Jean Vanier n'était pas le saint qu'on imaginait

« Voici maintenant que ce monde est jugé ! » (Jn 12.31)
Règles du forum
Forum de discussions entre personnes de bonne volonté autour des questions d'actualité.
Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 10273
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: Jean Vanier n'était pas le saint qu'on imaginait

Message non lu par Cinci » jeu. 05 mars 2020, 17:01

Pathos :

Bah disons que si ma fille se tord de douleur je ne vais pas appeler en premier un exorciste... <: :s :diable:
Désolé mais votre remarque m'est incompréhensible. Franchement ! Qu'est-ce que la douleur et l'exorcisme vient faire par-ici :!: Je vous parle plus haut de votre témoin, Marie-Laure Janssens, qui racontait comment elle n'était pas "très à l'aise" lors de son passage chez les Soeurs dirigées par la mère Myriam. Or je vous signale qu'il n'est pas besoin justement de mettre de l'avant des théories "mystiques débiles" pour expliquer que des gens peuvent se sentir malheureux dans une communauté religieuse.

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 10273
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: Jean Vanier n'était pas le saint qu'on imaginait

Message non lu par Cinci » jeu. 05 mars 2020, 17:15

Cinci,

Je regrette que vous en soyez réduit à dénigrer des personnes pour camper sur vos positions de moins en moins rationnelles.

"D'habitude, quand elle est dans la rue et qu'elle est si démoralisée que les larmes lui montent aux yeux, elle cherche une église. C'est le seul endroit, en ville, où l'on puisse entrer, s'asseoir et pleurer sans que personne y trouve rien à redire"

Virginie Despentes, Vernon Subutex, tome 3, p. 208

Teano,

C'est moi qui vous trouve agressive depuis le début dans ce fil, irrationnelle et même méprisante pour autrui qui ne sera pas de votre avis. Vous ne m'impressionnez pas du tout avec votre façon procédurière (limite manipulatrice) pour tenter de justifier votre affaire, pour passer pour une grande championne de la probité face à des nabots, des charlatans ou je-ne-sais-quoi. Votre coup du grand devin d'Astérix n'était rien d'autre que du dénigrement de votre part, me concernant. Et c'est vous qui venez ensuite dire que je dénigrerais votre chère Auteur ?

Eh bien, contrairement à ce que vous pourriez penser, son livre, je l'avais bien lu à l'époque pour commencer. Il fait plusieurs années de cela. On me l'avait prêté.

Maintenant, qu'est-ce que vous essayez de faire avec votre courte citation ? Vous voulez faire pleurer dans les chaumières ? Moi, c'est cela que je nomme de la manipulation. Vous voulez me faire passer pour un fabulateur, Despentes pour une gentille fi-fille si fine et si reconnaissante envers nos providentielles églises ?




Dans wikipedia, au sujet de KIng Kong Théorie :
« On aura saisi qu'il est inutile de chercher une cohérence intellectuelle à cet essai plein de gros mots. » Astrid de Larminat dans Le Figaro littéraire.
« King Kong théorie n'est pas seulement un livre atterrant de bêtise, un monument d'incompétence, un espace où toute pensée se fige sur place, glacée jusqu'à l'ultime neurone par le degré zéro. De chaque ligne suinte en outre une haine féroce pour l'Autre. » Éric Naulleau dans Le Matricule des anges.

« Il aurait été étonnant qu’un livre aussi iconoclaste, aussi violemment dérangeant, ne suscite pas des réticences sur certains de ses aspects. Cela ne diminue pas la jubilation qu’on a à lire les pages féroces de ce livre qui réveille, enrage, dévaste, heurte, fait rire, rassure, effraie, désacralise, déconstruit et ouvre les yeux. Parce que le féminisme n’est pas une cause secondaire, "de luxe"... » Claire dans le journal d'Alternative libertaire.

« Despentes s'est mise en situation de se faire haïr par les philosophes autant que par les psys, et par les dames patronnesses autant que par les chiennes de garde. Le bonheur, quoi... » Pierre Marcelle dans Libération.

« On pourrait offrir aux lecteurs, aux lectrices, tout un florilège de phrases à méditer. Mais il vaut mieux lire tout le livre. » Josyane Savigneau dans Le Monde des livre.

