Rocky Balboa, autobiographie d'un chrétien

Patrimoine - Cinéma - Médias - Photographie - Musique - Peinture - Architecture
FMD
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1562
Inscription : mar. 27 avr. 2004, 22:25
Contact :

Rocky Balboa, autobiographie d'un chrétien

Message non lu par FMD » sam. 27 janv. 2007, 21:45

[align=justify]Bonsoir,

Le beau succès remporté par Rocky Balboa aux États-Unis et en Europe constitue une revanche personnelle pour Sylvester Stallone. Cette ancienne gloire du cinéma hollywoodien, assassinée tant par ses pairs que par des choix professionnels parfois douteux, s'est patiemment reconstruite à l'ombre des projecteurs grâce à sa famille et à son retour à la foi catholique de sa jeunesse. Sylvester Stallone, fort de ce nouvel équilibre personnel, décida donc de relancer sa carrière en concluant par un sixième volet la saga du célèbre boxeur qui forgea sa renommée, il y a déjà près de trois de décennies. Comme les autres opus de la série, Rocky Balboa est un film éminemment autobiographique. Rocky a depuis longtemps raccroché les gants et est désormais un vieillard un rien mièvre et gâteux, rongé par le souvenir de sa défunte mais pourtant si présente épouse et la relation pour le moins distante qu'il entretient avec son fils. Rocky n'est toutefois pas aigri par les épreuves qui l'affligent comme en témoigne l'attention qu'il porte aux autres blessés de la vie, rencontrés au détour des bas fonds de Philadelphie. C'est cependant bien dans la foi que Rocky va puiser la force nécessaire pour terrasser sa mélancolie et parvenir à une certaine forme rédemption.

La boxe n'est qu'un prétexte dans ce film, bien que le combat final soit de bonne facture puisque débarrassé des fioritures confinant parfois au ridicule qui entachaient hélas les précédents Rocky. La réalisation de Stallone est simple, en de rares occasions maladroite, mais est surtout incroyablement bouleversante de par sa sincérité et son honnêteté. Stallone n'hésite pas à faire preuve d'auto-dérision et à railler notamment l'image de « gros benêt inculte » qui lui est injustement accolée. Il serait erroné de prétendre qu'il campe ici l'un de ses plus beaux rôles car il ne joue pas: Rocky est Stallone, et Stallone est Rocky. Je ne doute pas un seul instant du fait que certains n'hésiteront pas à mépriser ce film car ils exècrent son réalisateur, tout comme je ne doute pas que certains seront en toute bonne foi désolés par ce pathos qu'ils jugeront larmoyant, mais cela m'est profondément égal.

Ce film est un rafraîchissement inespéré au milieu du marasme cinématographique actuel. Le légendaire réalisateur Frank Capra avait adoubé Rocky en son temps et il m'est pour le coup difficile de ne pas comparer Rocky Balboa à La vie est belle tant les émotions éminemment positives transmises par ces deux films sont semblables. La symbolique chrétienne, tout en restant « subtile » comme le souhaite Stallone, est omniprésente, jusque sur l'affiche du film représentant Rocky tendant le bras vers le ciel, dans un geste de déférence envers le Christ. Rocky Balboa exalte de surcroît l'amour et la fidélité, par-delà même la mort, et pose avec délicatesse un regard profondément chrétien sur la vieillesse et la fuite du temps. À l'heure où l'idéologie jeuniste impose un diktat terrible à notre société en encourageant l'élimination sociale des personnes âgées, Stallone pourfend la logique utilitariste ambiante.

Je ne peux en définitive que saluer une telle oeuvre, tout en espérant que Stallone récidive rapidement avec d'autres films du même acabit. Ses projets cinématographiques actuels sont le tournage de Rambo IV et l'adaptation des Quarante jours de Mousa Dagh de Franz Werfel. Deux projets pour le moins ambitieux et polémiques puisque le premier traite du sauvetage de missionnaires chrétiens en Birmanie et de manière plus générale de la persécution de la minorité Karen tandis que le second évoque la résistance héroïque des chrétiens à l'armée ottomane lors du siège de Mousa Dagh.[/align]

[align=center]Image[/align]

Voici quelques compléments sur le sujet:

Rocky, ce chrétien sur Sombreval [Fr]
Critique de Rocky Balboa sur Christian Spotlight on the Movies [En]
Interview de Stallone sur la foi chrétienne dans Rocky Balboa sur Christianity Today [En]
Stallone et le catholicisme sur Catholic Online [En]

PaX
Franck
Dernière modification par FMD le mer. 31 janv. 2007, 14:38, modifié 2 fois.

Charles-Edouard
Ædilis
Ædilis
Messages : 41
Inscription : mar. 16 janv. 2007, 23:05
Contact :

Message non lu par Charles-Edouard » mar. 30 janv. 2007, 21:42

Bonjour Monsieur,

Pourriez vous me dire quelle est la différence entre Rocky Balboa et Rocky Marcianno?

Je vous en remercie.

Exupère
Quæstor
Quæstor
Messages : 278
Inscription : jeu. 25 août 2005, 16:03
Localisation : Toulouse

Message non lu par Exupère » mar. 30 janv. 2007, 23:38

Saut Franck,

Merci de cette analyse. Décidément, avec Mel Gibson, le cinéma américain nous réserve de belles surprises en ce moment.

Pour en revenir à Rocky, déjà dans le premier opus qui était je trouvais une fresque sociale remarquable, j'ai noté en le revoyant dans une chambre d'hotel du Moyen-orient récemment certains traits qui m'avaient échappé quand j'étais plus jeune:

- Rocky prie tous les soirs à l'église quand Adrienne enceinte est dans le coma suite à l'hystérie de ce crétin de Pauli
- Adrienne est discrète, pudique, non-sophistiquée, soumise, timide et pourtant Rocky le caïd du quartier tombe amoureux d'elle
- lorsqu'il devient la star de Philadelphie, loin de tomber dans les bras de la starlette locale il persiste dans sa relation platonique avec elle - qui en semble presque surprise
- j'ai noté qu'Adrienne devenait de plus en plus belle au fur et à mesure que leur amour fidèle grandissait
- la musique est profondément chrétienne, elle prend aux tripes et a ce don d'aller y puiser ce que nous y avons de plus sain et de plus dynamique
- Rocky ne sombre pas dans l'oisiveté et cherche un boulot quoiqu'il advienne malgré une société qui le rejette comme un fétiche un peu simplet (euh c'est peut-être dans le II ça...)
- il ne connaît pas l'orgueil et n'est pas un violent, mais à la façon d'un chevalier Templier que l'on a trop ulcéré se révèle un véritable lion face à l'adversité d'Apollo Creed

Bref je m'en rends compte maintenant ce film est énorme. J'irai voir Rocky Balboa - avec Apocalypto et le Grand Silence, ça va être dur à caser dans l'agenda!

En Dieu
Ex
- Quiconque donc écoute les paroles que je viens de prononcer et les met en pratique ressemblera à un homme prudent qui a bâti sa maison sur le roc -
Mt 7, 24

FMD
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1562
Inscription : mar. 27 avr. 2004, 22:25
Contact :

Message non lu par FMD » mer. 31 janv. 2007, 21:50

[align=justify]
Charles-Edouard a écrit :Pourriez vous me dire quelle est la différence entre Rocky Balboa et Rocky Marcianno?

Je vais plutôt évoquer leurs points communs si vous me le permettez, ce sera plus rapide: ils partagent, en plus de leur prénom, des origines italiennes. C'est à peu près tout à ma connaissance, néanmoins Rocky Marciano est évoqué de manière particulière dans le dernier opus, mais je ne souhaite pas en dire davantage afin de ne pas gâcher le plaisir que pourrait prendre certains de nos lecteurs n'ayant pas encore eu l'occasion de voir ce superbe film. Le personnage de Rocky Balboa est né dans l'esprit de Sylvester Stallone après que ce dernier ait assisté à un combat entre Muhammad Ali et Chuck Wepner en 1975. Wepner, un boxeur de quartier inconnu, était donné perdant face au champion du monde poids lourd. La hiérarchie fut d'ailleurs respectée, cependant Wepner résista pendant les quinze rounds et se permit même d'envoyer à une reprise Ali au tapis.[/align]

FMD
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1562
Inscription : mar. 27 avr. 2004, 22:25
Contact :

Message non lu par FMD » mer. 31 janv. 2007, 22:08

[align=justify]Bonsoir Exupère,

Je n'ai pas encore eu l'occasion de visionner tous les opus de la série, cependant Rocky Balboa est à mon sens l'épisode le plus proche de l'oeuvre originelle de 1976. Je ne souhaite à aucun instant te causer de futures déceptions cinématographiques, toutefois si tu as adoré le premier Rocky il serait surprenant qu'il n'en aille pas de même avec cet ultime volet. À la différence du désormais kitchissime Rocky IV, Sylvester Stallone a effectivement renoué avec ce que tu nommes très justement la fresque sociale. Ce film devrait faire taire une bonne fois pour toute ceux qui voient en Rocky une glorification du système américain là où il n'y en a réalité qu'une exaltation des valeurs – chrétiennes – du peuple américain, ce qui est fort différent. Tu as enfin raison de souligner que nous sommes particulièrement gâtés par l'actualité cinématographique, j'ai l'impression qu'il s'agit d'une véritable lame de fond traversant le cinéma américain et non d'un épiphénomène commercial.

Je profite d'ailleurs de ce message pour toucher deux mots de l'impeccable bande sonore de Rocky Balboa. On retrouve bien évidemment les mythiques Gonna Fly Now et Eye Of The Tiger mais aussi diverses compositions de Verdi et Puccini, du pop-rock avec Natasha Bedingfield – artiste chrétienne pour le moins en vogue – et The Killers et... une chanson particulièrement adaptée de Frank Sinatra!

PaX
Franck[/align]

Sam2906
Civis
Civis
Messages : 3
Inscription : ven. 27 janv. 2012, 21:25

Re: Rocky Balboa, autobiographie d'un chrétien

Message non lu par Sam2906 » ven. 27 janv. 2012, 21:28

Bonjour à tous,

Je suis journaliste et je viens de publier un ouvrage sur Sylvester Stallone. C'est le résultat de plusieurs mois de travail. J'ai essayé de faire partager ma vision de l'oeuvre de Stallone dans ce travail très documenté. C'est-à-dire un vrai humaniste, avec un discours qui touche les classes populaires et qui met en avant, d'une manière très attachante, les losers. J'ai réussi à interviewer plusieurs personnes qui ont bossé avec lui comme Norman Jewison (FIST), Paul Sylbert (Les Faucons de la nuit), Martyn Burke (Mafia Love), Albert Magnoli (Tango et Cash), Dennis Maguire (Rambo II)...

Il y a une partie consacré aux fans de Stallone. J'essaie d'analyser d'une manière sociologique l'amour que porte les fans à l'acteur italo-américain. J'analyse également le lien de Sylvester Stallone avec la religion catholique.

J'ai pris énormément de plaisir à écrire cet ouvrage et je vous invite à le découvrir !

http://www.thebookedition.com/sylvester ... 71844.html

Charles-Edouard
Ædilis
Ædilis
Messages : 41
Inscription : mar. 16 janv. 2007, 23:05
Contact :

Re: Rocky Balboa, autobiographie d'un chrétien

Message non lu par Charles-Edouard » lun. 30 janv. 2012, 16:41

Bonjour,

Attention, cependant même si il y a quelques beau film, (la passion du Christ) il ne faut pas oublier que c'est Hollywood...
Ma marraine qui travaille dans le domaine du cinéma est va au festival de Canne tous les ans car elle est journaliste critique cinéma, est bien elle me dit que c'est de pire en pire le monde du cinéma (elle regarde plusieurs film par jours quand elle y va) donc elle sais de quoi elle parle.
Et Hollywood comme elle me l'a dit c'est des films à éviter a part des exceptions rare cependant.
Merci.

Charles
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1701
Inscription : mer. 14 juil. 2004, 16:44

Re: Rocky Balboa, autobiographie d'un chrétien

Message non lu par Charles » mer. 01 févr. 2012, 21:23

Sam2906 a écrit : C'est-à-dire un vrai humaniste
Absolument, c'est ce que j'ai toujours pensé depuis le jour ou j'ai vu je ne sais plus quel Rambo... c'est un humanisme différent de ce qu'on entend par ce mot en Europe, un humanisme américain, où les ennemis ne sont pas des humains et méritent d'être massacrés sans autre forme de procès, c'est très beau à sa manière, l'humanisme...

On le retrouve dans cette autre fresque classique du cinéma hollywoodien qu'est Star Wars avec la réplique peut-être la plus célèbre et la plus représentative de cet autre humanisme : "Use the force Luke"... "Emploie la force..." qui par définition se suffit à elle-même, donnant l'ultime limite à la parole et au dialogue, puisque après elle il n'y a plus de mots mais simplement l'emploi de la force...

Sam2906
Civis
Civis
Messages : 3
Inscription : ven. 27 janv. 2012, 21:25

Re: Rocky Balboa, autobiographie d'un chrétien

Message non lu par Sam2906 » lun. 20 févr. 2012, 21:36

Pour ceux qui habitent Paris, mon ouvrage est disponible dans la célèbre librairie Ciné-Reflet (14, rue Monsieur Le Prince).

Sam2906
Civis
Civis
Messages : 3
Inscription : ven. 27 janv. 2012, 21:25

Re: Rocky Balboa, autobiographie d'un chrétien

Message non lu par Sam2906 » sam. 26 mai 2012, 23:05

Voilà des nouvelles critiques positives de mon ouvrage sur Vice Média et Culturopoing :

http://www.vice.com/fr/read/livres-et-dvd-v6n4

http://www.culturopoing.com/Cinema/Livre+David+Da+Silva+decrypte+l+icone+Stallone+-4839

Et voilà un lien pour télécharger l'émission radio Culture prohibée consacrée à Stallone et mon livre. On y parle également de réligion :

http://213.246.53.78/grafhit/podcast/20120515_cultureProhibee_grafhit.mp3

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité