Les lettres aux sept églises

« Alors il leur ouvrit l'esprit à l'intelligence des Écritures. » (Lc 24.45)
Règles du forum
Forum d'échanges sur la Sainte Bible.
Avatar de l’utilisateur
Libremax
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1122
Inscription : mer. 01 avr. 2009, 16:54
Conviction : chrétien catholique

Les lettres aux sept églises

Message non lu par Libremax » jeu. 15 avr. 2021, 16:18

Bonjour à tous!

Dans l'Apocalypse chap. 1 et 2, le Christ ordonne à Jean d'écrire à sept églises d'Asie (Ephèse, Smyrne, Pergame, Thyatire ...)
Mais pour chaque lettre, il lui dit d'écrire "à l'ange d'Ephèse", puis "à l'ange de Smyrne", etc.
Suivent pour chaque lettre des admonestations, des encouragements, des reproches ...

Qui sont ces anges? Que sont-ils, me demandé-je?
Ne sont-ils pas chargés de protéger les villes?
Sont-ils responsables des échecs et réussites de chacune? Les reproches ou encouragements écrits aux églises s'adressent-ils à leurs anges, ou bien aux habitants des villes?

Aux deux, sans doute, mais quelle est la part des uns et des autres?
La déchéance d'une ville est-elle aussi celle de l'ange chargé de veiller sur elle ?

Que vous en semble ?

Avatar de l’utilisateur
Fernand Poisson
Censor
Censor
Messages : 175
Inscription : jeu. 11 avr. 2019, 23:03
Conviction : Catholique romain

Re: Les lettres aux sept églises

Message non lu par Fernand Poisson » jeu. 15 avr. 2021, 18:14

Bonjour cher Libremax,

Je pense que les anges dont il est question n'en sont pas littéralement, mais qu'il s'agit des évêques de chacune de ces Eglises !

Avatar de l’utilisateur
Libremax
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1122
Inscription : mer. 01 avr. 2009, 16:54
Conviction : chrétien catholique

Re: Les lettres aux sept églises

Message non lu par Libremax » jeu. 15 avr. 2021, 20:44

Pardon, cher Fernand, votre gentille réponse me convainc peu, parce que c'est bien l'unique moment où un évêque serait appelé ange. Il y a suffisamment d'anges dans l'Apocalypse, qui sont visiblement véritablement des anges pour qu'on n'y trouve pas ce genre de confusion ...

Carolus
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1164
Inscription : sam. 14 mars 2020, 16:47
Conviction : catholique

Re: Les lettres aux sept églises

Message non lu par Carolus » jeu. 15 avr. 2021, 22:28

Fernand Poisson a écrit :
jeu. 15 avr. 2021, 18:14

Je pense que les anges dont il est question n'en sont pas littéralement, mais qu'il s'agit des évêques de chacune de ces Eglises !
Merci de votre réflexion, cher Fernand. :coeur:

Elle me semble correcte.

Considérons :
Ap 3, 1 À l’ange de l’Église qui est à Sardes, écris : Ainsi parle celui qui a les sept esprits de Dieu et les sept étoiles : Je connais ta conduite, je sais que ton nom est celui d’un vivant, mais tu es mort.
Notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ dit à l’ange (l’évêque) de l’Église qui est à Sardes : Je connais ta conduite, je sais que ton nom est celui d’un vivant, mais tu es mort.

Notre Seigneur n’accuse pas un ange d’être spirituellement mort. :non:

Avatar de l’utilisateur
Fernand Poisson
Censor
Censor
Messages : 175
Inscription : jeu. 11 avr. 2019, 23:03
Conviction : Catholique romain

Re: Les lettres aux sept églises

Message non lu par Fernand Poisson » ven. 16 avr. 2021, 0:04

À mon avis, il ne peut pas s'agir d'anges véritables car les reproches qui leur sont adressés signifieraient que de bons anges peuvent pécher, ce qui me paraît absurde ! C'est peut-être tout simplement une personnification de l'Église à laquelle la lettre est adressée, mais c'est une tournure un peu étrange. À l'inverse, l'ange est un envoyé ou un médiateur entre Dieu et les hommes, ce qui permet le rapprochement avec l'évêque. Mais je vous accorde que, à ma connaissance, le cas ne se représente pas ailleurs dans l'écriture.

Carolus
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1164
Inscription : sam. 14 mars 2020, 16:47
Conviction : catholique

Re: Les lettres aux sept églises

Message non lu par Carolus » ven. 16 avr. 2021, 0:12

Fernand Poisson a écrit :
ven. 16 avr. 2021, 0:04

À mon avis, il ne peut pas s'agir d'anges véritables car les reproches qui leur sont adressés signifieraient que de bons anges peuvent pécher, ce qui me paraît absurde !
Exactement, cher Fernand. 👍

cmoi
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1743
Inscription : jeu. 28 févr. 2019, 12:07

Re: Les lettres aux sept églises

Message non lu par cmoi » ven. 16 avr. 2021, 7:24

Bonjour,

se rappeler du contexte : Jésus parle à Jean par un ange au moyen d'une vision.
Ou plus exactement Jean rend compte de ce dont Jésus-Christ, parvenu à la droite de Dieu le père, suite à cette nouvelle étape faisant suite à son ascension, lui a transmis de la part de son père et pour l'avoir reçu lui-même...
Dans cette vision donnée par l'ange, Jésus lui parle auprès de 7 chandeliers et tenant dans sa main 7 étoiles. Et lui dit que les 7 chandeliers représentent 7 Eglises, dont les 7 étoiles sont les anges. Il y a appel au symbolisme, mais aussi un effet miroir en cascade.

Nous savons qu'il existe un choeur d'anges dont la fonction de chacun est de guider spirituellement notamment une Eglise.
Nous savons que Jésus a promis à ses apôtres qu'ils jugeraient avec lui les 7 tribus d'Israël.

Du point 1 nous en déduisons que Dieu donne à ces anges ses instructions en rapport à ses desseins, sa providence et volonté.
Du point 2 qu'ici Jean est un apôtre (les représentant tous) et qu'il sert à Dieu d'intermédiaire pour informer ces Eglises (représentant toutes les Eglises).

Par conséquent, Jésus prépare ceux-ci à travers celui-là à sa fonction future de juge, en l'informant, l'introduisant dans son conseil, le "plaçant" pour qu'il acquière de la crédibilité auprès de toutes les parties prenantes et se prépare à son rôle.
Il me semble que c'est surtout cela qui est à retenir, cette montée en grade, cette prise de responsabilité pour le préparer et lui faire connaître les intervenants, ce qu'ils sont et à quelle place, le leur faire connaitre aussi.

Dans tout cela, le monde visible et le monde invisible n'en font déjà plus qu'un et sont mis en perspective de la glorification future de Dieu.
Vos questions anticipent quelque chose qui n'est pas présent et sur lequel, à mon sens, il n'y a pas lieu de s'interroger car cela relève du mystère de Dieu. Aucune jugement n'est porté, il s'agit de l'analyse d'une situation, et pour l'améliorer.
Bref, le "voyant" est introduit dans le colloque de Dieu avec ses anges. Et en cela il n'écoute pas aux portes, puisque initié au contraire à une fonction plus haute qu'il devra tenir. "Confirmé" en quelque sorte dans cette fonction par sa participation à une phase préparatoire.

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9475
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: Les lettres aux sept églises

Message non lu par PaxetBonum » ven. 16 avr. 2021, 9:04

Libremax a écrit :
jeu. 15 avr. 2021, 16:18

Qui sont ces anges? Que sont-ils, me demandé-je?
Cher Libremax,

Question de haut vol théologique !
Je ne prétends pas avoir de réponse mais il me semble me souvenir (vous voyez l'approximation…) qu'un saint qui voyait les anges gardiens (St Padre Pio ?) expliquait que ces anges étaient différent selon la personne, ses responsabilités… voire que certains en avaient plusieurs.
Dans la multitude des anges ne pourrait-il y en avoir affectés à protéger des communautés ?