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 10273
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: Jean Vanier n'était pas le saint qu'on imaginait

Message non lu par Cinci » jeu. 05 mars 2020, 17:54

Enfin ...

.

Comme tout ça n'est pas très glorieux ! Et l'empressement des uns à accuser/salir la mémoire des uns. Jean Vanier qualifié de "salaud" le jour même de la parution de la première manchette électronique - "Ah ! si c'est dans le journal ... Si c'est un évêque qui abonde dans le sens du pire, madame Michu ... Parce que le Saint Office en 1950 ... "

Néanmoins ..

Je tiens à vous faire savoir : vous ne m'atteignez pas intérieurement. Pour cela, rassurez-vous. Je veux dire que vous ne parviendrez pas à me déstabiliser avec ce présent fil, ni me retirer ma bonne humeur ni ce que je peux vivre de bien en ce moment durant ce Carême, non plus que me retirer la paix surtout. C'est le principal. Je vais arrêter ma participation quand même, parce qu'il est inutile d'échanger avec des gens fermés, des gens n'étant absolument pas dans la moindre disposition pour entendre ce que quelqu'un d'autre peut vouloir dire.

Une bonne mention pour La Samaritaine tout de même, - en dehors du fait de taxer de "guignol" Arnaud Dumouch injustement -, et pour sa capacité de voir au moins que tout n'est pas forcément noir ou blanc et s'agissant de la nature humaine, qu'il peut y avoir autre chose que des grands criminels autour de soi, des salauds, des sectaires hallucinés. Mention aussi pour Fée Violine qui, pour une rare fois, semble se montrer un peu plus circonspecte quant à la nature de ce qui pourrait s'être produit.

Voilà ! Poursuivez maintenant entre vous. Je ne serai pas là. Ce ne sera donc pas la peine de verrouiller.

Bye
Dernière modification par Nanimo le ven. 06 mars 2020, 3:20, modifié 1 fois.
Raison : Sage décision. La modération reconnaissante

Gaudens
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 586
Inscription : mer. 25 avr. 2018, 19:50
Conviction : chrétien catholique

Re: Jean Vanier n'était pas le saint qu'on imaginait

Message non lu par Gaudens » jeu. 05 mars 2020, 19:22

Bon, Teano agressive, Pathos incompréhensible et moi hautain...cher Cinci, nous voila tous habillés pour l'hiver grâce à vos bons soins. Vous ne prenez même pas la peine de lire ce qu'on écrit, vous n'y répondez pas : typique votre insistance concenant Virginie Despentes même quand on vous répond (comme moi) qu'elle n'a en effet rien à voir dans l'affaire et que son opinion indiffère. Désolé mais vous partez là dans tous les sens, comme Don Quichotte dans sa lutte contre les moulins. A mon tour de dire que j'arrête ici (et, en ce qui me concerne, je m'y tiendrai).

Avatar de l’utilisateur
Fée Violine
Consul
Consul
Messages : 11063
Inscription : mer. 24 sept. 2008, 14:13
Conviction : Catholique ordinaire. Laïque dominicaine
Localisation : France
Contact :

Re: Jean Vanier n'était pas le saint qu'on imaginait

Message non lu par Fée Violine » ven. 06 mars 2020, 9:47

Gaudens a écrit :
jeu. 05 mars 2020, 19:22
Bon, Teano agressive, Pathos incompréhensible et moi hautain...cher Cinci, nous voila tous habillés pour l'hiver
... et moi qui "pour une rare fois semble un peu circonspecte" :s

Avatar de l’utilisateur
la Samaritaine
Barbarus
Barbarus

Re: Jean Vanier n'était pas le saint qu'on imaginait

Message non lu par la Samaritaine » jeu. 12 mars 2020, 12:08

http://www.koztoujours.fr/a-propos-de-j ... ent-102335

Koz a publié sur son site la lettre de Mgr Daucourt. Je publie ici qq une de ses commentaires et des commentaires de ses lecteurs, que je trouve intéressants : (c'est moi qui souligne en gras)


Anne 29 février 2020 at 16 h 19 min
Quelque chose m’échappe : « c’est vérité ». Mais il s’agit d’une enquête privée. L’accusé ne s’est jamais défendu. Il n’y a pas eu de procès. Pourquoi avoir attendu sa mort pour révéler ces accusations ?
Et si tout était faux? Si Jean Vanier était innocent ?
Personne ne pose la question?
Répondre

Koz 2 mars 2020 at 10 h 13 min
Il est, d’une part, très peu probable que L’Arche ait souhaité divulguer spontanément des faits mensongers qui ternissent fortement sa réputation et l’image de celui qui lui prêtait tout de même beaucoup son visage.
L’enquête s’appuie en outre sur plusieurs témoignages concordants et sur des lettres écrites par Jean Vanier.



Koz 2 mars 2020 at 10 h 31 min
Personne, y compris parmi les plus proches, ne met en cause les résultats de l’enquête. Ils sont pénibles à admettre mais ils sont étayés.
En ce qui concerne la qualification légale de ces actes, ce serait s’avancer un peu mais je ne peux pas exclure une qualification délictuelle, conformément à l’article 233-15-2 du Code pénal
Est puni de trois ans d’emprisonnement et de 375 000 euros d’amende l’abus frauduleux de l’état d’ignorance ou de la situation de faiblesse soit d’un mineur, soit d’une personne dont la particulière vulnérabilité, due à son âge, à une maladie, à une infirmité, à une déficience physique ou psychique ou à un état de grossesse, est apparente ou connue de son auteur, soit d’une personne en état de sujétion psychologique ou physique résultant de l’exercice de pressions graves ou réitérées ou de techniques propres à altérer son jugement, pour conduire ce mineur ou cette personne à un acte ou à une abstention qui lui sont gravement préjudiciables.
Lorsque l’infraction est commise par le dirigeant de fait ou de droit d’un groupement qui poursuit des activités ayant pour but ou pour effet de créer, de maintenir ou d’exploiter la sujétion psychologique ou physique des personnes qui participent à ces activités, les peines sont portées à cinq ans d’emprisonnement et à 750 000 euros d’amende.
Le cas de la « personne en état de sujétion psychologique ou physique résultant de l’exercice de pressions graves ou réitérées ou de techniques propres à altérer son jugement » aurait peut-être pu être retenu.

Ce que nous faisons de cette affaire ne peut pas se résumer à « personnellement, je n’en sais rien, et si ça se trouve, c’est faux, de toutes façons, je ne juge pas.« . Nous avons une responsabilité à l’égard des victimes passées, présentes et à venir y compris dans la façon dont nous accueillons une enquête indépendante et dont il n’est pas exact de dire qu’elle n’a été menée qu’à charge. Comme en témoigne une personne dans les commentaires, c’est aussi notre attitude aujourd’hui qui leur permet de parler ou, au contraire, les mure dans le silence. Et de cela, pour le coup, nous en répondrons.



Claudine O. 29 février 2020 at 16 h 27 min
Moi comme médecin , je comprends mal aussi même si hélas j’ai rencontré ces personnalités adulées et perverses . Pour moi je crois que la meilleure des parades est d’éduquer à la primauté de la conscience , d’armer des potentielles victimes contre la perversion mystique . Je ne peux que penser à des mots qui font de l’Hostie, de la Vierge des objets divins .Qui fait l’Ange risque de faire la bête . C’est souvent dans des circonstances de fragilités humaines que peuvent agir ces dérives ignobles et inhumaines .


Cécile R. 29 février 2020 at 16 h 45 min
Merci infiniment pour le travail de vérité.
Je suis allée hier dire un abus dont j’ai été victime à un responsable de sa congrégation. J’ai écrit pour demander ce rendez-vous le jour de la sortie publique de la dénonciation des actes de Jean Vanier.
J’ai pu le faire car il y a eu cette dénonciation.
L’érotico-spirituel dans l’accompagnement met celles qui le subissent dans un embourbement dont il est difficile de se dépétrer. Notamment car il y a peu d’oreilles pour entendre.
Que cette vérité faite par l’équipe de l’Arche soit contagieuse. C’est ce que je souhaite de tout mon coeur. Elle répare quelque peu…


Koz 2 mars 2020 at 10 h 16 min
Et la tristesse et la douleur de ces révélations est un peu atténuée par le fait que l’image plus lisse et lumineuse que nous avions de l’Eglise il y a peu encore l’était au détriment des victimes, qui n’osaient ou ne pouvaient pas s’exprimer.


