autrefois, on disait qu'il faudrait éduquer les parents.., dans certains milieux. Mais on faisait passer ceux qui tenaient ce discours, (qui prenaient du temps avec leurs enfants) pour des dépendants affectifs de leur progénitures (ce qu'ils étaient parfois, soyons honnête), et voilà où nous en sommes.. que vous décrivez fort bien
Je suis ravi que vous ayez choisi un site catholique pour aborder le sujet. Je pense que celui qui disait de laisser venir à lui les petits enfants est une référence en matière d'éducation des enfants et des parents.

veilleur
Ædilis
Ædilis
Messages : 21
Inscription : jeu. 04 févr. 2021, 22:35
Conviction : Catholique pratiquant

Re: La crise d'adolescence

Message non lu par veilleur » lun. 29 mars 2021, 20:47

Je voudrais parler également de ces couples qui vivent sans enfant le plus longtemps possible pour "profiter de la vie". D'ailleurs ils parlent de leurs enfants une fois qu'ils en ont eu de "gosses" de "gamins" et d'autres termes péjoratifs. Cela montre qu'ils sont égoïstes et que leurs enfants sont des "boulets" qu'ils traînent derrière eux.
Qu'est-ce que profiter de la vie ?
N'est-ce pas de voir nos enfants grandir, de leur transmettre notre expérience de la vie, d'être entouré des siens ?
Nous n'avons pas eu la chance d'avoir plusieurs enfants, mais depuis que je suis devenu père, je ne vis plus pour moi mais pour mon enfant.
Mes amis m'appellent "Michel", mes ennemis me surnomment "Gauthier"
je suis soit "une poussière" selon Jean-Jacques Goldman soit "le soldat rose" pour certains

pierrot2
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1548
Inscription : dim. 24 août 2014, 14:38

Re: La crise d'adolescence

Message non lu par pierrot2 » lun. 29 mars 2021, 21:45

veilleur a écrit :
lun. 29 mars 2021, 20:47
Je voudrais parler également de ces couples qui vivent sans enfant le plus longtemps possible pour "profiter de la vie".
, ce qui pourrait bien montrer que si caprice il y a, ce n'est pas du coté de l'enfant qu'il faudrait le situer, mais plutôt coté parent.

A la décharge de ce fonctionnement, je suppose qu'il entend promouvoir, y compris dans l'intérêt de l'enfant (il n'y a donc pas forcément absence d'amour) le bien -fondé de ce caprice d'adulte, en ce sens qu'il autorise l'enfant, dans son futur d'adulte, à vivre avec le même caprice, qui est un gage d'épanouissement dans la liberté de profiter de soi, qu'aura l'enfant devenu adulte.

En bref, c'est toute une philosophie consumériste du droit à disposer de soi qui, je crois, serait la racine de ce fonctionnement, lequel se transmet de génération en génération.
Et l'enfant devenu adulte de mimer cette philosophie, oublieux de ses carences d'enfants, et d'apprécier, en la faisant peser sur ses propres enfants, cette liberté qui lui a jadis pesé.
Le risque de ce fonctionnement, c'est un appauvrissement du naturel ..bon enfant.. des enfants qui deviennent très vite vieux dans leurs mentalités.

Ainsi le grand-prêtre qui accusa Jésus de blasphème devait-il être bien vieux dans sa tête, lui qui ne croyait à aucun rêve.

Ainsi l'enfant dont l'esprit est vidé, car il est désabusé d'avoir cru au Père Noël..

Altior
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2061
Inscription : sam. 05 juil. 2008, 23:59
Conviction : catholique traditionaliste
Localisation : In Ecclesia Dei

Re: La crise d'adolescence

Message non lu par Altior » lun. 29 mars 2021, 23:49

Bonjour, veilleur!
veilleur a écrit :
lun. 29 mars 2021, 13:50
La notion d'adolescence est assez récente.
Pas vraiment. Le terme est fréquemment rencontré en latin classique (d'où il vient, d'ailleurs)
Autrefois et chez certaines peuplades, les enfants vers l'âge de 13 ou 14 ans passaient une épreuve pour passer dans le monde des adultes.
Ici, vous avez tout à fait raison. Dès que le gamin habillait la toge prétexte il était compté parmi les grands. D'ailleurs, même le mot «adulescens-adulescentis» signifie «en cours de devenir adulte». Mais, de nos jours, il y a pas mal qui préfèrent s'arrêter là.

Pourquoi travailler ? Pourquoi me marier ? Et puis, apprendre c'est compliqué et navrant. Le sport, disons que ça va, mais comme loisir, avec mes potes, plus particulièrement dimanche matin. Autrement, moi je peux fusiller, avec ma souris, dans une seule minute plus de perdrix que votre grand-papa dans une vie de vrai chasseur. Puis, dans un mois au plus, je peux accéder au rang de duc si je parviens à conquérir encore 38 villages et deux bourgades, chose qui suppose que je donne les attaques entre 2 heures et 3 heures du matin, avec mes alliés des États-Unis. Ensuite, je peux me coucher heureux et, de grâce, ne me réveillez pas avant midi, car je serai morose. Sinon violent. Occupez-vous de votre boulot, quoi!

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Majestic-12 [Bot] et 21 invités