Autre hypothèse plus terre à terre : le terme ange désigne un messager.
Ces lettres ne pourraient-elles pas être adressées à un messager désigné de la communauté ?
Une sorte de chargé de transmission comme un scout en charge des transmissions…

Avatar de l’utilisateur
Libremax
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1122
Inscription : mer. 01 avr. 2009, 16:54
Conviction : chrétien catholique

Re: Les lettres aux sept églises

Message non lu par Libremax » ven. 16 avr. 2021, 12:04

Fernand Poisson a écrit :
ven. 16 avr. 2021, 0:04
À mon avis, il ne peut pas s'agir d'anges véritables car les reproches qui leur sont adressés signifieraient que de bons anges peuvent pécher, ce qui me paraît absurde ! C'est peut-être tout simplement une personnification de l'Église à laquelle la lettre est adressée, mais c'est une tournure un peu étrange. À l'inverse, l'ange est un envoyé ou un médiateur entre Dieu et les hommes, ce qui permet le rapprochement avec l'évêque. Mais je vous accorde que, à ma connaissance, le cas ne se représente pas ailleurs dans l'écriture.
C'est bien ce qui fonde ma question. Mais une personnification des églises, j'en doute : nous sommes dans un passage du livre qui symbolise déjà les églises par les chandeliers d'or. En outre, quel serait le sens d'écrire à l'ange de l'église de Smyrne, plutôt que d'écrire à l'église de Smyrne, ou bien aux smyrniotes? Personnifier pour personnifier n'a pas de sens, à moins que cela ne m'échappe.
cmoi a écrit :Par conséquent, Jésus prépare ceux-ci à travers celui-là à sa fonction future de juge, en l'informant, l'introduisant dans son conseil, le "plaçant" pour qu'il acquière de la crédibilité auprès de toutes les parties prenantes et se prépare à son rôle.
Il me semble que c'est surtout cela qui est à retenir, cette montée en grade, cette prise de responsabilité pour le préparer et lui faire connaître les intervenants, ce qu'ils sont et à quelle place, le leur faire connaitre aussi.
Merci de votre réponse.
Si je vous ai bien compris, le Christ prépare l'apôtre à sa fonction de juge d'Israël (12, et pas 7 :( ) en l'introduisant à Son "analyse" sur les sept églises.
Mais il demeure que ce jugement provisoire fait sur les sept églises à travers les lettres semble être fait à leurs anges : "Ecris à l'ange d'Ephèse (...) j'ai contre toi que, etc." De sorte que l'apôtre serait plutôt préparé à être juge des anges, et non seulement des églises ... Qu'il y ait jugement définitif ou non, peu importe : ma question est : la situation dans laquelle se trouve chacune des églises est-elle aussi le fait ou la responsabilité de l'ange tutélaire ?
PaxetBonum a écrit :Dans la multitude des anges ne pourrait-il y en avoir affectés à protéger des communautés ?
Autre hypothèse plus terre à terre : le terme ange désigne un messager.
Ces lettres ne pourraient-elles pas être adressées à un messager désigné de la communauté ?
Une sorte de chargé de transmission comme un scout en charge des transmissions…
Le problème est précisément que ces anges semblent bien être ceux qui veillent sur les villes.
Pourquoi ces anges devraient-ils être les messagers des communautés ? Saint Paul écrivait à ses "frères" pour chacune de ses communautés. Quel besoin d'évoquer un ange dans l'adresse de ces lettres dans l'Apocalypse ?
Pourquoi les lettres ne disent-elles pas "Ecris à l'ange d'Ephèse de dire à son église que etc. " ?

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 10530
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: Les lettres aux sept églises

Message non lu par Cinci » ven. 16 avr. 2021, 13:11

Bonjour,

D'après ce que je croirais comprendre : les sept lettres aux Église d'Asie mineure sont des allégories. Mais je verrais peut-être une raison pourquoi l'apôtre Jean évoque une demande faite d'écrire aux anges des Églises en question.

Le scénario :

Le Christ demande à Jean son témoin fidèle de coucher sur papier la Révélation qui est la Sienne [dévoilement, l'agneau égorgé et qui se tient debout, rédemption, rétribution, etc.], prenant comme les anges à témoins de l'accomplissement de la Promesse qui fut naguère faite à Moïse et aux justes de l'Ancien Testament. La déposition écrite de Jean devient comme une attestation officielle en quoi Dieu va tenir parole et qu'il tient bien parole. Pour la plus grande gloire de Dieu !

Le Christ tient à faire connaître l'accomplissement ultime des anciennes prophéties le concernant à ces anges des Églises, parce que ce sont ces mêmes anges naguère qui auront assuré la transmission initiale des prophéties divines délivrées aux hommes. C'est Paul qui dit que les anciennes prophéties furent transmises par le ministère des anges.

On pourrait bien sûr se dire que les anges savent déjà tout. Ils n'ont pas besoin de Jean pour apprendre quelque chose de neuf au sujet du Messie. C'est que la demande du Christ à Jean de s'exécuter, comme il le lui demande, peut venir jouer le même rôle [liturgique ?] de répétition de l'événement sacré déjà survenu, un peu (comparaison pour faire comprendre) comme dans la récitation du chapelet. Dans le chapelet, le fidèle rappelle à Marie des choses qu'elle sait déjà pourtant. C'est qu'il est question d'éternité, de pérennité, de joie, de gloire. La gloire divine dans un éternel présent. L'événement est tellement merveilleux, plein, riche, toujours neuf, son retentissement tellement vaste et chargé de sens.

Liturgie dans le ciel; liturgie sur la terre. Les anges du ciel sont présents même sur la terre pour participer de la liturgie de l'Église. «Sur la terre comme au ciel.» Je pense que Jean met en contact des réalités de ce genre.

Enfin :

C'est un honneur que le Christ fait à Jean. Lui permettre d'annoncer la «Bonne Nouvelle du salut» aux anges eux-mêmes. Comme le lecteur qui ferait lecture le dimanche de la Parole de Dieu aux anges eux-mêmes. Et Jean se trouve comme élevé au-dessus des anges pour cela. «Ne vous réjouissez pas de ce que les esprits vous soient soumis mais bien plutôt de ce que vos noms se trouvent inscrits dans les cieux»

La formule de Jean un peu bizarre qui consiste à faire intervenir des anges dans les lettres aux Églises : elle n'est au fond pas plus bizarre que celle de Paul dans ses propres lettres cf .«Ne savez-vous pas que nous jugerons même les anges ?»; « La femme gardera le silence dans l'Assemblée à cause des anges ...», etc.


Fernand Poisson :
À mon avis, il ne peut pas s'agir d'anges véritables car les reproches qui leur sont adressés signifieraient que de bons anges peuvent pécher, ce qui me paraît absurde ! C'est peut-être tout simplement une personnification de l'Église à laquelle la lettre est adressée, mais c'est une tournure un peu étrange.
Le Christ ne morigène pas les saints anges. Ce n'est pas comme si ces derniers auraient dû commettre un quelconque péché; ce qui serait absurde en effet. Non, le contenu des sept lettres aux Église concernent les fidèles de ces Églises. On parle d'une partie du troupeau du Seigneur quoi !

:)

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 10530
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: Les lettres aux sept églises

Message non lu par Cinci » ven. 16 avr. 2021, 14:08

Le texte du début de l'Apocalypse merveilleusement composé :
REVELATION DE JESUS CHRIST, que Dieu lui a confiée pour montrer à ses serviteurs ce qui doit bientôt advenir ; cette révélation, il l’a fait connaître à son serviteur Jean par l’envoi de son ange. Jean atteste comme parole de Dieu et témoignage de Jésus Christ tout ce qu’il a vu. Heureux celui qui lit, heureux ceux qui écoutent les paroles de la prophétie et gardent ce qui est écrit en elle, car le temps est proche.

Jean, aux sept Églises qui sont en Asie mineure : à vous, la grâce et la paix, de la part de Celui qui est, qui était et qui vient, de la part des sept esprits qui sont devant son trône, de la part de Jésus Christ, le témoin fidèle, le premier-né des morts, le prince des rois de la terre. À lui qui nous aime, qui nous a délivrés de nos péchés par son sang, qui a fait de nous un royaume et des prêtres pour son Dieu et Père, à lui, la gloire et la souveraineté pour les siècles des siècles. Amen.

Voici qu’il vient avec les nuées, tout œil le verra, ils le verront, ceux qui l’ont transpercé ; et sur lui se lamenteront toutes les tribus de la terre. Oui ! Amen !

Moi, je suis l’Alpha et l’Oméga, dit le Seigneur Dieu, Celui qui est, qui était et qui vient, le Souverain de l’univers.

Moi, Jean, votre frère, partageant avec vous la détresse, la royauté et la persévérance en Jésus, je me trouvai dans l’île de Patmos à cause de la parole de Dieu et du témoignage de Jésus. Je fus saisi en esprit, le jour du Seigneur, et j’entendis derrière moi une voix forte, pareille au son d’une trompette.

Elle disait : « Ce que tu vois, écris-le dans un livre et envoie-le aux sept Églises : à Éphèse, Smyrne, Pergame, Thyatire, Sardes, Philadelphie et Laodicée. »

Je me retournai pour regarder quelle était cette voix qui me parlait. M’étant retourné, j’ai vu sept chandeliers d’or, et au milieu des chandeliers un être qui semblait un Fils d’homme, revêtu d’une longue tunique, une ceinture d’or à hauteur de poitrine ; sa tête et ses cheveux étaient blancs comme la laine blanche, comme la neige, et ses yeux comme une flamme ardente ; ses pieds semblaient d’un bronze précieux affiné au creuset, et sa voix était comme la voix des grandes eaux ; il avait dans la main droite sept étoiles ; de sa bouche sortait un glaive acéré à deux tranchants. Son visage brillait comme brille le soleil dans sa puissance.

Quand je le vis, je tombai à ses pieds comme mort, mais il posa sur moi sa main droite, en disant : « Ne crains pas. Moi, je suis le Premier et le Dernier, le Vivant : j’étais mort, et me voilà vivant pour les siècles des siècles ; je détiens les clés de la mort et du séjour des morts. Écris donc ce que tu as vu, ce qui est, ce qui va ensuite advenir. Quant au mystère des sept étoiles que tu as vues sur ma main droite, et celui des sept chandeliers d’or : les sept étoiles sont les anges des sept Églises, et les sept chandeliers sont les sept Églises. »
Je reprend :

Moi, Jean, votre frère, partageant avec vous la détresse, la royauté et la persévérance en Jésus, je me trouvai dans l’île de Patmos à cause de la parole de Dieu et du témoignage de Jésus. Je fus saisi en esprit, le jour du Seigneur, et j’entendis derrière moi une voix forte, pareille au son d’une trompette.


Jean partage la royauté de Jésus. Il est saisi en esprit par Dieu le «jour du Seigneur» ou un dimanche autrement dit. C'est pourquoi la notification qui lui est demandé de transmettre publiquement aux Églises se trouve transmise aux anges en même temps. On ne se trouve pas ici dans le domaine des révélations privées.

Partager la royauté c'est être comme élevé au-dessus des anges.

Avatar de l’utilisateur
Libremax
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1122
Inscription : mer. 01 avr. 2009, 16:54
Conviction : chrétien catholique

Re: Les lettres aux sept églises

Message non lu par Libremax » ven. 16 avr. 2021, 14:49

Bonjour Cinci, et merci pour votre point de vue.

vous nous dites que les lettres que Jean adresse aux églises sur ordre du Christ veut les transmettre aussi aux anges en une sorte de liturgie manifestant sa gloire et initiant le privilège donné par Dieu à Ses apôtres de "juger même les anges", en tout cas de leur transmettre la Bonne Nouvelle à eux, les anges, qui sont les transmetteurs de Dieu par nature.

Bien.

Mais il demeure que ces lettres formulent des reproches et/ou des félicitations directement adressées aux anges, même si en préambule il est noté que Jean va devoir écrire "aux églises".
Et il demeure que vous soulignez vous -mêmes la bizarrerie chez Paul qui parle de "juger les anges".

Du coup, la question demeure : Pourquoi les lettres adressent-elles les reproches du Christ aux anges? Si le contenu des lettres devait être transmis en même temps aux anges et à Jean, pourquoi ces lettres ne les prennent-elles pas à témoin dans les reproches qu'elles ont à faire à ses fidèles?
Il y a une question de formulation, qui implique quelque chose qui m'échappe.
Cette formulation semble lier intimement les anges tutélaires au destin de leurs villes, mais je ne comprends pas de quelle manière.

cmoi
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1743
Inscription : jeu. 28 févr. 2019, 12:07

Re: Les lettres aux sept églises

Message non lu par cmoi » ven. 16 avr. 2021, 17:20

La question qui vous turlupine ne me turlupine guère : les anges sont les collaborateurs de Dieu, à ce titre il s'adresse à eux en ce qu'ils représentent leurs Eglises, comme s'ils étaient elles, mais cela ne les implique qu'en ce qu'ils en sont responsables, non pour "payer à leur place" car cela c'est le Christ qui l'a en charge, mais pour les aider à réaliser l'oeuvre de salut en eux, les aider mais aussi l'aider Lui à les faire "réussir" l'épreuve qu'il a donnée.
C'est une sorte de code par esprit de camaraderie.
Un peu comme comme dans certains groupes sociaux ou de jeux, on dit "la compagnie machin" ou "les verts" en s'adressant à leur chef ou représentant, mais le discours ne le vise pas lui, mais les membres de la dite compagnie ou "couleur".
Et le chef là ne l'est pas dans le sens habituel, mais au sens d'observateur /accompagnateur/facilitateur/arbitre/ assistance en cas de danger etc. Il représente plus l'autorité comme témoin envers le groupe, un peu huissier aussi dans l'autre sens, que ceux qui sont dessous.
Je ne sais pas si je me fais comprendre... L'ange a en charge de "distribuer le jeu" (la parole), de s'assurer qu'il (qu'elle) est compris(e), d'en suivre l'évolution et de veiller à l'adapter dans le bon sens et que les règles seront respectées.

Avatar de l’utilisateur
Libremax
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1122
Inscription : mer. 01 avr. 2009, 16:54
Conviction : chrétien catholique

Re: Les lettres aux sept églises

Message non lu par Libremax » ven. 16 avr. 2021, 19:55

Oui,
les anges auxquels s'adressent les lettres de l'Apocalypse sont gardiens, responsables, intermédiaires de leurs églises tutélaires, et à ce titre, ils portent eux aussi les joies, les peines, les réussites et les échecs des communautés à qui ils ont été confiés.
Ce ne sont pas eux les fautifs, ils n'ont pas à être punis ni récompensés de la situation morale et spirituelle de leurs églises, et pourtant c'est la leur, puisqu'ils sont liés aux églises.

Par ailleurs, l'Apocalypse n'est pas un recueil de lettres qui ont chacune été envoyées à ces communautés, mais une oeuvre globale dans laquelle le message à sept églises avait un sens particulier. Ces lettres n'étaient sans doute pas uniquement des avertissements pour les communautés d'Asie de l'époque, mais déjà une projection prophétique sur toutes les églises de tous les temps. Jean ne s'adresse pas seulement aux fidèles de son temps. Dès lors, de tels messages sont bien à porter aux anges, et non seulement aux personnes.

Merci à vous pour vos éclaircissements.

ademimo
Quæstor
Quæstor
Messages : 396
Inscription : mar. 14 juil. 2020, 21:10
Conviction : catholique

Re: Les lettres aux sept églises

Message non lu par ademimo » ven. 16 avr. 2021, 23:09

Libremax a écrit :
ven. 16 avr. 2021, 19:55
Oui,
les anges auxquels s'adressent les lettres de l'Apocalypse sont gardiens, responsables, intermédiaires de leurs églises tutélaires, et à ce titre, ils portent eux aussi les joies, les peines, les réussites et les échecs des communautés à qui ils ont été confiés.
Ce ne sont pas eux les fautifs, ils n'ont pas à être punis ni récompensés de la situation morale et spirituelle de leurs églises, et pourtant c'est la leur, puisqu'ils sont liés aux églises.

Par ailleurs, l'Apocalypse n'est pas un recueil de lettres qui ont chacune été envoyées à ces communautés, mais une oeuvre globale dans laquelle le message à sept églises avait un sens particulier. Ces lettres n'étaient sans doute pas uniquement des avertissements pour les communautés d'Asie de l'époque, mais déjà une projection prophétique sur toutes les églises de tous les temps. Jean ne s'adresse pas seulement aux fidèles de son temps. Dès lors, de tels messages sont bien à porter aux anges, et non seulement aux personnes.

Merci à vous pour vos éclaircissements.
L'Apocalypse est l'oeuvre la plus tardive du corpus, sans doute composée quelque trente ans après les épîtres de saint Paul, dont Jean avait probablement connaissance. Donc en effet, ces lettres aux églises paraissent faire écho à celles de Paul. Elles sonnent presque comme un bilan, doublé d'un avertissement, après trente ans de vie de l'Eglise.

Ensuite, angelos et apostolos, veulent dire l'un et l'autre "envoyé, messager". Je présume (mais je ne suis pas helléniste) que l'angelos, de même étymologie qu’Évangile, "bonne nouvelle", concernerait le fait d'annoncer un message, de le proclamer, de le manifester (le mot était au départ appliqué aux oiseaux qui annonçaient les présages des dieux), tandis que l'apostolos désignerait celui que l'on envoie au loin, le porteur de la lettre, le verbe apostellô voulant dire "envoyer au loin, pousser au départ", voire "chasser". Comme cela a été évoqué sur l'autre fil consacré aux anges, on sait qu'il y a un débat sur l'interprétation de ce mot, pouvant éventuellement désigner, dans certains cas, l'apôtre dans le Nouveau Testament, ou le prophète dans l'Ancien, et non la créature céleste. Il semble plutôt logique, ici, que le destinataire de ces lettres soit le chef de ces églises. Il est vrai que le terme paraît inadapté et inhabituel, mais le texte en lui-même est très inhabituel, puisque fortement chargé en symboles ou visions mystiques et allégoriques. Qualifier l'apôtre d'ange est peut-être une manière de souligner sa mission divine : il est l'envoyé de Dieu auprès des hommes. L’ambiguïté du terme est peut-être, justement, tout à fait recherchée.

Mais ces lettres sont-elles réellement envoyées à ces sept églises en particulier, ou ne faut-il pas y voir une allégorie de l'Eglise de tous les temps ? Cette "révélation" de saint Jean a volontairement pour objectif d'être d'une portée universelle et intemporelle, et c'est d'ailleurs sous cet angle qu'elle a été admise dans le Canon (sinon, quel intérêt de lire l'Apocalypse dont les seuls destinataires seraient les contemporains de l'époque). Sept est évidemment un chiffre symbolique qui signifie, à l'évidence, le cycle du temps. Le chandelier représente l'arbre de la Croix sur lequel est greffée l'Eglise (symbole omniprésent pendant de nombreux siècles dans la chrétienté). D'ailleurs, plus loin, les deux "témoins" sont à la fois qualifiés de "chandeliers" et d'"oliviers".

Donc, on serait tenté de voir dans cet "apôtre" le chef même de l'Eglise, successeur de Pierre, à travers tous les siècles jusqu'à la fin des Temps. C'est à lui que sont adressées ces lettres successives. Et bien entendu, les fidèles de ces sept églises, sont tous les fidèles chrétiens de tous les temps.

Mais on pourrait encore creuser cette interprétation en se souvenant que tout homme est, de toute façon, un "envoyé" de Dieu, car c'est bel et bien le statut de tout baptisé. D'où l'envoi adressé à chaque chrétien à la fin de la messe : Ite, missa est, formule toujours difficile à traduire, d'où la "messe" elle-même tire son propre nom, et voulant dire que le chrétien est "envoyé" en mission dans le monde. Donc d'une certaine façon, cet "ange", c'est chaque chrétien, c'est le lecteur lui-même du Livre auquel ces lettres sont adressées, comme celles de saint Paul sont moins adressées aux Philippiens, Éphésiens, Colossiens, etc. qu'aux chrétiens de tous les temps, et à chacun d'eux très personnellement.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 19 invités