Etry 2 mars 2020 at 21 h 20 min
Merci Koz pour ce commentaire. L’Eglise, c’est a dire nous tous, est tellement humaine et faillible. L’image lisse et brillante qu’elle donne parfois (en oubliant sa misère) n’est elle pas un repoussoir pour toutes les «gueules cassées» de la vie qu’elle devrait au contraire rechauffer. Elle donne l’impression d’être quelque chose d’inateignable au lieu d’être proche.

En Christ,

Samaritaine

Avatar de l’utilisateur
Teano
Prætor
Prætor
Messages : 2344
Inscription : sam. 30 avr. 2011, 18:07
Conviction : Catholique romaine

Re: Jean Vanier n'était pas le saint qu'on imaginait

Message non lu par Teano » sam. 14 mars 2020, 14:41

Ici, l'dito de François Huguenin qui ne parle pas de Jean Vanier, certes, mais souligne des points qui me semblent importants (c'est moi qui met en gras)



" On a appris ce week-end que le groupe Hachette refusait de publier les mémoires de Woody Allen qui devaient paraître chez Stock. Rappelons les faits : Woody Allen a épousé Soon-Yi, la fille adoptive de son ex-compagne, Mia Farrow, ce qui n’est certes pas très reluisant, mais toutes les accusations d’agression sexuelles sur son autre fille Dylan, au demeurant contestées par son fils Moses, ont été rejetées par la justice américaine.
Soyons clairs : nous ne savons pas la vérité dans cette histoire éclaboussant une famille à tout le moins dysfonctionnelle. Et celui qui aurait la prétention d’en savoir plus que la justice américaine et de juger Woody Allen irait gravement à l’encontre d’un des principes de notre état de droit, la présomption d’innocence. En attendant, le cinéaste a de plus en plus de difficultés à produire ses films ...
Dans Le Monde de lundi, un collectif d’une centaine d’avocates pénalistes, réagissant aux réactions critiques sur la césarisation de Polanski, défendait la présomption d’innocence et pointait le danger d’un tribunal populaire. Il y a danger d’une « présomption de culpabilité » avertissaient-elles, sans prendre garde au demeurant que Polanski a bel et bien été jugé pour viol sur mineures aux États-Unis et s’est largement vanté de son attirance pour les jeunes filles dans les médias. Ce qui, au passage, est très différent du cas de Woody Allen.

Hier dans le même journal, un collectif, principalement de femmes, dont la psychiatre Muriel Salmona ou la cinéaste Andrea Bescond rappelait tranquillement que notre système judiciaire ne croit pas les victimes : mise en doute, plaintes classées sans suite, viols jugés comme des agressions sexuelles en tribunal correctionnel et non aux assises. C’est une « présomption permanente de mensonge » qui pèse sur les victimes, principalement les femmes et les enfants.

Alors qui croire ? Ceux qui mettent en garde contre le risque de tribunaux populaires ou ceux qui dénoncent le refus d'entendre les victimes ? Sans doute les deux. Mais la situation n’est pas parallèle. La présomption d’innocence existe dans notre droit et il faut la rappeler. Mais la présomption de vérité de la parole des victimes demeure non reconnue. A défaut de l’inscrire juridiquement dans nos lois, il faut en faire un préalable moral sans lequel la présomption d’innocence, qui est une présomption de vérité de l’accusé, ne tiendra plus longtemps. La sauvegarde de notre droit passe par une meilleure reconnaissance de la parole des victimes."

https://rcf.fr/la-matinale/presomption- ... 9OTdUzonuA

Teano
"« Sous l’abri de ta miséricorde, nous nous réfugions, sainte Mère de Dieu. Ne repousse pas nos prières quand nous sommes dans l’épreuve, mais de tous les dangers, délivre-nous, Vierge glorieuse et bénie »"


Messages dans cette couleur (ou à peu près...) : modération du forum

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités