Loi sur le séparatisme : les consciences mises sous contrôle

« Voici maintenant que ce monde est jugé ! » (Jn 12.31)
Règles du forum
Forum de discussions entre personnes de bonne volonté autour des questions d'actualité.
Avatar de l’utilisateur
Guillaume C.
Censor
Censor
Messages : 144
Inscription : mer. 14 janv. 2015, 13:37
Conviction : Catholique romain

Loi sur le séparatisme : les consciences mises sous contrôle

Message non lu par Guillaume C. » ven. 05 févr. 2021, 23:10

Bonsoir,

Un nouvel arsenal législatif délirant contre nos libertés.

Loi sur le séparatisme : les consciences mises sous contrôle
Il n'y a qu'une Église, une par l'unité de la doctrine comme par l'unité du gouvernement, c'est l'Église catholique (Léon XIII, lettre Testem benevolentiæ sur la condamnation de l'américanisme)

Altior
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2044
Inscription : sam. 05 juil. 2008, 23:59
Conviction : catholique traditionaliste
Localisation : In Ecclesia Dei

Re: Loi sur le séparatisme : les consciences mises sous contrôle

Message non lu par Altior » sam. 06 févr. 2021, 1:00

Excellent.
Claire, court, intelligible, percutant.
Pas de grandiloquence, pas de langue de bois, mais un français impeccable.
Merci, M. Poisson!

Avatar de l’utilisateur
apatride
Quæstor
Quæstor
Messages : 337
Inscription : lun. 06 juin 2016, 1:24
Conviction : Catholique romain

Re: Loi sur le séparatisme : les consciences mises sous contrôle

Message non lu par apatride » sam. 06 févr. 2021, 2:52

Un beau billet de Erwan Le Morhedec sur le sujet : Trop, c'est trop

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 10482
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: Loi sur le séparatisme : les consciences mises sous contrôle

Message non lu par Cinci » dim. 21 mars 2021, 3:06

Pour mettre le projet de loi contre le séparatisme islamique en perspective ...

En 2017, le président Macron avait livré un discours «Personne ne peut faire croire que l'islam n'est pas compatible avec la République» devant le Conseil français du culte musulman. Il s'était commis à l'occasion de la fin du Ramadam. Peu après, Annie Laurent avait accepté de donner au Figaro ses impressions au sujet de ce discours.

Ici :
Le Président de la République a insisté à plusieurs reprises sur le rôle que doivent assumer les organisations musulmanes de France dans la lutte contre le terrorisme et les prédicateurs salafistes, qui prêchent «ce qui est contraire au cœur de l'islam». Les extrémismes auxquels la France est confrontée trahissent-ils le véritable islam?


Il faut d'abord signaler qu'il existe mille et une interprétations des textes sacrés de l'islam. Cette religion, dans sa version sunnite, ultra-majoritaire et la seule concernée par les débats en France, ne possède pas d'autorité dotée d'un pouvoir d'interprétation revêtu du sceau de l'authenticité. Autrement dit, il n'y a pas de pape de l'islam habilité à trancher et à imposer sa lecture, ce qui permettrait, par la même occasion, aux non-musulmans de savoir ce qui est conforme à l'interprétation officielle. En outre, les Français musulmans ne sont pas unis, du fait de la variété de leurs origines et de leurs différences idéologiques. Ainsi l'islam des Turcs n'est pas celui des Maghrébins, le salafisme diffère des Frères musulmans, etc. C'est pourquoi je ne vois pas comment le président de la République ou un autre responsable politique peut dire de façon certaine ce qui constitue «le cœur de l'Islam». À quel titre la République peut-elle se prononcer sur une telle définition? Et comment concilier de tels propos avec la laïcité propre à l'État?

En réalité, l'unique moyen d'en finir avec l'extrémisme serait de supprimer les passages du Coran et de la Sunna justifiant la violence et les atteintes aux libertés. Car, qu'on l'admette ou pas, ces textes sacrés comportent bien des incitations à la haine.

Or, pour les musulmans, le Coran est un livre incréé ayant Dieu pour seul auteur. Ce dogme prévaut depuis le IXè siècle. Aucune autorité humaine ne peut donc prétendre le modifier. Ce n'est pas le cas de la Bible puisqu'elle est inspirée, non dictée. Même les intellectuels musulmans engagés dans la promotion d'un islam adapté à la modernité ne reviennent pas sur ce dogme. L'absence de magistère et le caractère incréé du Coran sont deux obstacles structurels qui empêchent toute évolution dans le sens d'une interprétation unique et authentique.


https://www.lefigaro.fr/vox/societe/201 ... u-cfcm.php

La demande est légitime mais sa réalisation pose d'importantes questions. En effet, comment la République laïque envisage-t-elle d'intervenir dans ce domaine? Qui va trancher les difficultés liées à l'interprétation des dogmes et des textes sacrés? Comment gérer les divergences idéologiques? En fait, qui va contrôler l'enseignement dispensé dans les instituts de formation d'imams? Je ne vois pas de réponse pertinente à ces questions.


Imagine-t-on voir un jour la République laïque s'immiscer dans les programmes des séminaires de l'Église catholique, interdire l'enseignement de la loi naturelle (je pense notamment au mariage et à la filiation)? Concernant l'islam, il existe déjà des Instituts de formation d'imams, dont certains sont gérés par l'UOIF, association qui, à bien des égards, ne transmet pas des valeurs compatibles avec la démocratie. Mais il est vrai que la question de la formation des imams est pertinente si l'on considère les préoccupations liées à la sécurité publique.

Il me semble que l'État devrait mettre fermement les représentants officiels de l'islam face à leurs responsabilités. En cas de violences ou de discours haineux prononcés dans les mosquées en référence au Coran et à la Sunna, ceux-ci devraient pouvoir être poursuivis pour complicité avec les imams dangereux.

L'État devrait aussi imposer la langue française lors de prêches et interdire tous financements étrangers des mosquées et associations. Il faut être d'une intransigeance absolue quand il s'agit de sécurité publique et ne pas hésiter à aller jusqu'à des mesures d'expulsions. Enfin, en se mêlant de l'organisation de l'islam en France, je crains que l'État ne contribue, sans doute malgré lui et tout en dénonçant le communautarisme, à confessionnaliser les musulmans, alors que, selon la Constitution de notre pays, ceux-ci sont d'abord des citoyens avant d'être chrétiens, musulmans, juifs ou autres. On risque donner à l'islam le statut de religion d'État comme le regrettait feu le cardinal Lustiger.
Complément :

https://www.youtube.com/watch?v=ZkyuNoh1-wA

L'Islam et l'Europe
Annie Laurent
Site : Famille Missionnaire de Notre Dame
Note : a écouté au complet le document.
Excellent
Plus destructeur qu'un missile Scud lancé sur Israël
L'air de ne pas y toucher
(Passer les cinq premières minutes ...)

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 10482
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: Loi sur le séparatisme : les consciences mises sous contrôle

Message non lu par Cinci » dim. 21 mars 2021, 4:12

L'islam et l'Europe (Annie Laurent)

Le minutage :

17' 50" : On a oublié une chose très grave : une religion façonne une anthropologie

18' : L'identification absolue entre religion et politique fait partie de la foi à laquelle les musulmans ne peuvent renoncer ... même s'ils attendent prudemment pour le faire valoir d'être en situation de prépondérance.

19' 15" : Il est utopique d'espérer une européanisation de l'islam. Il faudrait que l'islam change complètement son regard sur l'homme, son anthropologie; non seulement sur l'homme mais sur sa conception de la société, sa conception du droit, sur l'organisation de l'État, etc.

19' 40" : Le Coran ignore le concept de personne humaine ... En fait, la notion de personne est biblique.

21' 00 : Le musulman tire sa dignité du fait d'être musulman, soumis à Dieu, aussi du fait d'appartenir à l'Oumma. On est frère à l'intérieur de l'Oumma.

On continue ...

23' 00 : Le Coran instaure trois inégalités entre différentes catégories d'hommes. Une inégalité foncière voulue par Dieu. 1) Le musulman est supérieur au non musulman 2) L'homme est supérieur à la femme 3) l'homme libre est supérieur à l'esclave. «Les hommes sont supérieurs aux femmes à cause des qualités par lesquelles Dieu a élevé ceux-ci au-dessus de celles-là» Sourate 4, verset 38. C'est la volonté de Dieu.

Les pays musulmans adaptent la déclaration des droits de l'homme de 1948 en fonction du Coran, de sorte que la volonté divine reste intouchable. La polygamie est permise et le mari a le droit de battre sa femme. Battre sa femme est un impératif de Dieu.

26' 00 : La définition du mariage en islam. L'islam ignore la notion de conjugalité. La fidélité n'est requise que de la femme. Autorisation pour le mari de répudier sa femme de manière arbitraire. Interdit à une musulmane d'épouser un chrétien.

29' 00 : Le vêtement - voile, etc. Il s'agit de séparer la femme du reste de la société. On peut dire que l'islam est ségrégatif. Esclavage et ségrégation au menu.

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 10482
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: Loi sur le séparatisme : les consciences mises sous contrôle

Message non lu par Cinci » dim. 21 mars 2021, 4:32

«Personne ne peut faire croire que l'islam n'est pas compatible avec la République» (Emmanuel Macron, juin 2017)

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 10482
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: Loi sur le séparatisme : les consciences mises sous contrôle

Message non lu par Cinci » dim. 21 mars 2021, 19:27

Sur le blog de Malika Sorel ...


« [...]

- Qu’avez-vous pensé du discours du Président de la République sur le séparatisme ?

Malika Sorel : Dans son discours, Emmanuel Macron annonce qu'il va confier l'organisation de l'islam en France au CFCM et à l'AMIF. Le Président parle aussi d'organiser le financement du culte, en violation flagrante de la loi de 1905. Il annonce également l’intensification de l’enseignement de la langue arabe. Concernant la langue arabe, et puisque l’on parle, suite à l’assassinat de Samuel Paty, de la liberté d’expression et de la nécessité que l’école réussisse à cultiver l’esprit critique chez les élèves, je citerai ici les propos de Tahar Ben Jelloun qui rappelait que le ministère de l’Intérieur marocain, au début des années 1970, avait décidé « d’arabiser la philosophie dans l’esprit et le but d’empêcher que les Marocains apprennent à penser, à douter et à réfléchir. » (Empreintes, France 5, février 2010)

Il faut noter au passage que les musulmans, en France, n’ont jamais demandé à ce qu’on les communautarise, qu’on institutionalise une communauté de croyants, c'est à dire une "Oumma". Il existe une forme de schizophrérie qui consiste à vouloir les instituer en communauté et, en même temps, leur faire un procès en communautarisme. De même, on leur demande de s’émanciper, de devenir des êtres autonomes dotés d’un esprit critique et, en même temps, aussitôt que se produit un attentat, de réagir au nom d’une communauté à laquelle il sont assignés et renvoyés dans un réflexe automatique – présupposé qui se fait dans un non-respect intégral des choix individuels.

Plusieurs revues ont récemment publié des articles troublants, et même inquiétants, sur les associations auxquelles le Président Macron entend confier l’organisation de l’islam en France.

C’est le cas de Valeurs actuelles (22 octobre 2020). Marianne avait fait de même (18 octobre 2019) ainsi que la Revue des deux Mondes (novembre 2019). Les contenus de ces dossiers doivent être versés au débat public.

De même que l’analyse de Boualem Sansal (lauréat du prix Édouard Glissant) à propos du projet présenté par Hakim El Karoui sous l’égide de l’Institut Montaigne : « Quand j’ai lu ça, je suis tombé à la renverse, j’ai compris que le plan était un programme d’arabisation et d’islamisation des plus sévères, il ne laissait aucune possibilité de faire machine arrière en cas de regret. Il ressemblait comme deux gouttes d’eau au plan d’arabisation et d’islamisation que le pouvoir algérien a mise en œuvre en Algérie au début des années 80 sous la pression de l’Arabie saoudite et qui allait en peu de temps faire de nous des perroquets wahhabites salafistes. » (Fondation Varenne, 13 décembre 2016).

Chacun sait la tragédie que l’Algérie a traversé. Quant à l‘imam de Nîmes Hocine Drouiche, voici ce qu’il en dit : « Le CFCM devient un obstacle à l’Islam de France (...) L’État lui a accordé trop d’importance. De plus, des forces étrangères le composent telles que les Frères musulmans d’Égypte, la diaspora turque et les Marocains en France. »

Le président de la République a peut-être ses raisons qui le poussent à organiser l’islam en France tel qu’il l’envisage. Mais le sujet est bien trop lourd de conséquences pour la France pour qu’il puisse, en l’absence d’une opposition politique audible, s’affranchir d’une justification de ses choix devant les Français.»

http://www.malikasorel.fr/archive/2020/ ... 56592.html

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 10482
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35
Conviction : catholique perplexe

Re: Loi sur le séparatisme : les consciences mises sous contrôle

Message non lu par Cinci » dim. 21 mars 2021, 20:07

Voici le document qui fait "réagir" Boualem Sansal

Tu entends bien, Boudu ?

« Quand j’ai lu ça, je suis tombé à la renverse, j’ai compris que le plan était un programme d’arabisation et d’islamisation des plus sévères, il ne laissait aucune possibilité de faire machine arrière en cas de regret. Il ressemblait comme deux gouttes d’eau au plan d’arabisation et d’islamisation que le pouvoir algérien a mise en œuvre en Algérie au début des années 80 sous la pression de l’Arabie saoudite et qui allait en peu de temps faire de nous des perroquets wahhabites salafistes. » (Fondation Varenne, 13 décembre 2016).


C'est ce rapport ci-dessous qui est un clone du plan d'arabisation et d'islamisation du pouvoir algérien.
Auteur :

Normalien, agrégé de géographie, Hakim El Karoui a enseigné à l’université Lyon II avant de rejoindre le cabinet du Premier ministre en 2002. Après un passage à Bercy, il rejoint, en 2006, la banque Rothschild. En 2011, il rejoint le cabinet de conseil en stratégie Roland Berger où il est co-responsable de l’Afrique et du conseil au gouvernement français. En 2016, il fonde sa propre société de conseil stratégique Volentia. Il est aussi essayiste et entrepreneur social (il a créé le club du XXIème siècle et les Young Mediterranean Leaders).


Un islam français est possible


https://www.institutmontaigne.org/publi ... t-possible
Le gouvernement français travaille à implanter un Kosovo sur le Rhône. C'est super sympathique ... tout ce qu'il y a de plus banal, très normal, on voit ça tous les jours ...

On ne peut plus appeler ça de l'immigration. C'est carrément un plan de colonisation. Comme l'implantation d'un foyer national juif en Palestine à partir de 1917.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 10 invités