Sainte Faustine visite l'enfer

« Dieu leur donnera peut-être de se convertir et de connaître la vérité. » (2Tm 2.25)
Règles du forum
Forum de débats dialectiques entre personnes de bonne volonté autour de la religion chrétienne (catholicisme) et des objections formulées à son encontre

NB : L'attention des intervenants est particulièrement attirée sur la courtoisie et le respect ; les blasphèmes et provocations visant à blesser le sentiment religieux des lecteurs seront modérés ; les discussions inutilement polémiques seront verrouillées et leur initiateurs sanctionnés.
ami de la Miséricorde
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 3169
Inscription : jeu. 15 juin 2006, 15:17
Contact :

Sainte Faustine visite l'enfer

Message non lu par ami de la Miséricorde » mer. 20 oct. 2010, 22:08

20.X.1936

Aujourd’hui j’ai été dans les gouffres de l’enfer, introduite par un ange. C’est un lieu de grands supplices, et son étendue est terriblement grande. Genres de supplices que j’ai vus : le premier supplice qui fait l’enfer c’est la perte de Dieu ; le deuxième – les perpétuels remords ; le troisième – le sort des damnés ne changera jamais ; le quatrième supplice – c’est le feu qui va pénétrer dans l’âme sans la détruire, c’est un terrible supplice, car c’est un feu purement spirituel, allumé par la colère de Dieu ; le cinquième supplice – ce sont les ténèbres continuelles, une terrible odeur étouffante et malgré les ténèbres, les démons et les âmes damnées se voient mutuellement et voient tout le mal des autres et le leur ; le sixième supplice – c’est la continuelle compagnie de satan ; le septième supplice – un désespoir terrible, la haine de Dieu, les malédictions, les blasphèmes. Ce sont des supplices que tous les damnés souffrent ensemble, mais ce n’est pas la fin des supplices.
Il y a des supplices qui sont destinés aux âmes en particulier, ce sont les souffrances des sens. Chaque âme est tourmentée d’une façon terrible et indescriptible par ce en quoi ont consisté ses péchés. Il y a de terribles cachots, des gouffres de torture où chaque supplice diffère de l’autre ; je serais morte à la vue de ces terribles souffrances, si la toute-puissance de Dieu ne m’avait soutenue. Que chaque pécheur sache : il sera torturé durant toute l’éternité par les sens qu’il a employés pour pécher. J’écris cela sur l’ordre de Dieu pour qu’aucune âme ne puisse s’excuser disant qu’il n’y a pas d’enfer, ou que personne n’y a été et ne sait comment c’est.
Moi, Sœur Faustine, par ordre de Dieu, j’ai été dans les gouffres de l’enfer, pour en parler aux âmes et témoigner que l’enfer existe.
Je ne peux en parler maintenant, j’ai l’ordre de Dieu de le laisser par écrit. Les démons ressentaient une grande haine envers moi, mais l’ordre de Dieu les obligeait à m’obéir. Ce que j’ai écrit est un faible reflet des choses que j’ai vues. J’ai remarqué une chose : qu’il y a là-bas beaucoup d’âmes qui doutaient que l’enfer existe. Quand je suis revenue à moi, je ne pouvais pas apaiser ma terreur de ce que les âmes y souffrent si terriblement, c’est pourquoi je prie encore plus ardemment pour la conversion des pécheurs, sans cesse j’appelle la miséricorde divine sur eux. Ô mon Jésus, je préfère agoniser jusqu’à la fin du monde dans les plus terribles supplices que de t’offenser par le moindre péché. (741)

Source : Petit Journal " de Ste Faustine © Missionnaires Pallottins, Ed. du Dialogue 1997

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde

Avatar de l’utilisateur
Théophane
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1986
Inscription : sam. 22 janv. 2005, 14:18
Conviction : Catholique
Localisation : France

Re: Sainte Faustine visite l'enfer

Message non lu par Théophane » mer. 20 oct. 2010, 22:52

Merci beaucoup pour ce texte qui peut sembler choquant, mais qui en réalité est un formidable stimulant dans la vie chrétienne !
« Être contemplatifs au milieu du monde, en quoi cela consiste-t-il, pour nous ? La réponse tient en quelques mots : c’est voir Dieu en toute chose, avec la lumière de la foi, sous l’élan de l’amour, et avec la ferme espérance de le contempler face à face au Ciel. »
Bienheureux Álvaro del Portillo (1914-1994)

Pierre75
Ædilis
Ædilis
Messages : 35
Inscription : lun. 28 sept. 2009, 21:47

Re: Sainte Faustine visite l'enfer

Message non lu par Pierre75 » jeu. 21 oct. 2010, 11:36

Bonjour,
je suis étonné non par ce texte, mais par l'attitude des gens sur cette question de l'enfer éternel.
Les chrétiens ont toujours été, sur terre, parmi les premiers à lutter contre la torture.
Et ils adorent un Dieu qui permet à des millions et des millions d'êtres de subir un AUSCHWITZ ETERNEL ?
Déjà, Hitler semblerait presque indigne de subir POUR L'ETERNITE des peines de torture, mais selon la doctrine chrétienne ce serait untel qui a été orgeuilleux, ou untelle qui a été avare, ou un troisième qui a "refusé" l'amour divin, qui devraient être brûlés éternellement dans un feu ?
C'est un Dieu-tortionnaire que l'on nous dépeint là!

Avatar de l’utilisateur
Raistlin
Prætor
Prætor
Messages : 8101
Inscription : jeu. 01 mars 2007, 19:26
Localisation : Paris

Re: Sainte Faustine visite l'enfer

Message non lu par Raistlin » jeu. 21 oct. 2010, 12:01

touriste a écrit :Et ils adorent un Dieu qui permet à des millions et des millions d'êtres de subir un AUSCHWITZ ETERNEL ?
Effectivement, nous adorons un Dieu qui permet la liberté totale de l'Homme, même celle de faire son propre malheur.

D'aucuns auraient sans doute préféré n'être que des marionnettes dans les mains de Dieu mais ce n'est pas ce que le Tout-puissant a voulu.

touriste a écrit :Déjà, Hitler semblerait presque indigne de subir POUR L'ETERNITE des peines de torture
Affirmation gratuite.

touriste a écrit :mais selon la doctrine chrétienne ce serait untel qui a été orgeuilleux, ou untelle qui a été avare, ou un troisième qui a "refusé" l'amour divin, qui devraient être brûlés éternellement dans un feu ?
C'est un Dieu-tortionnaire que l'on nous dépeint là!
Ben oui, refuser l'amour de Dieu pour vivre de son péché, c'est inévitablement se vouer à la damnation. Mais Dieu n'y peut rien : Il est notre seul vrai Bien et si nous le refusons, nous ne pouvons que vivre dans le malheur.

Quant à la peine des sens, il ne faut pas oublier que TOUS sont destinés à ressusciter, les Élus comme les réprouvés. Or Dieu n'est pas que le Bien de notre âme, il est le Bien de tout notre être. Ce n'est donc pas surprenant que tout notre être souffre de son absence. De fait, voyez ce que donne l'Homme déchu et coupé de la communion intime avec Dieu : il est soumis à la souffrance et à la mort.

En fait, ce qui m'a le plus étonné dans cette description de sainte Faustine, c'est le fait que ce qui tourmente les damnés puisse être la colère de Dieu. N'est-ce pas étrange alors que Dieu aime chacun d'entre nous ? Je crois qu'il faut alors bien comprendre qu'en raison de sa Sainteté, si Dieu aime chacun d'entre nous, il HAIT le péché et ne peut qu'être en "colère" (façon de parler) face à lui. Et qu'en raison de sa Justice, le péché ne peut être laissé impuni (il n'y a que le coeur malade de l'Homme pour vouloir laisser le mal impuni sous prétexte d'une "bonté" qui n'est en fait que complaisance). Or le damné est celui qui a choisi de demeurer éternellement dans son péché. Il sera donc éternellement châtié. Et Dieu ne peut pas le sauver puisque le damné REFUSE de toute façon le Salut.

Cordialement,
« Dieu fournit le vent. A l'homme de hisser la voile. » (Saint Augustin)

Avatar de l’utilisateur
Théophane
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1986
Inscription : sam. 22 janv. 2005, 14:18
Conviction : Catholique
Localisation : France

Re: Sainte Faustine visite l'enfer

Message non lu par Théophane » jeu. 21 oct. 2010, 13:29

Le terme de colère de Dieu ne me choque pas puisqu'il apparaît dans le Nouveau Testament. Si Dieu aime chaque homme sans distinction, Il n'en déteste pas moins le péché.

Sur le reste, chacun est libre et responsable de ses choix. Ceux qui ont choisi de se détourner de Dieu auront toute l'éternité pour ne pas aimer, mais il s'agit simplement d'un choix. L'enfer est avant tout la situation de celui qui ne vit pas auprès de Dieu. Or cette situation résulte d'une décision individuelle.
Je ne crois pas qu'on puisse dire que Dieu condamne : ce sont les hommes qui se condamnent eux-mêmes.
« Être contemplatifs au milieu du monde, en quoi cela consiste-t-il, pour nous ? La réponse tient en quelques mots : c’est voir Dieu en toute chose, avec la lumière de la foi, sous l’élan de l’amour, et avec la ferme espérance de le contempler face à face au Ciel. »
Bienheureux Álvaro del Portillo (1914-1994)

Avatar de l’utilisateur
Raistlin
Prætor
Prætor
Messages : 8101
Inscription : jeu. 01 mars 2007, 19:26
Localisation : Paris

Re: Sainte Faustine visite l'enfer

Message non lu par Raistlin » jeu. 21 oct. 2010, 13:50

Théophane a écrit :Je ne crois pas qu'on puisse dire que Dieu condamne : ce sont les hommes qui se condamnent eux-mêmes.
Je suis assez d'accord avec ça. Dieu ne fait qu'entériner notre choix...
« Dieu fournit le vent. A l'homme de hisser la voile. » (Saint Augustin)

Avatar de l’utilisateur
Petit Matthieu
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1532
Inscription : lun. 02 févr. 2009, 20:23
Conviction : catholique
Localisation : Paris

Re: Sainte Faustine visite l'enfer

Message non lu par Petit Matthieu » jeu. 21 oct. 2010, 14:34

Rappelons que le seul péché qui n'est pas remis, c'est celui contre l'Esprit Saint.
C'est assez difficile de savoir précisément ce que cela veut dire. Je crois qu'il y avait un sujet sur le forum.
Un frère capucin m'avait dit qu'il entendait ce péché comme le fait de faire passer une vérité qu'on connait pour un mensonge. Un crime contre la vérité.

Du coup, cela réduit, et heureusement, ces pécheurs à qui le Seigneur ne pardonnerait pas. Car la grande majorité ne connaissent rien du Seigneur et pèche par ignorance. Le responsabilité des chrétiens, connaissant Christ, n'est donc que plus lourde !
"Ce n’est que pour ton amour, pour ton amour seul, que les pauvres te pardonneront le pain que tu leur donnes."
Phrase finale de saint Vincent de Paul dans le film "Monsieur Vincent".

Avatar de l’utilisateur
Théophane
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1986
Inscription : sam. 22 janv. 2005, 14:18
Conviction : Catholique
Localisation : France

Re: Sainte Faustine visite l'enfer

Message non lu par Théophane » jeu. 21 oct. 2010, 21:40

Jean-Paul II a dit que ce péché été irrémissible parce qu'il exclut la possibilité de se repentir. Il faudrait que je recherche la référence.
« Être contemplatifs au milieu du monde, en quoi cela consiste-t-il, pour nous ? La réponse tient en quelques mots : c’est voir Dieu en toute chose, avec la lumière de la foi, sous l’élan de l’amour, et avec la ferme espérance de le contempler face à face au Ciel. »
Bienheureux Álvaro del Portillo (1914-1994)

Avatar de l’utilisateur
Didyme
Senator
Senator
Messages : 693
Inscription : dim. 16 août 2009, 12:42

Re: Sainte Faustine visite l'enfer

Message non lu par Didyme » jeu. 21 oct. 2010, 23:07

Raistlin a écrit :
touriste a écrit :Et ils adorent un Dieu qui permet à des millions et des millions d'êtres de subir un AUSCHWITZ ETERNEL ?
Effectivement, nous adorons un Dieu qui permet la liberté totale de l'Homme, même celle de faire son propre malheur.
Oui enfin liberté totale, ça reste à voir.
Les choix de l’hommes sont justes le fruit d’interactions, des situations rencontrées, de son aveuglement, de la façon dont Dieu l’a crée. Mais à part ça, oui il doit sûrement être libre quelque part.
Raistlin a écrit :En fait, ce qui m'a le plus étonné dans cette description de sainte Faustine, c'est le fait que ce qui tourmente les damnés puisse être la colère de Dieu. N'est-ce pas étrange alors que Dieu aime chacun d'entre nous ? Je crois qu'il faut alors bien comprendre qu'en raison de sa Sainteté, si Dieu aime chacun d'entre nous, il HAIT le péché et ne peut qu'être en "colère" (façon de parler) face à lui. Et qu'en raison de sa Justice, le péché ne peut être laissé impuni (il n'y a que le coeur malade de l'Homme pour vouloir laisser le mal impuni sous prétexte d'une "bonté" qui n'est en fait que complaisance). Or le damné est celui qui a choisi de demeurer éternellement dans son péché. Il sera donc éternellement châtié. Et Dieu ne peut pas le sauver puisque le damné REFUSE de toute façon le Salut.
J’ai vraiment du mal avec cette conception de la justice. D’où est-il juste de rendre le mal par le mal ? Il n’y a pas d’équilibre, pas de réparation, juste un surplus de mal.
Le bien répond-t-il au mal par le mal ? Mais alors qu’est-ce qui l’en différencie ?

Punir pour redresser ça a un sens. Mais punir pour faire souffrir ?!
L'autre est un semblable.

Avatar de l’utilisateur
Cgs
Prætor
Prætor
Messages : 2699
Inscription : mar. 24 mars 2009, 14:20
Conviction : Catholique

Re: Sainte Faustine visite l'enfer

Message non lu par Cgs » ven. 22 oct. 2010, 8:31

Bonjour,

Théophane a donné un élément de réponse. Ce n'est pas Dieu qui punit l'homme, c'est l'homme qui se punit tout seul en refusant Dieu. La colère de Dieu est tournée vers le péché, pas le pécheur, car Il aime infiniment ce dernier.

Bien à vous,
Cgs
Mes propos qui apparaissent en vert comme ceci indiquent que j'agis au nom de la modération du forum.

Avatar de l’utilisateur
Raistlin
Prætor
Prætor
Messages : 8101
Inscription : jeu. 01 mars 2007, 19:26
Localisation : Paris

Re: Sainte Faustine visite l'enfer

Message non lu par Raistlin » ven. 22 oct. 2010, 9:24

Didyme a écrit :Oui enfin liberté totale, ça reste à voir.
Les choix de l’hommes sont justes le fruit d’interactions, des situations rencontrées, de son aveuglement, de la façon dont Dieu l’a crée. Mais à part ça, oui il doit sûrement être libre quelque part.
Et la justice de Dieu tiendra compte de cela. Il n'empêche que l'Homme est responsable. Ainsi, celui qui aura vécu sa vie dans l'opulence et le faste sans jamais se poser la question de la droiture de ses actes ou de l'existence de Dieu aura à répondre de ses actes (voyez la parabole du Seigneur sur le riche et Lazare : c'est d'une clarté cristalline).

Notre liberté n'est pas une plaisanterie. Abuser de notre liberté puis venir geindre, une fois que le Jugement arrive, que ce n'était pas vraiment de notre faute ne montre qu'une seule chose : notre perversité est encore pire que nous l'imaginons.

Didyme a écrit :J’ai vraiment du mal avec cette conception de la justice. D’où est-il juste de rendre le mal par le mal ? Il n’y a pas d’équilibre, pas de réparation, juste un surplus de mal.
C'est que votre définition du bien et du mal est entachée par le péché. Vous semblez croire que punir le mal est un mal en soi, c'est une très grave erreur. Le mal, au contraire, est de laisser le péché impuni, de faire comme si ce n'était pas grave. Le mal ne peut rester victorieux, c'est la justice qui nous l'enseigne. Dieu ne veut certes pas que nous demeurions dans le mal mais que peut-il y faire si c'est notre choix ? S'il nous forçait à l'aimer, j'en imagine encore certains venir se plaindre de ce Dieu despotique.

Bref, soyons un peu sérieux. Dieu veut pardonner le mal que nous faisons. Mais pardonner n'est pas passer l'éponge. Passer l'éponge, c'est faire comme si le mal commis n'avait jamais existé. Le pardon est tout autre et exige, notamment, que l'on soit deux : celui qui accepte de pardonner et celui qui veut être pardonné. Dieu pardonne, c'est sûr. Mais l'Homme veut-il être pardonné ? Ceux qui, dans leur orgueil, refuseront le pardon de Dieu (en niant leurs fautes ou leur responsabilité, en revendiquant leur droit à faire ce qu’ils veulent, etc.), ceux-là ne pourront par définition être pardonnés. Ils connaîtront donc le seul sort possible pour ceux qui refusent Dieu : la séparation d’avec Lui.

Didyme a écrit :Punir pour redresser ça a un sens. Mais punir pour faire souffrir ?!
Punir pour faire souffrir ? Votre image de Dieu est déformée. Dieu ne punit pas pour faire souffrir mais parce que c’est juste. Sur cette Terre, il peut arriver que Dieu punisse pour redresser. Mais lors du Jugement, il sera trop tard : nous serons « entérinés » dans le choix que nous aurons fait et si notre choix, c’est le péché, nous subirons les peines qui y sont inévitablement associées (à moins d’être injuste et complice du mal, ce que Dieu n’est pas, Lui).

Ne vous méprenez pas : l’Enfer est un scandale et j’aimerais pouvoir faire disparaître cette sombre perspective si c’était en mon pouvoir. Mais voilà, le Seigneur a été extrêmement clair sur le sujet, il n’y a aucun doute possible. Alors oui, on peut se demander pourquoi Dieu a autorisé le mal si c’est pour que certains se perdent, pourquoi ne pas simplement anéantir les réprouvés pour qu’ils ne souffrent plus, etc. Là, j’avoue, ce sont des questions compliquées qui ne se résolvent pas en quelques lignes, si tant est qu’elles puissent se résoudre par nos faibles moyens intellectuels. Il y a des choses qu’on ne comprendra pleinement qu’au Ciel, il faut l’accepter, c’est aussi ça la foi.

Cordialement,
« Dieu fournit le vent. A l'homme de hisser la voile. » (Saint Augustin)

Avatar de l’utilisateur
Théophane
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1986
Inscription : sam. 22 janv. 2005, 14:18
Conviction : Catholique
Localisation : France

Re: Sainte Faustine visite l'enfer

Message non lu par Théophane » ven. 22 oct. 2010, 9:47

De la même façon que lorsque Dieu nous envoie la souffrance, ce n'est pas pour nous punir mais pour nous purifier et nous sanctifier. Loin d'être un châtiment, c'est une preuve éclatante de Sa préférence.
« Être contemplatifs au milieu du monde, en quoi cela consiste-t-il, pour nous ? La réponse tient en quelques mots : c’est voir Dieu en toute chose, avec la lumière de la foi, sous l’élan de l’amour, et avec la ferme espérance de le contempler face à face au Ciel. »
Bienheureux Álvaro del Portillo (1914-1994)

Avatar de l’utilisateur
Invité
Barbarus
Barbarus

Re: Sainte Faustine visite l'enfer

Message non lu par Invité » ven. 22 oct. 2010, 10:15

Bonjour,

Je ne suis pas sûr de comprendre: la souffrance rapproche t-elle de Dieu (peine médicinale) ou en éloigne t-elle (peine infernale)?

Et alors à quoi servent les peines infernales si elles ne font qu'éloigner le damné davantage de Dieu?

(J'en ai parlé à un prêtre et il m'a répondu qu'il n'envisageait pas le rapport à Dieu en terme de récompense/sanction, mais de choix entre d'une part rentrer librement dans son projet d'amour et d'autre part s'en soustraire tout aussi librement)

Avatar de l’utilisateur
Théophane
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1986
Inscription : sam. 22 janv. 2005, 14:18
Conviction : Catholique
Localisation : France

Re: Sainte Faustine visite l'enfer

Message non lu par Théophane » ven. 22 oct. 2010, 10:28

En enfer, la souffrance résulte avant tout de la séparation de Dieu.

Sur terre, il ne saurait s'agir d'une punition. Dans l'enseignement de l'Église, la souffrance a un sens chrétien. Elle est un moyen de purification et de sanctification. La souffrance physique ou morale doit être regardée comme un grand privilège accordé par Dieu à certaines personnes. En outre, la souffrance doit être considérée dans une perspective de filiation divine : si Dieu m'envoie la douleur, s'Il me veut sur la croix, c'est qu'Il souhaite que je ressemble au Christ. La croix est donc le meilleur signe de notre filiation divine, parce que Dieu nous traite comme Son Fils.

Lorsque nous observons la vie des saints, nous constatons que tous ont plus ou moins souffert, volontairement ou pas (qu'il s'agisse de pénitences corporelles librement pratiquées ou de souffrances spirituelles). Je crois qu'il y a là un très bel exemple, à une époque où le plaisir est devenu l'ultime référence et où l'on a totalement perdu de vue le côté positif de la souffrance.
« Être contemplatifs au milieu du monde, en quoi cela consiste-t-il, pour nous ? La réponse tient en quelques mots : c’est voir Dieu en toute chose, avec la lumière de la foi, sous l’élan de l’amour, et avec la ferme espérance de le contempler face à face au Ciel. »
Bienheureux Álvaro del Portillo (1914-1994)

Avatar de l’utilisateur
Raistlin
Prætor
Prætor
Messages : 8101
Inscription : jeu. 01 mars 2007, 19:26
Localisation : Paris

Re: Sainte Faustine visite l'enfer

Message non lu par Raistlin » ven. 22 oct. 2010, 10:44

touriste a écrit :Je ne suis pas sûr de comprendre: la souffrance rapproche t-elle de Dieu (peine médicinale) ou en éloigne t-elle (peine infernale)?
Je ne vois pas bien en quoi la peine infernale éloigne de Dieu. Elle est plutôt la conséquence de l'éloignement de Dieu que la cause.

Cordialement,
« Dieu fournit le vent. A l'homme de hisser la voile. » (Saint Augustin)

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 57 invités